semaine

Ciné-Fil #23 by Marine Melody

Petit changement de programme (c’est comme ça qu’on accroche un public : avec une annonce choc dès l’intro), les Ciné-Fil seront désormais étalés sur deux semaines. La raison officielle, c’est que comme ça, ça fera plus de films à chroniquer, et donc des articles plus fournis, la raison officieuse, c’est que je me suis rendue compte qu’une semaine sur deux, j’avais la flemme, donc je me suis dit que ça règlerait le problème.  Genius. Pour ce nouveau numéro, donc, partons sur six films qui ont rythmé cette quinzaine cinématographique !

 

Le coup de cœur de la semaine : Le Château de Verre

1

Film de Destin Cretton, avec Brie Larson, Naomi Watts, Woody Harrelson, Max Greenfield… Sortie le 27 septembre.

Le pitch (source : Allociné) : « Jeannette Walls, chroniqueuse mondaine à New-York, a tout pour réussir et personne ne peut imaginer quelle fut son enfance. Elevée par un père charismatique, inventeur loufoque qui promet à ses enfants de leur construire un château de verre mais qui reste hanté par ses propres démons, et une mère artiste fantasque et irresponsable, elle a dû, depuis son plus jeune âge, prendre en charge ses frères et sœurs pour permettre à sa famille dysfonctionnelle de ne pas se perdre totalement. Sillonnant le pays, poursuivis par les créanciers, et refusant de scolariser leurs enfants, les Walls ont tout de même vécu une vie empreinte de poésie et de rêve, qui a laissé des marques indélébiles mais qui a créé des liens impossibles à renier. »

Inspiré du livre de Jeannette Walls, l’héroïne, Le Château de Verre raconte l’incroyable histoire vraie de sa famille, loin d’être conventionnelle ! C’est un film très beau, touchant et drôle qui nous est proposé, j’ai été véritablement embarquée par l’épopée de cette famille américaine hors normes. Le scénario est très bon du début à la fin, la musique est géniale, mais c’est surtout le casting qui sublime le tout. Brie Larson interprète Jeannette adulte, et c’est une actrice absolument formidable, ses parents sont joués par les géniaux Naomi Watts (dont je suis très fan) et Woody Harrelson, qui confère au père de Jeannette le côté loufoque qui sied au personnage, et les seconds rôles ne sont pas en reste, que ce soit les enfants qui interprètent la fratrie Walls à différents âges, ou Max Greenfield (Schmidt dans la série New Girl) que l’on retrouve en petit ami sophistiqué de Jeannette adulte. Tout dans ce film est excellent et fait du bien. Je ne saurais que vous conseiller de courir le voir : vous passerez un très agréable moment. J’ai adoré.

Ma note : 10/10.

 

Les autres films

2

Mathilde vit seule avec sa mère, socialement inadaptée et proche d’une forme de démence. Si aux yeux des autres, sa mère est folle à lier, Mathilde fait tout pour la protéger et éviter d’en être séparée. Un jour, la mère de Mathilde lui offre un oiseau qui parle. Mathilde est la seule à l’entendre, et l’oiseau va la guider et veiller sur elle… La réalisatrice Noémie Lvovsky, qui incarne également la mère de Mathilde, nous présente un film étonnant et lunaire sur l’enfance. Une jolie histoire, avec des scènes très mignonnes (et parfois très glauques, je pense notamment à cette scène de l’enterrement du squelette de l’école par Mathilde. C’est mignon. Et glauque.) et un casting incroyable : Noémie Lvovsky est touchante et convaincante dans le rôle de la mère de Mathilde, personnage qui semble totalement déconnecté de la réalité, mais qui par moments ne paraît pas en être malheureuse (Il y a ce joli dialogue, que l’on voit dans la bande-annonce, où elle porte une robe de mariée, et lorsqu’une autre cliente lui demande « Mais vous ne vous mariez pas ? », elle répond « Si. Avec la vie. » C’est très beau.). Mathieu Amalric joue lui le père de Mathilde, qui va finir par intervenir pour soutenir son ex-femme et aider sa fille, et c’est toujours un plaisir de retrouver cet acteur très talentueux. Mais la révélation du film est évidemment Luce Rodriguez, l’héroïne, remarquable, gracieuse et juste du début à la fin. J’ai été transportée. Point supplémentaire pour la très jolie bande originale, qui m’a notamment permis de découvrir la jolie chanson Oh my mama d’Alela Diane, que je vous conseille d’écouter autant que de voir le film. Ma note : 9/10.

3 1

Abdul Karim voyage d’Inde vers l’Angleterre pour apporter un cadeau en l’honneur du jubilé de la reine Victoria. Il se voit accorder les faveurs de la reine en personne, qui développe avec lui une amitié aussi sincère qu’étonnante. Mais l’entourage de la reine ne le voit pas du tout d’un bon œil… J’adore les films historiques, j’adore l’Angleterre, donc forcément je me devais de voir ce film. Et je n’ai pas été déçue. C’est un très beau film et une histoire vraie touchante, magnifiquement interprétée par la merveilleuse Judi Dench en reine Victoria, et Ali Fazal dans le rôle de son confident. Un épisode historique longtemps passé sous silence (le film l’explique dans les crédits), mais mis en avant par cet excellent film. Ma note : 8/10.

4

Max est le gérant d’une société d’organisation de mariages. Il est engagé par un couple pour organiser un mariage somptueux dans un château. Le film suit tout le déroulement de la journée au travers de chaque membre de l’équipe, que ce soit le gérant, le photographe, les mariés, l’animateur, les serveurs, etc. Et tout ne se déroule pas comme prévu… Eric Toledano et Olivier Nakache, tandem de réalisateurs des excellents Nos Jours Heureux et Intouchables, proposent ici un film chorale sur le thème du mariage, du côté des coulisses. J’en ai déjà parlé, les films chorale, c’est loin d’être ma passion (en général, ils ont le pire des défauts, ils sont vides, donc il n’y a rien à dire dessus), mais là, il faut avouer que c’est réussi. C’est drôle, bien raconté, et si on enlève le fait que le marié est une tête à claques absolue qui m’a fait souhaiter qu’il se crashe violemment sur le sol lorsqu’il fait son espèce de spectacle aérien (ceux qui ont vu le film savent de quoi je parle), tous les personnages sont attachants et nous donnent l’impression de faire partie de la fête. Jean-Pierre Bacri (quel acteur génial) gère tout ce beau monde de main de maître, même si évidemment la soirée sera riche en rebondissements ! Le film est une réussite indéniable. Ma note : 8/10.

