Ciné-Fil #26 by Marine Melody

Je ne vais pas vous mentir, je galère un peu à trouver des nouvelles phrases d’introduction qui ne soient pas répétitives ou barbantes. Donc histoire de faire dans l’original, je vais vous dire : Bonjour, bienvenue à tous dans ce vingt-sixième numéro de Ciné-Fil où l’on va se pencher en détails sur sept nouveaux films sortis dernièrement. Avec un très long avis sur Justice League, parce que j’avais manifestement beaucoup de choses à en dire. Vous voilà prévenus. Bien. Allons-y, donc.

 

Le coup de cœur de la quinzaine : Le Musée des Merveilles

01 1

Film de Todd Haynes, avec Julianne Moore, Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Michelle Williams… Sortie le 15 novembre 2017.

Le pitch (source : Allociné) : « Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu'il n'a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d'une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York. »

Ce film est sans doute l’un des plus poétiques que j’ai pu voir cette année. Les enfants Ben et Rose vivent deux histoires distinctes à deux époques très différentes, qui finissent par se rejoindre, New York étant le point d’orgue de leurs chemins. C’est une jolie fable, interprétée par un très beau casting. Toute la partie du film concernant Rose est un film muet, en lien avec la surdité du personnage, et en noir et blanc, pour coller à l’époque de l’histoire de la petite fille. La partie concernant Ben est, elle, en couleur, mais l’image et les couleurs sont elles aussi très en lien avec la période racontée. Julianne Moore interprète deux rôles à la perfection, et prouve une nouvelle fois qu’elle est une actrice remarquable. J’ajoute une mention honorable pour la musique, qui est une merveille du début à la fin. Ce Musée des Merveilles porte bien son nom, et est à voir absolument !

 

Ma note : 9/10.

 

Les autres films

02 1

« Sans hésiter, Diane a accepté de porter l’enfant de Thomas et Jacques, ses meilleurs amis. C’est dans ces circonstances, pas vraiment idéales, qu’elle tombe amoureuse de Fabrizio. »

Une comédie très touchante, que la talentueuse Clotilde Helsme porte réellement sur ses épaules, le reste du casting gravitant autour d’elle de main de maître. On note la présence notamment de Grégory Montel, acteur montant de l’excellente série Dix Pour Cent. Pour une des rares fois où une comédie française évite les clichés (qui auraient pu être faciles compte tenu du sujet), c’est réellement rafraîchissant. Ma note : 8/10.

03 1

Quelqu’un avait twitté cette affiche en écrivant « Hâte de voir ce film sur Batman coincé dans un ascenseur surpeuplé ».

Maintenant, je ne peux plus m’empêcher de rire en voyant l’affiche.

 

ATTENTION : CETTE CRITIQUE CONTIENT DES SPOILS SUR LE FILM. SI VOUS NE SOUHAITEZ RIEN SAVOIR, NE LISEZ PAS. C’EST ECRIT EN MAJUSCULES, SOULIGNE ET EN GRAS, DONC PAS LA PEINE DE M’INSULTER SI VOUS VOUS ETES QUAND MEME FAIT SPOILE EN LISANT, MERCI, BISOUS.

 

« Après avoir retrouvé foi en l'humanité, Bruce Wayne, inspiré par l'altruisme de Superman, sollicite l'aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et The Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d'une attaque apocalyptique… »

   Notez tout d’abord que ce film est le 200ème film différent que j’ai découvert au cinéma cette année. Quand je dis différent, c’est parce que je ne compte pas les séances multiples des films que j’ai adorés. Sinon, le compteur des séances monte sensiblement plus haut. Et comme c’est un film sur lequel j’ai beaucoup de choses à dire, la critique va être un peu longue, installez-vous confortablement.

   Alors. Je vais commencer par les bons côtés du film.

