Ciné-Fil #7 by Marine Melody

Autant vous le dire tout de suite, la sélection de la semaine (à l'exception d'un particulier) n'a rien de bien follichon... Une ressortie en salles, et trois nouveaux films, c'est parti pour ce Ciné-Fil !

 

Le coup de coeur de la semaine : Anastasia

Anastasia

Film de Don Bluth et Gary Goldman... Ressortie en salles le 24 mai.

Le pitch (source : Allociné) : "Saint-Pétersbourg, 1917. Comment l'impératrice Marie et sa petite fille Anastasia vont être sauvées du funeste sort, provoqué par la revolution, qui s'abat sur la famille impériale, par un jeune employé de cuisine : Dimitri. Mais le destin les sépare une nouvelle fois. Dix ans après la chute des Romanov, une rumeur persistante se propage : la fille cadette de l'empereur serait encore en vie..."

Je sais, c'est un peu de la triche, mais voilà, je ne pouvais pas ne pas en parler. Sorti en 1997, Anastasia est depuis vingt ans un dessin-animé culte, et pour célébrer ce vingtième anniversaire, il est ressorti dans certaines salles, pour notre plus grand plaisir. Evidemment, j'y ai couru ! Je l'avais découvert sur cassette vidéo à l'époque, ça a été un plaisir d'en profiter sur grand écran. Tant au niveau de l'histoire que des personnages (rien à battre des princes Disney, quand j'étais petite, c'était Dimitri mon chouchou), et des chansons, Anastasia n'a rien à envier aux meilleurs Disney (certains confondent encore, mais non, même s'il en a la qualité, ce n'est pas un Disney !). Cultissime, et toujours aussi magique.

Ma note : 10/10. Perfection.

 

Les autres films

Rodin

A l'âge de 40 ans, Auguste Rodin reçoit sa première commande d'état : la Porte des Enfers, inspirée de la Divine Comédie de Dante. Il vit en parallèle une liaison passionnée avec Camille Claudel, son élève. Le film est très bien interprété mais un peu long. Vincent Lindon a expliqué dans une interview avoir eu beaucoup de mal à se détacher de son personnage de Rodin après le tournage, et ça se sent. L'acteur est à fond dans le rôle. Quant à Izia Higelin en Camille Claudel : Mais c'est sur elle qu'il fallait faire le film ! Je n'ai rien contre Lindon, mais c'est elle que je veux voir ! Elle est sublime dans ce rôle. Ma note : 6/10.

Potc5

(ATTENTION SPOILERS)

(Avant de me lancer dans la critique, et étant donné que je vais toucher à un film que manifestement pas mal de personnes ont aimé, je tiens à rappeler que ma critique ne représente que MON avis, et que je ne prétends évidemment pas détenir la vérité absolue, donc vous avez tout à fait le droit de ne pas être d'accord. Je ne reflète que mon ressenti.)