5

(Flemme d’en faire un résumé par moi-même, voici donc un magnifique copier-coller d’Allociné, merci, bisous :) « En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies... » Alors, autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas vu Blade Runner premier du nom, ma critique se fondera donc entièrement sur le film comme un tout, et non comme une suite. Et tu peux immédiatement commencer à effacer ton commentaire me disant que ouais, mais du coup, t’as pas compris la subtilité du gnagnagnagna parce que c’était volontaire, donc même si j’ai loupé deux trois éléments (je dis deux trois parce que globalement, le scénario du premier est réexpliqué dans l’introduction du film), j’estime que ça ne change rien à mon avis sur le film. D’après ce que j’ai compris, ce film est l’évènement de l’année et un chef d’œuvre de perfection. Du coup, je vais me faire taper sur les doigts, mais même s’il est très bien, je n’ai pas non plus été ultra emballée. Les points positifs d’abord : Visuellement, c’est parfait. C’est splendide, tant au niveau des décors que des effets spéciaux. Rien à dire, chaque plan est d’une beauté incroyable. La musique est remarquable (c’est Hans Zimmer, en même temps, rien d’étonnant) et complète à merveille le film. Quant au casting, c’est parfait. Ryan Gosling, que je suis plus habituée à voir dans des comédies/films romantiques (notamment cette année avec les excellentissimes La La Land et Song To Song), est totalement convaincant dans ce rôle plus sombre. Harrison Ford est évidemment formidable, la question ne se pose même pas, et j’ai découvert Ana de Armas dans ce rôle touchant de femme holographique, dans lequel elle excelle. Au niveau des rôles secondaires, j’ai eu le plaisir de retrouver deux acteurs que j’aime énormément : Dave Bautista (le génial Drax des Gardiens de la Galaxie), et Carla Juri, une actrice éblouissante que j’ai découvert cette année dans les films Paula et Brimstone. Maintenant, pourquoi je n’ai pas trouvé ce film parfait ? Et bien, parce qu’au vu des bandes annonces, j’avoue que je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus pêchu. Je m’attendais à beaucoup plus d’action, et là, j’ai trouvé ça un peu mou. Ce n’est que mon avis. Dans l’ensemble, le film est tout de même bon, et reste à voir. Ma note : 7/10.

6

Boris et Genia sont en cours de divorce et refont leur vie chacun de leur côté. Lorsqu’ils se retrouvent dans l’appartement qu’ils mettent en vente, ce n’est que pour se disputer. Leur fils de douze ans, Aliocha, semble totalement laissé de côté. Jusqu’à ce qu’il disparaisse… Alors. J’ai lu énormément d’avis positifs sur ce film, comme quoi c’était l’un des meilleurs de l’année, très poétique, etc., bref, ça m’a donné envie d’aller le voir, ce que j’ai fait, et… grosse déception. Je suis passée totalement à côté. J’ai trouvé ce film lent, pas assez prenant, et sans grand intérêt. Ma note : 2/10. L’enfant qui joue Aliocha est très convaincant, et les paysages sont jolis. C’est tout ce que j’ai retenu.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de septembre : Demain Et Tous Les Autres Jours pour Meilleur Film, Noémie Lvovsky (Demain Et Tous Les Autres Jours) pour Meilleure Actrice, Luce Rodriguez (Demain Et Tous Les Autres Jours) pour Prix d’Honneur.

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’octobre : Le Château de Verre pour Meilleur Film, Woody Harrelson (Le Château de Verre), Ryan Gosling (Blade Runner 2049), Harrison Ford (Blade Runner 2049), Jean-Pierre Bacri (Le Sens de la Fête), Jean-Paul Rouve (Le Sens de la Fête) et Ali Fazal (Confident Royal) pour Meilleur Acteur, Brie Larson (Le Château de Verre), Naomi Watts (Le Château de Verre), Carla Juri (Blade Runner 2049) et Eye Haïdara (Le Sens de la Fête) pour Meilleure Actrice, et Judi Dench (Confident Royal) pour Prix d’Honneur.

 

Rendez-vous donc dans deux semaines pour le prochain numéro de Ciné-Fil ! Je profite de cette outroduction pour rappeler que le prochain Star Wars, Les Derniers Jedi, sort dans deux mois tout pile, et que ça me met en joie. Bisous tout doux.

 

Marine Melody.

Ciné-Fil Hors-Série : Les Choix du mois de Septembre

Je suppose ne pas être la seule à qui ça fait cet effet-là : le mois de septembre paraît incroyablement LONG. L'effet de la rentrée, certainement. Quoiqu'il en soit, j'ai l'impression d'avoir vu certains films dont je vais vous parler il y a des mois, alors que cela fait au maximum quatre semaines. Mais voilà que ce mois de septembre est (enfin) terminé, et il est temps d'en dresser le bilan cinématographique, avec la traditionnelle sélection des meilleurs films, acteurs et actrices du mois !

01

 

 

Meilleur Film

 

4ème place : Wind River de Taylor Sheridan.

02

Ce thriller à suspense avec Jeremy Renner et Elizabeth Olsen méritait bien une place dans le classement. C'est un film excellent, rythmé, avec une image superbe.

 

3ème place : Le Redoutable de Michel Hazanavicius.

03

Le film français du mois, en ce qui me concerne ! Un biopic original, qu'on peut apprécier même en ne connaissant que très peu Jean-Luc Godard (c'est mon cas), et truffé d'humour un peu absurde.