   D’abord, c’est un plaisir de retrouver Wonder Woman sur grand écran, après l’excellent film solo qui nous avait été offert en juin dernier. Gal Gadot excelle dans son rôle, cette femme est littéralement Wonder Woman, il n’y a pas à chercher plus loin. On sent l’évolution de son personnage ici (je rappelle que l’action de Wonder Woman se déroule cent ans plus tôt), et elle crève toujours autant l’écran.

   Ezra Miller fait quant à lui un très bon Flash, dont c’est la première vraie apparition dans les films DC (l’univers des séries évoluant à part), même si j’ai des réserves sur le personnage, sur lesquelles je reviendrai plus tard.

   Le reste du casting (à part Ben Affleck) est plutôt bon, mais ne me laisse pas un souvenir inoubliable non plus.

   La bande originale du film est superbe, que ce soit au niveau des chansons ou de la musique instrumentale (on peut regretter cependant que le thème absolument génial de Wonder Woman par Hans Zimmer ne soit pas plus exploité), et l’histoire est plutôt intéressante et dynamique dans l’ensemble.

   Pour le comparer aux autres films du DCEU (l’univers cinématographique DC), même s’il est largement en dessous de Wonder Woman, il est clairement meilleur que Suicide Squad (je sais, c’était pas difficile, ce film est une purge, retirez Margot Robbie en Harley Quinn, et le reste est bon à aller aux oubliettes), et je me suis personnellement moins ennuyée que devant Batman Vs Superman (je n’ai pas vu Man Of Steel, je ne me prononcerai pas dessus). Et je ne ferai pas de comparaison qualitative avec les films Marvel, parce que, pour moi, ça n’a pas de sens de les comparer. On peut avoir ses préférences, c’est sûr (je préfère largement les Marvel pour ma part), mais les deux univers, et a fortiori les films, sont très différents, et ça n’a aucun sens de dire que tel film Marvel est meilleur que tel film DC.

   Ça, c’est pour les côtés positifs. Les côtés négatifs, maintenant.

   Dans l’ensemble, j’ai trouvé ce film meh. C’est un bon divertissement, je n’ai pas passé un mauvais moment, mais j’en suis sortie avec un sentiment de ouais, c’est pas mauvais, mais c’est tout. Et pour un film de cette envergure, on n’est pas censé en sortir avec cette impression, normalement. Pourquoi cette impression ?

   Premièrement, parce que, mis à part Wonder Woman et Flash, les autres personnages, soit je ne peux pas les blairer (coucou Batman), soit je n’en ai strictement plus rien à cirer en sortant du film. Personnellement, Cyborg et Aquaman ne m’ont pas laissé une empreinte indélébile. Je ne suis pas sûre qu’un film sur eux me passionnerait vraiment vu que, dans celui-ci, ils ne seraient pas là que je ne remarquerais probablement pas leur absence. Quant à Batman, déjà, je n’aime pas spécialement le personnage de base (désolée, je sais que je ne vais pas me faire que des amis en disant ça), mais alors joué par Ben Affleck, c’est encore pire. Ben Affleck est un bon réalisateur (son Live By Night sorti en début d’année était excellent), mais j’ai un vrai problème avec son jeu d’acteur. Et franchement, dans ce film, je suis désolée, mais la plupart des plans servent juste à montrer que Batman n’est pas franchement utile, à part sa thune, et que c’est manifestement un énorme dépressif, puisqu’il me semble qu’il n’esquisse pas le moindre sourire du début à la fin du film. Je sais que Batman est censé être un héros sombre, tout ça, mais est-ce vraiment utile de lui faire tirer la tronche tout le temps ? C’est censé être le chef de la Justice League, mène tes troupes avec plus d’entrain, poto. Enfin, est-ce qu’on s’arrête un instant sur son costume ? On ne va pas se mentir : il est raté. On dirait les déguisements gonflés discount qu’on achète sur internet. C’est ridicule. Bref, ce film ne me réconcilie clairement pas avec le personnage de Batman.

