Ciné-Fil #6 by Marine Melody

Vous observez sans doute, si vous lisez mes critiques assidûment (j'ai conscience de m'adresser à trois personnes maximum qui ont vraiment tout lu, mais foin de souci, j'enchaîne. Salut, maman !), que ces dernières semaines, je vous présente bien moins de films que je n'ai pu le faire au mois d'avril, par exemple. Ce n'est pas un manque de temps, ou d'envie, mais c'est surtout par un manque de films sortants qui m'attirent en ce moment. Je ne réussis à en trouver que trois ou quatre par semaine maximum (contre le double habituellement), et comble le reste de mon programme cinématographique avec des revisionnages de films géniaux que je revois avec le plus grand plaisir (coucou Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2, Lion et La Belle et la Bête, sans compter Rogue One. Vingt-et-une fois pour ce dernier entre décembre et mars. Mais c'est Star Wars aussi. Et celui-là, surtout.) Forcément, ça donne des articles un peu moins fournis, mais j'espère qu'ils vous plaisent malgré tout, et vous inspirent à aller voir (ou pas) certains films ! Poursuivons donc notre voyage cinématographique 2017 avec quatre nouveaux films...

 

Le coup de coeur de la semaine : Le Roi Arthur, la Légende d'Excalibur

Leroiarthur

Film de Guy Ritchie. Avec Charlie Hunnam, Jude Law, Astrid Bergès-Frisbey, Eric Bana... Sortie le 17 mai.

Le pitch (Source : Wikipedia, parce que Allociné, ils ont fait n'importe quoi) : "Le jeune Arthur vit dans les faubourgs de Londinium avec sa bande et ses amis. Élevé depuis sa naissance dans un bordel par des prostituées, il ignore l'immense destin qui l'attend, jusqu'au jour où il s'empare d'Excalibur. Arthur doit alors faire des choix difficiles et rejoint la Résistance avec notamment une mystérieuse Mage. Il doit apprendre à maîtriser l'épée magique, surmonter ses démons et peurs intérieures afin d'unir le peuple breton pour vaincre son oncle, le tyrannique Vortigern."

Je suis une grande fan des légendes arthuriennes. Je m'y intéressais bien avant de découvrir la série Kaamelott de monsieur Alexandre Astier le grand (une des meilleures productions françaises en termes de série, come on). Donc je ne vais pas vous mentir, j'étais TRES sceptique en voyant la bande-annonce. Je me suis dit "oh mon Dieu, mais qu'est-ce que vous avez fait au roi Arthur ?". Mais bon, avant de juger bêtement, je me suis dit qu'il fallait que je le voie. Enfin, non, d'abord, j'ai jugé bêtement, et ensuite, j'y suis finalement allée. Et... J'ai été agréablement surprise. Certes, il y a énormément de points qui diffèrent avec les mythes d'origine des légendes de la Table Ronde, mais après tout, Kaamelott divergeait aussi, et c'était très bien quand même. Ici, Guy Ritchie nous offre une lecture libre et une version très modernisée de la légende, qui sort un peu de la lourdeur médiévale dans laquelle un film de cet acabit peut vite tomber. Si les vingt premières minutes laissent perplexe au premier abord, la suite devient passionnante. Charlie Hunnam campe un Arthur combattif qui finit par accepter un destin lourd à porter qu'il n'a pas choisi, Jude Law est formidablement machiavélique en antagoniste prêt à tout pour garder le pouvoir (que ce type de rôle lui va bien !), et les acteurs qui gravitent autour d'eux excellent dans leurs rôles, notamment Astrid Bergès-Frisbey qui campe une Mage intriguante (et absolument pas Guenièvre comme le dit la page du film sur Allociné. On se rapprocherait plus d'une fée Viviane quitte à lui coller une étiquette arthurienne), et Eric Bana qui, même dans un second rôle (mais le père du héros tout de même), est toujours juste et à la hauteur de son talent. Visuellement, c'est du grand spectacle, digne d'une super-production américaine dans toute sa splendeur. Comme je l'ai souligné, l'atmosphère du film sort un peu d'une certaine lourdeur moyenâgeuse à laquelle on pourrait s'attendre pour un film arthurien. Et ce qui renforce cet aspect, c'est indéniablement la bande originale, qui est un vrai plus ici, et un vrai bijou. Ce film peut marquer le début d'un nouveau cycle cinématographique pour le roi Arthur et ses acolytes, tant il y aurait encore de nombreuses histoires à revisiter. En résumé : si vous êtes un puriste des légendes de la Table Ronde, vous risquez de serrer les dents, mais si vous acceptez les relectures quand c'est bien fait et bien présenté, vous passerez un excellent moment. Ce fut mon cas.

Ma note : 10/10. Pour la trés agréable surprise. Et tout le reste.

 

Les autres films de la semaine

Littleboy

Little Boy : Etats-Unis, années 1940. Pepper, un petit garçon de huit ans surnommé Little Boy, est très proche de son père, avec qui il passe son temps à imaginer des histoires. Lorsque celui-ci part à la guerre, Pepper est inconsolable. Avec la naïveté enfantine qui le caractérise, il veut tout faire pour le ramener. C'est un film d'enfance et d'espoir bouleversant sur l'autre côté de la seconde guerre mondiale. On ne s'intéresse pas aux soldats ici, mais à ceux qui les attendent. C'est très beau et magistralement interprêté. Ma note : 9/10.

Aquietpassion

Emily Dickinson, A Quiet Passion : Ce film retrace la vie de la poétesse Emily Dickinson, qui s'est toujours opposée aux dogmes religieux et à la société qui lui étaient imposés. Elle se réfugie dans sa poésie, en espérant être un jour publiée. Cynthia Nixon interprète une excellente Emily Dickinson, dans un film qui malgré tout, est un peu longuet. Ma note : 6/10.

Lesfantomesdismael

Les Fantômes d'Ismael : Ismaël Vuillard est un cinéaste. Il vit une relation depuis deux ans avec Sylvia, astrophysicienne. Les fantômes de son passé reviennent le hanter lorsque débarque Carlotta, sa femme, disparue depuis plus de vingt ans. Je suis partagée sur ce film. D'un côté, je vous conseille d'aller le voir pour les performances de Mathieu Amalric et Marion Cottillard, remarquables. De l'autre, si la première partie est clairement intéressante, le reste du film est long, et loin d'être passionnant. On décroche assez vite. Et la bande originale ne colle pas vraiment à l'atmosphère du film, c'est dommage. Mais les performances des deux acteurs valent tout de même le détour. Mathieu Amalric est touchant quand il sombre doucement dans la perte de ses repères, et Marion Cottillard est éblouissante. Quelle actrice ! Ma note : 4/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Little Boy et Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur pour Meilleur Film, David Henrie (Little Boy), Jakob Salvati (Little Boy), Charlie Hunnam (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur), Eric Bana (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur), Jude Law (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur) et Mathieu Amalric (Les Fantômes d'Ismaël) pour Meilleur Acteur, Astrid Bergès-Frisbey (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur), Cynthia Nixon (Emily Dickinson, A Quiet Passion) et Marion Cottillard (Les Fantômes d'Ismaël) pour Meilleure Actrice.

 

A la semaine prochaine, avec notamment la sortie du cinquième volet de Pirates des Caraïbes !

Marine Melody.

rédactrice semaine Film Cinéma

×