 

2ème place : Seven Sisters de Tommy Wirkola.

04

Médaille d'argent bien méritée pour le film d'action futuriste porté par sept Noomi Rapace en grande forme ! Le suspense tient en haleine jusqu'au bout, et on ne s'ennuie pas une minute.

 

1ère place : Mary de Marc Webb.

05

De loin mon gros coup de coeur du mois. Chris Evans et McKenna Grace sont merveilleux dans cette jolie et touchante histoire sur une enfant surdouée. C'est beau, émouvant et drôle. Première place accordée sans hésitation !

 

 

Meilleur Acteur

 

4ème place : Guillaume Canet pour Mon Garçon.

06

Je n'ai pas vu jusqu'ici de film où Guillaume Canet ne jouait pas juste. C'est encore le cas ici, dans le rôle d'un père désespéré dont le fils a été kidnappé. Il est bouleversant, et mérite sa place dans le classement de ce mois.

 

3ème place : Louis Garrel pour Le Redoutable.

07

La médaille de bronze est décernée à Louis Garrel pour son interprétation de Jean-Luc Godard. Même en ne connaissant pas plus que ça le réalisateur, j'ai trouvé son interprétation fascinante et très juste (on notera aussi qu'il fait un "drop the mic" en vrai, et ça, c'est la méga classe).

 

2ème place : Stéphane de Groodt pour L'Un Dans L'Autre.

08

Quel plaisir de retrouver Stéphane de Groodt au cinéma ! Un acteur et humoriste français formidable qui excelle dans les rôles qu'il interprête. Une fois de plus, ici, face à Louise Bourgoin, il démontre tout son talent.

 

1ère place : Chris Evans pour Mary.

09

Dans Mary, Chris Evans joue un oncle aimant prêt à tout pour offrir à sa nièce Mary la meilleure vie possible. Il y est très touchant, et mérite assurément la tête de ce classement des acteurs du mois.

 

 

Meilleure Actrice

 

4ème place : Octavia Spencer pour Mary.

10

J'adore Octavia Spencer. Je la trouve incroyable. Plus tôt dans l'année, on a pu la voir exceller en tant que scientifique de la NASA dans Les Figures de l'Ombre. Ici, elle joue la voisine et amie du personnage de Chris Evans, et est toujours géniale.

 

3ème place : Jayma Mays pour Barry Seal, American Traffic.

11

Alors, oui, je sais, Jayma Mays ne tient qu'un rôle mineur dans le film et appraît grand maximum cinq minutes à tout péter, mais 1) ces cinq minutes suffisent à en faire l'un des meilleurs personnages du film, 2) c'est une actrice tellement géniale, je regrette qu'on ne la voie pas plus au cinéma, et 3) c'est mon classement, je fais ce que je veux. Donc voilà, Jayma Mays, absolument géniale, mérite une belle troisième place.

 

2ème place : Jennifer Lawrence pour Mother !

12

On pourra dire ce qu'on veut de Jennifer Lawrence (et je fais partie des personnes qui ne sont vraiment, mais vraiment, pas fans d'elle), mais on ne peut pas lui enlever qu'elle est une excellente actrice, spécialement dans ce film. Parce qu'il en faut des épaules pour porter un film de cette trempe. Et malgré tout l'amour que je ne lui porte pas, je dois reconnaître que dans ce film, elle est magistrale.

 

1ère place : Noomi Rapace pour Seven Sisters.

13

Sept trophées en un pour Noomi Rapace, s'il vous plaît ! Parvenir à donner une identité propre à sept soeurs et être convaincante dans les sept rôles, ça mérite réellement une ovation. Je n'ai découvert cette actrice qu'en deux films sortis cette année, et je suis pourtant déjà fan. Bravo.

 

 

Prix d'Honneur

14

Le prix d'honneur du mois de septembre est décerné sans hésitation à McKenna Grace pour sa prestation dans Mary. Elle est incroyable, drôle, touchante, et adorable. Et surtout, elle est d'une justesse d'interprétation dingue. Une vraie perle. Je veux l’adopter s’il vous plaît. Avec Sunny Pawar (Saroo enfant dans Lion). Voilà. Mes enfants adoptifs sont si beaux.

 

 

Rendez-vous le mois prochain pour un nouveau hors-série, et très vite pour la suite des Ciné-Fil hebdomadaires !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #22 by Marine Melody

Bienvenue à tous dans ce dernier Ciné-Fil du mois de septembre, où je reviendrai en détails (mais pas trop, parce que flemme) sur quatre films sortis la semaine passée (ah oui, parce qu'en plus de la flemme, j'ai un peu de retard. Vraiment, quelle journaliste investie.) On démarre ?

 

Le coup de coeur de la semaine : L'Un Dans L'Autre

592819 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film de Bruno Chiche, avec Louise Bourgoin, Stéphane de Groodt, Pierre-François Martin-Laval, Aure Atika… Sortie le 20 septembre.

Le pitch (Source : Allociné) : Deux couples, Pierre et Aimée, Éric et Pénélope, partagent tous les quatre plusieurs années d'amitié sans nuage. Seul souci, Pénélope et Pierre sont devenus amants... La situation devenant intenable, ils décident de rompre. Mais après une ultime nuit d'amour passionnée, le sort leur joue un tour : Pierre et Pénélope se réveillent chacun dans le corps de l'autre ! Pour protéger leur secret, ils se retrouvent chacun à devoir vivre la vie de l'autre. C'est le début des complications...

Je suis une très grande fan de Stéphane de Groodt, que ce soit en tant qu'humoriste, il a l'art de manier les mots avec brio, ou en tant qu'acteur. Donc forcément, en voyant la bande-annonce de ce film, où il donne la réplique à Louise Bourgoin et Pierre-François Martin-Laval, deux acteurs que j'apprécie beaucoup également, j'en attendais beaucoup, et j'avais un peu peur d'être déçue. Je ne l'ai pas été. C'est une excellente comédie, pleine de situations loufoques, et que le duo principal porte parfaitement bien. Si le côté loufoque aurait pu être un peu plus poussé, le film n'en reste pas moins drôle, et on passe vraiment un bon moment.