   Je vous disais tout à l’heure que j’avais des réserves sur le personnage de Flash. Alors, je me répète, mais je trouve Ezra Miller excellent, là n’est pas la question. Le souci de ce personnage, c’est qu’il est pour moi absolument sous exploité. Flash est un super-héros qui a le pouvoir de se déplacer à très grande vitesse, lui permettant de traverser le temps et l’espace. Paye ton pouvoir stylé. Dans ce film, Barry Allen alias Flash est réduit au rôle du jeune comique, trop content de faire équipe avec les super-héros qu’il connaît et admire. Ça ne vous rappelle rien ? Je ne sais pas vous, mais j’ai eu le sentiment de voir le même traitement de personnage que Peter Parker / Spider-Man dans Captain America : Civil War. Et là où ça colle parfaitement avec le personnage de Peter (il est jeune, il a ses pouvoirs depuis quelques mois donc il essaye de les apprivoiser, et il admire les Avengers depuis toujours, cependant ses capacités sont bien exploitées dans le film), je trouve que ça matche un peu moins avec Barry, qui aurait pu être largement plus exploité pour ses capacités que pour son côté jeune insouciant (après, je ne suis pas une addict des comics, je ne me base que sur les films, mais un ami à moi l’est et m’a confirmé que ça matchait moyen, je ne sais pas ce que vous en dites, n’hésitez pas à donner votre avis). C’est dommage.

   Ensuite, et c’est l’avis qui prédomine en ce qui me concerne : c’est trop rapide. Pour deux principales raisons.

   La première, c’est concernant le retour de Superman. Rappel des faits : A la fin de Batman Vs Superman, Superman meurt, et l’action de Justice League commence donc sur un monde sans Superman. Pendant le film, la Justice League utilise le pouvoir d’une Motherbox pour ressusciter le super-héros kryptonien, qui est donc de retour et intègre la bande, forcément. Alors, je sais que la Justice League sans Superman n’est pas vraiment la Justice League, mais pour moi, son retour est arrivé trop vite. Un retour plus tardif, dans un deuxième film Justice League par exemple (qui a déjà été signé, par ailleurs), aurait sans doute eu beaucoup plus d’impact. De mon point de vue, il aurait été bien de voir la Justice League se débrouiller sans Superman ici, pour ensuite qu’il fasse son grand retour dans le prochain film et s’allie à eux. Parce que là, quand il est ressuscité, on se dit juste Ah. Cool. Salut., il revient, et il défonce le méchant sans difficulté, parce que bon, c’est Superman. Cool. Aucune surprise. Je n’ai pas ressenti le frisson et la surprise qu’on ressent en général quand un personnage très populaire et apprécié est mort ou a disparu dans un film précédent et qu’il revient. Et on parle quand même de Superman, on n’est pas censé avoir cette impression fade et sans saveur quant à son retour.

   Ensuite, et c’est l’un des gros problèmes du DCEU : DC essaye de faire en quatre ans ce que le Marvel Cinematic Universe a fait en dix. Oui, je compare avec Marvel, mais ce n’est pas sur la qualité que je compare, mais sur la manière de gérer les films. DC va beaucoup trop vite, et dans un ordre bien trop aléatoire.

   Regardez : Marvel a démarré son MCU en 2008 avec Iron Man, enchaînant ensuite avec les films solo de Hulk, Thor et Captain America (ainsi qu’Iron Man 2), avant de sortir le film de groupe Avengers les réunissant. Ensuite, la phase 2 était constituée des suites solo des aventures des héros, un nouveau film de groupe les réunissant (le deuxième opus d’Avengers) ainsi que deux nouveaux films introduisant de nouveaux héros (Ant-Man et Les Gardiens de la Galaxie). La phase 3 commence avec le film Captain America : Civil War, qui marque une scission au sein des Avengers, puis enchaîne avec l’introduction de nouveaux héros (Spider-Man, Doctor Strange, Black Panther, prochainement Captain Marvel), ainsi que les suites des aventures de Thor et Ant-Man (sortie en 2018 pour ce dernier), et se terminera en apothéose avec les volumes 3 et 4 des aventures des Avengers : Infinity War, qui réunira non seulement les Avengers, mais aussi tous les autres personnages du MCU. Forcément TRES attendu. On est face à un ordre de sortie de films et d’histoires relativement cohérent et clair.