Cinquième volet des aventures des Pirates des Caraïbes, cet opus suit à nouveau Jack Sparrow dans de nouvelles péripéties. Il s'associe à Carina Smyth et Henry Turner dans la recherche du Trident de Poséidon, tout en s'efforçant d'échapper à l'équipage du capitaine Salazar, qui souhaite se venger de lui (d'où le titre, je suppose). Attention, ça va salement spoiler dans les lignes qui suivent. Et je ne vais pas me faire que des amis sur ce coup-là. Sachez que j'attendais beaucoup de ce film. Les bandes-annonces étaient superbes, et il y avait Kaya Scodelario au générique (j'aime beaucoup cette actrice). Forcément, je me suis dit que ça allait être génial. Et bien, en deux mots : grosse déception. Les points positifs, d'abord. La fraîcheur de Kaya Scodelario est un vrai plus pour le film, Javier Bardem est formidable dans ce rôle d'antagoniste, les effets visuels sont superbes, ramener l'histoire de Will Turner (et y donner une jolie fin), c'était une idée pas mal, la scène d'introduction de Jack Sparrow (le vol de la banque) est géniale et donne l'espoir d'un bon film (meh), et la courte scène avec Paul McCartney est sans aucun doute possible la meilleure scène du film. Ca, c'est fait. Les points négatifs, maintenant (c'est là que vous n'allez pas m'aimer) : Premièrement, Johnny Depp. Je sais que le rôle de Jack Sparrow est toujours assez à la limite du surjeu dans les premiers films, parce que le personnage veut ça, et jusqu'ici, c'était très bien. Mais là, la limite est dépassée. C'est beaucoup trop dans le surjeu. Ici, il est en roue libre, presque en parodie de lui-même et c'est franchement dommage, parce que le personnage est vraiment intéressant. Ensuite, le SCENARIO. Et je m'excuse par avance, parce que je risque d'être vulgaire dans les lignes qui vont suivre. Pour moi, ça a été bâclé. Une nouvelle histoire (et encore, parce que le côté nous-sommes-des-morts-vivants-qui-voulont-nous-venger-de-Jack-Sparrow, ça fait quand même trois films et demi, mais bon, disons que le personnage du Capitaine Salazar est assez cool, donc allez, accordons au moins ça au film) teintée de on-va-mettre-de-la-nostalgie-pour-les-fans, sans doute pour rattraper la déception du quatrième volet, sur le papier, ça sonnait bien. Le problème, c'est qu'il y a beaucoup trop d'éléments abordés, et du coup, ça rend le film vraiment brouillon. La vengeance de Salazar, ok. La recherche du Trident de Poseidon pour briser les malédictions (et notamment celle de Will Turner), ok. Faire de Carina Smyth la fille de Barbossa, était-ce obligé ? Le personnage de Kaya Scodelario est très intéressant, quoique pas assez présenté en introduction. Mais l'intérêt du personnage se suffisait à lui-même. Pourquoi forcément le rattacher à un personnage connu ? Sans compter que la mort de Barbossa est visuellement assez ridicule, surtout que c'est un des meilleurs personnages de toute la saga. Déception. Geoffrey Rush, tu n'as pas eu d'adieux à ta juste valeur. Ensuite, faire une romance entre Carina et Henry, était-ce obligé ? Là encore, en théorie, l'idée aurait pu être bonne (même si c'est dommage de réduire le personnage de Carina au simple love interest du fils de Will Turner, parce que je me répète, mais ce personnage se suffit à elle-même), mais en pratique, c'est complètement bâclé. Dans le premier film, certes, Will Turner et Elizabeth Swann finissent ensemble, mais leur relation est construite, ils se connaissent depuis des années, etc. Ici, les deux héros se rencontrent, décident de chercher le Trident ensemble, parlent en tout et pour tout dix minutes, et pouf, à la fin, ils s'embrassent, par la magie du scénario de série B. Un peu de développement, non ? C'est trop demandé ? Je regarde Pirates des Caraïbes ou une comédie romantique mielleuse de lycée ? Désolée si j'heurte la sensibilité des fans du film, mais très sincèrement, pour moi, c'est raté au niveau du scénario dans son ensemble. Visuellement magnifique, mais scénaristiquement bâclé. Il semble qu'un autre épisode soit prévu, je caresse l'espoir qu'il rattrape celui-ci... Ma note : 3/10. Pour les quelques bons éléments que j'ai répertoriés.

Amantdouble

(ATTENTION SPOILERS)

Chloé tombe amoureuse de son psychothérapeute Paul et entame une relation avec lui. Elle pense qu'il a une double vie, mais finit par découvrir en réalité qu'il a un frère jumeau, également psychothérapeute... Bon, déjà, ce film = malaise. Mais bon, il fallait s'y attendre. Et ensuite, j'ai vraiment un problème avec ce genre de film qui laisse trop perplexe (il y a beaucoup de scènes où personnellement, je n'ai pas tout compris), et dont la finalité se résume à en fait, cété dan sa tète LOL. Par contre, Marina Vacth et Jérémie Renier font de remarquables performances d'acteurs. Ma note : 2/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de mai : Kaya Scodelario (Pirates des Caraïbes, la Vengeance de Salazar) et Izia Higelin (Rodin) pour Meilleure Actrice, et Paul McCartney (Pirates des Caraïbes, la Vengeance de Salazar) pour le Prix d'Honneur.

Voilà, c'est tout pour moi cette semaine, désolée si je me suis un peu emportée sur certains points, c'était une manière pour moi d'extérioriser ma déception. Mais, bien sûr, encore une fois, je rappelle que mon avis ne représente pas la vérité absolue ! A la semaine prochaine avec de nouveaux films...

 

Marine Melody.

rédactrice semaine Film Cinéma