Ma note : 8/10.

 

Les autres films

407072

Mitch Rapp est recruté par la CIA pour traquer des terroristes. Avant de partir sur le terrain, il doit suivre un entraînement rude avec Stan Hurley, l'un des meilleurs agents. (Paye ton résumé, je suis clairement douée, c'est dingue, Allociné devrait m'embaucher)... C'est un bon film d'action, bien rythmé, et pas ennuyeux. Dylan O'Brien et Michael Keaton sont convaincants dans les rôles titres, et ont une belle dynamique. Clairement pas le film de l'année, mais loin d'être mauvais non plus. Ma note : 7/10.

489167

Julien reçoit un appel de son ex-femme lui annonçant que leur fils a disparu. Il fera tout pour retrouver son enfant... Guillaume Canet est absolument bouleversant dans cette traque risquée pour retrouver son fils enlevé. Il porte véritablement le film. Malheureusement (et je vais être méchante, donc d'avance, désolée), il est entouré d'acteurs au jeu plutôt médiocre (à l'exception peut-être d'Olivier de Benoist), ce qui est vraiment dommage, tant son jeu est parfait. Ce n'est que mon avis. Ma note : 7/10.

370380

Sarah, de retour dans sa ville de Colmar, reprend le patinage artistique à haut niveau. Mais avec une mère qui la pousse beaucoup trop, et les rivalités entre filles, Sarah se sent découragée... Etant une grande fan de patinage artistique, j'attendais énormément de ce film. Il est rare d'avoir des films sur ce sport (je veux dire autre que des comédies romantiques gnan gnan où au début, ils sont nuls et ne tiennent pas sur deux patins, et deux mois après, ils gagnent les Jeux Olympiques. Parfaitement réaliste.), donc j'étais très emballée en voyant la bande-annonce. Et, en deux mots : grosse déception. J'ai trouvé que le film était lent, beaucoup trop cliché, incohérent sur certaines parties, et qu'il y a beaucoup trop de scènes inintéressantes pour un film aussi court. Dommage. Ma note : 2/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de septembre : Stéphane de Groodt (L'Un Dans L'Autre), Pierre-François Martin-Laval (L'Un Dans L'Autre), Dylan O'Brien (American Assassin), Michael Keaton (American Assassin), Guillaume Canet (Mon Garçon) pour Meilleur Acteur, et Louise Bourgoin (L'Un Dans L'Autre) pour Meilleure Actrice).

 

A très bientôt pour le hors-série du mois de septembre !

Marine Melody.

Ciné-Fil #21 by Marine Melody

Nous en sommes déjà au vingt-et-unième numéro de Ciné-Fil (c’est marrant, c’est comme mon âge…à quelques années près…), et la sélection de la semaine est pour le moins éclectique, à l’image des sorties cinématographiques de cette rentrée. Entrons dès à présent dans le vif du sujet.

 

Le coup de cœur de la semaine : Le Redoutable

Le redoutable

Film de Michel Hazanavicius, avec Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo… Sortie le 13 septembre.

Le pitch (source : Allociné) : « Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu'il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde. Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu'incompréhensible. »

Le Redoutable est un film aussi génial qu’étonnant. D’abord au niveau de l’image, avec ce grain de film ancien parfaitement cohérent que Michel Hazanavicius a choisi, et qui procure au film un côté très authentique qui fait qu’on est vraiment embarqué dès le début. C’est une excellente idée, et c’est très bien exploité. Le casting est formidable, avec surtout évidemment une superbe interprétation de Louis Garrel en Jean-Luc Godard. Le rôle lui va à merveille. Et alors, ne connaissant pas vraiment le vrai Jean-Luc Godard, je ne saurais pas dire si c’est fidèle à la réalité, mais en tout cas, dans le film, on ne va pas se mentir, on est face à un beau spécimen de drama-queen, option punchlines, qui bien sûr est un ressort comique majeur du long-métrage. Ça, et les lunettes de Jean-Luc. Ceux qui ont vu le film savent de quoi je parle. Les rôles gravitant autour de Godard ne sont pas en reste, même s’ils sont quelque peu masqués par le personnage principal (en même temps, comment peut-il en être autrement ?). Des instants insolites viennent ponctuer le déroulement du film, notamment plusieurs moments où le personnage de Garrel s’adresse directement à la caméra (une récurrence des films de Woody Allen, me semble-t-il, si ma culture ne me fait pas défaut), ou même ces moments où le film se moque un peu sciemment de lui-même, tout cela étant très bien géré et très bien interprété. Au final, Le Redoutable est un film excellent, et qu’on connaisse Jean-Luc Godard ou non (personnellement, je sais qui il est, et je connais quelques titres de films, mais ça ne va pas plus loin), ça n’empêche vraiment pas d’apprécier le spectacle.

Ma note : 9/10.

 

Les autres films

Ob e50278 affiche mother film

Un couple vit tranquillement dans une maison à l’écart de tout. Mais l’arrivée d’invités inattendus va bouleverser leur équilibre… Alors, très sincèrement, j’ai bien mis deux bons jours à décider de si j’avais aimé ce film ou détesté. C’est tellement déroutant qu’il est vraiment difficile de savoir. Et je sais que je ne suis pas la seule. Le cinéma de Darren Aronofsky (Requiem For A Dream, Black Swan…) a toujours une atmosphère particulière, mais avec ce film, il atteint un autre niveau. Vraiment, je vous conseille vivement de ne pas lire les critiques (dit-elle en en écrivant une) et d’aller vous faire votre propre opinion, parce que c’est difficile de définir un avis tranché sur ce film. Bon, de manière générale, faites-vous votre propre opinion en allant voir les films, mais c’est encore plus le cas ici. Par contre, on ne peut pas dire qu’objectivement, c’est un mauvais film, du tout. Une très belle image, une belle interprétation (même si je fais partie des personnes qui ont du mal avec Jennifer Lawrence), et un scénario…détonnant. Ce film est la définition même de l’expression That escalated quickly. Ça met un peu de temps à démarrer, mais alors quand l’action commence réellement, ça grimpe très vite. Bon, j’ai fini par statuer que j’avais aimé. Peut-être un deuxième visionnage dans quelques temps sera nécessaire pour confirmer ou infirmer mon opinion. Ma note : 9/10.