   DC, quant à lui, a démarré son univers cinématographique avec cinq ans de retard sur Marvel en sortant Man of Steel, reboot des aventures de Superman, en 2013 (le DCEU aurait dû commencer avec Green Lantern en 2011, mais vous savez comme moi que ce film a été un four, donc ils ont dû décider que ça ne comptait pas). On commence donc avec un film solo, normal. Puis plus rien jusqu’en 2016, avec déjà un film de scission : Batman Vs Superman, qui introduit non seulement un nouveau Batman, mais aussi plein de nouveaux personnages de l’univers, Wonder Woman en tête. On met Suicide Squad à part (et pas seulement parce que ce film pue), et on repart sur un film solo avec Wonder Woman en juin 2017, pour enchaîner avec le film de groupe Justice League tout juste cinq mois après. D’une, l’ordre de sortie et d’histoire n’a aucune cohérence, désolée, et deuxièmement, Justice League n’aurait-il pas eu plus d’impact s’il était sorti plus tard ? Par exemple, pourquoi pas après des films solo sur Aquaman ou Flash ? Parce que là, le souci de ce film réside dans le fait que les personnages présentés le sont sans doute trop rapidement. Et c’est peut-être pour ça que des personnages pourtant centraux comme Cyborg ou Aquaman me laissent totalement indifférente : je ne les connais pas, et je ne considère pas que ce film les présente suffisamment. Même Flash, que j’apprécie certes pour son côté frais (bien que sous exploité) et le jeu d’acteur d’Ezra Miller, ne me donne pas l’impression de connaître le personnage plus que ça. En ce qui concerne Batman, c’est vrai qu’avec toutes les adaptations qui en ont été faites, un énième reboot de ses aventures aurait été de trop (qui plus est avec Ben Affleck), mais les autres personnages n’ont pas tellement eu d’adaptations jusqu’ici, il me semble. Je reconnais que c’est logique qu’on ne s’attarde pas sur les présentations de TOUS les personnages, parce que ça ralentirait clairement l’action, mais là où je considère que ça a été trop rapide, c’est que, de mon avis encore, ça manque. Avengers marquait plus à ce niveau-là, parce que ses principaux protagonistes avaient tous été introduits dans des films solo avant (à part Hawkeye et Black Widow, mais même eux avaient été introduits de manière secondaire dans des films précédents), donc non seulement on n’avait pas besoin de les présenter, mais en plus, on pouvait déjà plus ou moins s’attacher à eux en connaissant leurs parcours initiatiques à chacun. Mais là encore, ce n’est que mon humble avis.

   Ma note : 7/10. Parce que ça reste un bon divertissement, mais que ça ne m’a pas enchantée plus que ça.

04 1

« Livrés à eux-mêmes après le crash de leur avion en pleine montagne, deux étrangers doivent compter l’un sur l’autre pour faire face aux conditions extrêmes. Réalisant qu’ils n’ont aucun espoir d’être secourus, ils tentent leur chance à travers des centaines de kilomètres de nature hostile, acceptant que ce n’est qu’ensemble qu’ils pourront trouver le courage de tenter de survivre. »

Adaptation cinématographique du roman du même nom, ce film catastrophe de romance est plutôt beau, même s’il est assez attendu et sans grande surprise. Il manque sans doute un peu de tension et de suspense, mais il est porté par deux très grands acteurs, en l’occurrence Idris Elba et Kate Winslet (dont je suis très fan, toujours un plaisir de la retrouver sur grand écran). Ma note : 7/10.