567391 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Connie braque une banque avec son frère Nick, mais le braquage tourne mal. Connie parvient à s’enfuir mais son frère est arrêté par la police. Commence une course contre la montre pour Connie, qui veut tenter par tous les moyens de libérer son frère… Excellent film, bien rythmé, avec une très belle bande originale, et une superbe interprétation de Robert Pattinson. L’action tient en haleine jusqu’au bout, et on passe un bon moment (c’est marrant, c’est le titre du film LOL ok, je me tais). Ma note : 8/10.

Nos annees folles

Pendant la première guerre mondiale, pour protéger son mari déserteur, Louise Grappe travestit Paul en femme. Mais Paul y prend goût et a du mal à abandonner son alter ego Suzanne lorsque le conflit est terminé, ce qui risque de mettre en péril le couple… Inspiré de faits réels, ce film retrace l’histoire de Paul et Louise Grappe, sublimement interprétés par Pierre Deladonchamps et Céline Sallette. J’aimerais surtout faire une parenthèse concernant Céline Sallette. C’est une actrice que je ne connaissais pas avant cette année, et j’ai pu la découvrir dans déjà quatre films sortis ces derniers mois : Corporate, Cessez-Le-Feu, HHhH et donc Nos Années Folles. Et dans chacun de ses rôles, elle m’a bluffée. Une actrice à suivre et que j’ai hâte de retrouver dans d’autres longs-métrages. Concernant ce film, c’est une histoire forte qui nous est racontée, et même remarquablement narrée. Un film à voir ! Ma note : 8/10.

557760 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Barry Seal, aviateur, est recruté par la CIA. Puis par le cartel de Medelin. Puis par la DEA. Un joyeux bordel où il va s’en mettre plein les poches en bernant tout le monde… Alors, partons juste d’un principe simple : Je n’aime pas Tom Cruise. La personne m’insupporte. Donc forcément, pour chaque film que je vois dans lequel il joue, je dois faire un effort considérable pour faire abstraction et me concentrer sur le film afin d’être objective. Voilà. Donc, maintenant, tentons d’être objectif : c’est un bon film, sympa, rythmé, qui nous entraîne du début à la fin, avec d’excellents seconds rôles, notamment Domnhall Gleeson (également dans Mother ! d’ailleurs cette semaine), qui une fois de plus est formidable (je l’aime beaucoup), et un second rôle bien trop minime pour Jayma Mays, actrice de talent qu’on ne voit clairement pas assez dans le film (d’ailleurs, c’est sur elle qu’on aurait dû faire le film. Je m’en tape de Tom Caca Cruise. En plus, c’est un bâtard dans le scénario. Moi, c’est elle que je veux voir !) Bref, une histoire vraie racontée à 100 à l’heure qui nous fait passer un bon moment…malgré Tom Cruise (je vous ai dit que je l’aimais pas ?). Ma note : 7/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix de septembre : Le Redoutable et Mother ! pour Meilleur Film, Domnhall Gleeson (Barry Seal : American Traffic / Mother !), Louis Garrel (Le Redoutable), Javier Bardem (Mother !)  et Robert Pattinson (Good Time) pour Meilleur Acteur, et Jennifer Lawrence (Mother !), Céline Sallette (Nos Années Folles) et Jayma Mays (Barry Seal : American Traffic) pour Meilleure Actrice.

 

 

A la semaine prochaine !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #20 by Marine Melody

Bonjour, bonjour ! Gros programme aujourd’hui, puisque nous allons parler d’une petite fille surdouée adorable, d’une affaire tragique dans le Wyoming, d’une histoire de famille, d’un humoriste tiraillé et de Gérard Depardieu qui boit du jus d’abricot. Avec du teasing pareil, je suis persuadée que vous en avez déjà l’eau à la bouche.

 

Le coup de cœur de la semaine : Mary

237053 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film de Marc Webb, avec Chris Evans, McKenna Grace, Octavia Spencer, Lindsay Duncan… Sortie le 13 septembre.

Le pitch (source : Allociné) : « Un homme se bat pour obtenir la garde de sa nièce, qui témoigne d'un don hors du commun pour les mathématiques. »

Permettez-moi d’étayer un peu ce résumé vraiment sommaire d’Allociné : Déjà, c’est pas un homme, c’est Chris -Captain America et Captain de notre cœur- Evans, qui élève donc sa nièce de sept ans depuis la mort de sa sœur, à qui il a promis que Mary (c’est la petite fille) aurait une vie normale. Mais Mary est tout sauf normale, puisqu’elle est surdouée. Frank (Chris Evans, donc) refuse de l’envoyer dans une école spécialisée pour respecter la promesse faite à sa sœur, mais la grand-mère de Mary n’est pas de cet avis et va intenter un procès à son fils pour récupérer la garde de l’enfant et l’envoyer dans l’école en question. Belle ambiance familiale, donc. Le film est très beau, et, évidemment, très émouvant. Marc Webb nous offre une jolie histoire, touchante, drôle, par moments triste, avec un casting impeccable. Chris Evans est formidable dans ce rôle d’oncle aimant, tiraillé entre la promesse faite à sa sœur décédée et la peur de gâcher la vie de sa nièce en ne choisissant pas ce qui est le mieux pour elle. Et quel plaisir de retrouver Octavia Spencer, déjà superbe cette année dans Les Figures de l’Ombre, et qui est décidément une actrice magistrale. Mais la vraie révélation du film est évidemment la jeune McKenna Grace. Quelle actrice ! Elle est d’une justesse absolument époustouflante du début à la fin. En février, lors de la sortie du film Lion, je voulais adopter Sunny Pawar (l’enfant qui joue le jeune Saroo avec une justesse brillante également), et bien là, je veux aussi adopter McKenna Grace. Mes enfants sont magnifiques. S’ajoute à ça une bande originale superbement choisie, et vous obtenez un film merveilleux pour cette rentrée. En bref : foncez le voir, c’est une merveille !

Ma note : 10/10. Sans hésitation.

 

Les autres films

Wind river affiche 994407

Dans une réserve indienne du Wyoming, le corps d’une jeune femme est découvert dans une plaine enneigée. Pour tenter d’élucider l’affaire, le FBI envoie une jeune recrue, qui fera équipe avec un chasseur habitant les lieux... C’est un thriller à suspense très intéressant et bien construit, inspiré de faits réels, et véritablement porté par le duo Jeremy Renner / Elisabeth Olsen, que je trouve absolument excellents, une fois de plus. Ma note : 9/10.

377670

Erwan découvre que l’homme qu’il croyait être son père ne l’est pas. Après une enquête menée par un détective, il retrouve son géniteur, Joseph, qu’il décide de rencontrer, et pour qui il se prend d’affection. Sur sa route, il rencontre également Anna, avec qui il commence à flirter. Problème : Anna est la fille de Joseph… C’est un film intéressant, et François Damiens est un très bon acteur, mais je n’ai pas été emballée plus que ça. En vérité, j’ai été plus emballée par l’intrigue secondaire autour de la fille d’Erwan enceinte que par l’intrigue principale. Ma note : 4/10.

Le prix du succes

Brahim est un humoriste en plein succès (c’est dans le titre), heureux en amour, et épaulé par son grand frère, un manager incontrôlable qui fait régulièrement des vagues. Pour poursuivre son ascension, il va devoir s’en séparer. Mais comment se séparer d’un manager qui fait partie de sa famille ?... Le trio Tahar Rahim / Maïwenn / Roschdy Zem fonctionne à merveille, mais le film manque de rythme. C’est un peu lent par moments. Ce qui est dommage, parce que l’histoire en elle-même est très intéressante. J’ai été un peu déçue. Ma note : 3/10.

Bonne pomme

Gérard est garagiste. Il décide d’acquérir un garage dans un petit village de l’Oise. En s’y rendant, il rencontre Barbara, une femme étrange et extravagante qui tient une auberge. Leur rencontre va faire des étincelles !... Il y a quelques bonnes scènes, mais globalement, j’ai trouvé le film un peu brouillon, on ne comprend pas vraiment où le scénario veut nous emmener, et ça rend l’ensemble assez plat. Bonne surprise au casting avec la présence de Guillaume de Tonquedec en maire du village un rien excédé. Sinon, dedans, y a Gérard Depardieu qui boit du jus d'abricot, et oui, c'est tout ce que j'ai retenu du film. Ma note : 3/10. Pour Guillaume de Tonquedec, et parce que l'affiche est jolie.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Mary et Wind River pour Meilleur Film, Chris Evans (Mary), Jeremy Renner (Wind River) et Guillaume de Tonquedec (Bonne Pomme) pour Meilleur Acteur, Octavia Spencer (Mary) et Elizabeth Olsen (Wind River) pour Meilleure Actrice, et McKenna Grace (Mary) pour Prix d’Honneur.

 

 

La semaine prochaine, je vous parlerai de Good Time, Le Redoutable, Barry Seal : American Traffic, Mother ! et Nos Années Folles.

Bonne semaine cinématographique à tous !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #19 by Marine Melody

Fin des vacances, la rentrée arrive, et la rentrée ciné aussi ! Un Ciné-Fil un peu particulier cette semaine, puisqu’il va reprendre des films sortis le 23 et le 30 août, étant donné que j’ai un petit peu de retard (ne me jugez pas, siouplé). Mais aussi une sélection de films tous plus cools les uns que les autres, puisque les notes ne vont pas en dessous de 9/10, assez remarquable pour être souligné. Ne perdons pas plus de temps, et let’s go !

 

Le coup de cœur de la quinzaine : Seven Sisters

What happened to monday film affiche

Film de Tommy Wirkola, avec Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe… Sortie le 30 août.

Le pitch (source : Allociné) : « 2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement… »

Partons d’un principe simple : Noomi Rapace est une immense actrice. Elle excelle dans chaque rôle qu’elle interprète, et c’est encore le cas ici avec les sept personnages qu’elle incarne. Il en faut du talent pour parvenir à donner une identité aussi marquée aux sept sœurs Settman. Elle y parvient avec brio. Autour d’elle gravite un casting cinq étoiles, avec une Glenn Close diabolique, Willem Dafoe en grand-père aimant et protecteur prêt à tout pour garder le secret de ses petites-filles, et le formidable Marwan Kenzari, que je découvrais pour ma part dans ce film. Le scénario garde le suspense jusqu’au bout et est très bien mené, on est face à un vrai thriller, avec tous les rebondissements que le genre implique. J’ai été transportée par ce film futuriste, en tous points excellent.

Ma note : 10/10.

 

Les autres films

224293 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Michael Bryce est contraint d’assurer la protection d’un tueur à gages obligé de témoigner au procès d’un dirigeant politique. Problème : les deux hommes se détestent et sont rivaux depuis des années. Ils vont pourtant devoir s’associer pour une fuite qui ne sera pas de tout repos !... Le film idéal de cette fin d’été ! Un film drôle, léger et badass à la fois, servi avec une bande originale excellente et porté par le duo Ryan Reynolds & Samuel L. Jackson, dont l’association fonctionne à merveille. Ma note : 10/10.

Les proies

Le Caporal McBurney, blessé, se retrouve dans un internat de jeunes filles, où les pensionnaires prennent soin de lui. Mais son arrivée provoque également des tensions au sein des jeunes filles… Sofia Coppola est de retour au sommet avec un superbe film, plein de tension, et servi dans une atmosphère et une image superbes, rappelant un peu Virgin Suicides, son premier film (que j’aime beaucoup par ailleurs). Un casting grandiose complète le tout. Ma note : 9/10.