05 1

« Teresa, une jeune lycéenne, est perturbée lorsqu'elle découvre qu'elle revit inlassablement la même journée. Une journée apparemment ordinaire mais qui s'achève toujours par sa mort brutale... »

C’est une comédie thriller américaine typique, qui tombe forcément un peu dans les clichés, mais devant laquelle on passe tout de même un bon moment. C’est classé comme un film d’horreur, mais je ne le mettrais pas dans cette catégorie, il n’y a pas de moment spécialement flippant dans le film, c’est plutôt une comédie qu’autre chose. Mais le sujet est assez bien traité. Ma note : 6/10.

06 1

« Lila est une jeune bègue complexée qui s'est réfugiée dans le silence. Sa vie bascule lorsqu'elle tombe amoureuse de Mo, un pilote kamikaze qui risque sa vie à chacune de ses courses automobiles clandestines. A son contact, Lila s'extirpe de son mutisme. Leur passion va pousser Mo à arrêter ses défis sportifs suicidaires. Mais l'adrénaline et l'amour du risque sont des drogues dont il est difficile de se séparer... »

C’est un film de Sara Forestier, qui tient également le rôle principal. Et le souci, c'est que ça se voit. Là où Redouane Harjane excelle dans le rôle de Mo, Sara Forestier, elle, en fait clairement trop, et est à la limite du surjeu la plupart du temps. On sent qu’elle s’est donné un rôle à César. Je n’ai rien du tout contre les réalisateurs qui jouent les premiers rôles de leurs propres films, mais si ça devient trop évident que ledit réalisateur s’est donné la vedette de son film pour se faire briller, c’est que c’est raté. Et c’est dommage ici, parce que Sara Forestier est pourtant une excellente actrice que j’aime beaucoup, mais M a été pour moi une grosse déception. Ma note : 4/10. Pour Redouane Harjane, surtout, qui sauve le film.

07 1

« La fille d’un sénateur disparaît. Joe, un vétéran brutal et torturé, se lance à sa recherche. Confronté à un déferlement de vengeance et de corruption, il est entraîné malgré lui dans une spirale de violence... »

En version originale, le film s’appelle You Were Never Really Here. Donc, déjà, il faudrait m’expliquer le délire de changer le titre anglais d’un film pour le remplacer par un autre titre anglais. Traduction, je veux bien, mais là, je ne vois pas l’intérêt. Et qu’on ne me sorte pas que c’est pour simplifier, il ne me semble pas que le titre du film Eternal Sunshine Of The Spotless Mind ait été un handicap (film que je conseille par ailleurs à ceux qui ne l’ont pas vu, il est sublime). Mais bref, revenons-en au film. Alors, je sais qu’il a obtenu des prix à Cannes, et j’ai lu plein d’avis positifs sur ce film, mais je vous avoue que, en sortant de la séance, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre les avis en question. Autant, je comprends tout à fait le prix d’interprétation de Joaquin Phoenix, qui excelle une fois de plus, mais alors le prix du scénario, je comprends difficilement. Je l’ai trouvé lent et franchement ennuyeux. Je suis passée totalement à côté. Ma note : 3/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de Novembre : Le Musée des Merveilles et Diane a les Epaules pour Meilleur Film, Idris Elba (La Montagne Entre Nous), Ezra Miller (Justice League) et Redouane Harjanne (M) pour Meilleur Acteur, Kate Winslet (La Montagne Entre Nous), Clotilde Helsme (Diane a les Epaules), Gal Gadot (Justice League) et Julianne Moore (Le Musée des Merveilles) pour Meilleure Actrice, et Millicent Simmonds & Oakes Fegley (Le Musée des Merveilles) pour le Prix d’Honneur.

 

A très vite pour la sélection du mois de Novembre et le prochain Ciné-Fil !

 

Marine Melody.

rédactrice semaine Film Cinéma

×