485852 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Patricia, dite Patti Cake$, rêve de devenir une star du hip hop avec son meilleur ami Jheri. Coincée dans une petite ville du New Jersey où elle doit s’occuper de sa grand-mère, mais aussi de son instable mère, elle rêve de fuir son quotidien par tous les moyens, et de goûter enfin à la célébrité… Un film touchant et drôle sur la poursuite d’un rêve. Les personnages sont très attachants, surtout Patti, l’héroïne, brillamment interprétée par Danielle MacDonald. Ma note : 9/10.

184359 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Immersion dans le quotidien d’Act-Up Paris au milieu des années 90, un groupe de lutte contre le SIDA aux méthodes radicales. Nathan, nouveau venu, va y faire la connaissance de Sean, l’un des militants les plus actifs de l’association… Un film très fort et très émouvant, à voir absolument. Narré en deux parties, une première qui se rapprocherait plus du documentaire, et qui laisse place à une seconde partie plus fictionnelle, c’est un véritable film immersif, très bien réalisé, et magnifiquement interprété. Ma note : 9/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’Août : 120 Battements Par Minute, Hitman & Bodyguard et Les Proies pour Meilleur Film, Nahuel Perez Biscayart (120 Battements Par Minute) et Ryan Reynolds (Hitman & Bodyguard) pour Meilleur Acteur, Adèle Haenel (120 Battements Par Minute), Nicole Kidman (Les Proies) et Kirsten Dunst (Les Proies) pour Meilleure Actrice.

(La sélection du mois d’Août a déjà été effectuée ICI)

Sont sélectionnés pour les choix du mois de Septembre : Patti Cake$ et Seven Sisters pour Meilleur Film, Willem Dafoe (Seven Sisters) pour Meilleur Acteur, Noomi Rapace (Seven Sisters) et Danielle MacDonald (Patti Cake$) pour Meilleur Actrice.

 

A la semaine prochaine !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #18 by Marine Melody

Salut à tous, et bienvenue dans ce nouveau numéro de Ciné-Fil, un peu particulier, puisqu’il s’agit du dernier avant les vacances. Enfin, avant MES vacances, surtout. Ce qui signifie que je ne vous embêterais plus avec mes articles pendant au moins deux semaines, ce qui est plutôt sympa, avouez-le. Mais avant ça, entamons les hostilités avec cette semaine cinq nouveaux films, dont quatre français !

 

Le coup de cœur de la semaine : Atomic Blonde

 

1991020292 atomic blonde

Film de David Leitch, avec Charlize Theron, James McAvoy, Sofia Boutella… Sortie le 16 août 2017.

Le pitch (Source : Allociné) : « L'agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionnes du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s'associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers. »

Ce film sort mercredi prochain, mais j’ai eu l’occasion de le voir en avant-première mardi dernier grâce à une séance en partenariat avec le site Madmoizelle. Et très franchement, en deux mots : grosse claque. Un film d’espionnage cool et badass à souhait, avec des acteurs au top de leur forme. James McAvoy frappe encore très fort, après Split en février (question : pourquoi n’a-t-il pas eu d’oscar pour ce rôle ?) dans ce rôle d’espion un peu pourri sur les bords, Sofia Boutella est très sensuelle en agent français sur les traces de l’héroïne, incarnée par Charlize –wonderful- Theron. Quelle héroïne ! Durant tout le film, elle se bat avec un peu tout ce qui lui tombe sous la main, et chaque scène de combat devient du grand art. De toute façon, de base, un film d’espionnage avec une héroïne badass et James McAvoy, qu’est-ce qui pouvait mal se passer ? Réponse : rien. Au niveau du scénario, le contexte historique est formidablement intéressant, avec la chute du mur de Berlin en toile de fond, et une histoire qui tient franchement la route (avec une fin plutôt étonnante). Gros point positif également pour la bande son, qui est absolument jouissive. En résumé : une pépite.

Ma note : 9/10. C’est proche de la perfection.

 

 

Les autres films

 

513928 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Djam, une jeune fille grecque, est envoyée à Istanbul par son oncle pour récupérer une pièce de bateau très importante. Dans sa route, elle rencontre Avril, une jeune française perdue en Turquie car larguée par son petit ami qui lui a pris tout son argent. Avril va suivre Djam dans son périple… Un film très sympathique, avec une jeune actrice sublimée en la personne de Daphné Pattaka. La musique est très présente dans le long-métrage, et très mélodieuse. Un excellent film. Ma note : 8/10.

054045

Zino vient de perdre sa mère et part à la recherche de son père Farid. Mais, il y a vingt-cinq ans, Farid est devenu Lola… Beau film émouvant, avec de très belles interprétations, notamment des deux rôles principaux, Tewfik Jallab et Fanny Ardant. Fanny Ardant porte un rôle très fort, dans lequel elle est formidable. Le film reste dans l’ensemble un peu lent. Ma note : 6/10.

Affiche et bande annonce pour la comedie ado rattrapage 01

Guillaume et ses amis ont prévu d’aller passer le week-end dans un grand festival en Belgique. Mais Guillaume doit passer le rattrapage de son bac lundi matin. Il décide de cacher son véritable résultat à ses parents, et de partir malgré tout, en se promettant de réviser sur place. Mais le week-end ne s’annonce pas de tout repos… Dans l’ensemble, ce n’est pas le film du siècle, mais il est plutôt sympa. Un peu trop attendu par moments, mais on ne s’ennuie pas non plus. On y retrouve également Daphné Pattaka dans un second rôle, et définitivement, j’aime beaucoup cette actrice ! Ma note : 5/10.

491162 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Paul et Vanessa passent la nuit ensemble et ne sont pas censés se revoir. Il est marié, elle est prostituée. Pourtant, ils vont passer la nuit à faire connaissance, et, peut-être, à s’attacher… Alors, je suis allée voir ce film pour Fanny Valette, que j’avais adorée dans Un Profil Pour Deux, et malheureusement, même son charme ne sauve pas le film. C’est lent, assez inintéressant, et il ne se passe pas grand-chose. Je n’ai pas aimé. Ma note : 2/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’août : Atomic Blonde et Djam pour Meilleur Film, James McAvoy (Atomic Blonde) et Tewfik Jallab (Lola Pater) pour Meilleur Acteur, Charlize Theron (Atomic Blonde), Sofia Boutella (Atomic Blonde), Fanny Ardant (Lola Pater) et Daphné Pattaka (Djam) pour Meilleure Actrice.

 

Rendez-vous donc début septembre pour le prochain Ciné-Fil !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #16 by Marine Melody

Bienvenue sur ce vol de la compagnie Air CinéFil, je suis Marine Melody, votre commandant de bord. Notre voyage d’aujourd’hui nous emmènera vers de nouvelles destinations de rêve, de Cuba à la conquête de l’espace, en passant par le Danemark et la Bretagne avec des pensionnaires pas comme les autres ! Attachez vos ceintures, et savourez le voyage…

 

Le coup de cœur de la semaine : Buena Vista Social Club : Adios

 

039923 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film de Lucy Walker, avec Ibrahim Ferrer, Omara Portuondo, Manuel Mirabal… Sortie le 26 juillet.

Le pitch (Source : Allociné) : « Le parcours du groupe dans la captivante histoire musicale de Cuba, tandis que ses membres reviennent sur leurs remarquables carrières et les extraordinaires circonstances qui les ont réunis. »

Un seul mot : Passionnant ! Je ne connaissais Buena Vista Social Club que musicalement, et ce documentaire m’a fait découvrir toute leur histoire, de leur formation à leur tournée d’adieu. Il fait suite au documentaire Buena Vista Social Club sorti vingt ans plus tôt (que je compte du coup voir incessamment sous peu), et retrace toute l’histoire du collectif, témoignages et documents à l’appui. C’est à la fois beau et émouvant, et on en ressort avec de la musique plein la tête. Formidable, et à voir absolument.

 

 

Les autres films de la semaine

 

254162 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Thomas est soldat en Afghanistan. Lors d’une opération, il marche sur une mine et perd ses deux jambes. A l’hôpital, il fait la connaissance de Sofie, une danseuse étoile dont la tante est en phase terminale d’un cancer. Sofie va l’aider dans sa convalescence, et ils vont commencer à tisser des liens très forts… Une jolie histoire d’amour, très émouvante, qui évite les côtés trop gnan-gnan ou trop attendus pour laisser place à un développement construit et une belle émotion.

 

Valerian et la cite des mille planetes

Valérian et Laureline sont des agents spatio-temporels, chargés de protéger Alpha, la Cité des Mille Planètes, du grand danger qu’elle encoure… Annoncé depuis bien longtemps, le blockbuster de Luc Besson, film français le plus cher de tous les temps, est enfin sorti. Et au final, j’ai plutôt bien aimé. Les premiers extraits aperçus avant la sortie me laissaient très perplexe, et j’avais lu à plusieurs reprises que le film avait eu de très mauvaises critiques outre-Atlantique, donc franchement, je m’attendais à pire. Je parle ici en tant que totale novice, puisque je n’ai jamais lu la BD, donc si des lecteurs ont vu le film et souhaitent étayer mon avis, faites donc ! Commençons par les points négatifs : D’abord, il y a des scènes beaucoup trop longues par moments (le film aurait pu être raccourci d’une quarantaine de minutes pour être plus dynamique). La prestation de Dane De Haan m’a pas mal déçue (je suis pourtant fan de lui et l’ai adoré dans A Cure For Life sorti en début d’année), et j’ai trouvé son personnage assez lourd. Quant à la love story entre les deux personnages, elle est inutile et inintéressante, et je pense que le film aurait très bien pu s’en passer. Les points positifs : Visuellement, c’est magnifique. Rien à dire. On en prend plein la vue du début à la fin. La musique est superbe aussi (on a même droit à Space Oddity de David Bowie pour l’introduction du film, c’est magique. Excellent choix). Au contraire de son partenaire à l’écran, Cara Delevingne m’a agréablement surprise. J’ai adoré son personnage, et sa performance d’actrice est très convaincante ici. Autre surprise du casting : Rihanna, que j’ai beaucoup appréciée. Elle a un rôle particulièrement intéressant dans l’intrigue (bien que trop court), et son jeu est très juste. Au final, un très bon divertissement, malgré les quelques défauts. Ma note : 8/10.

 

Sales gosses

Après avoir raté son année de médecine, Alex est contraint de travailler tout l’été comme moniteur de colo. Et pas n’importe quelle colo : une colo de retraités ! Le séjour ne va pas être de tout repos, pour lui, comme pour les pensionnaires… Excellente comédie française, fraîche et dynamique. Thomas Solivérès confirme son statut d’excellent comédien, et on a droit à un remarquable casting pour les pensionnaires de cette colo très spéciale. Rafraîchissant ! Ma note : 7/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de juillet : Buena Vista Social Club : Adios pour Meilleur Film, et Cara Delevingne (Valérian Et La Cité des Mille Planètes) pour Meilleure Actrice.

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’Août : Walk With Me pour Meilleur Film, Thomas Solivérès (Sales Gosses) pour Meilleur Acteur, Liliane Rovière (Sales Gosses) et Cecilie Lassen (Walk With Me) pour Meilleure Actrice.

 

 

J’espère que vous avez passé un agréable voyage à bord de notre compagnie, et je vous dis à bientôt !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil Hors-Série : Les choix du mois de Juillet

En ce tout dernier jour du mois de juillet, il est temps de dresser le bilan cinématographique mensuel du mois. Si, comme vous allez le constater, un film a raflé toutes les premières places des trois catégories, le reste est assez varié et représentatif des principales sorties du mois. Après, comme toujours, tout ceci est très subjectif et purement dû à mon point de vue personnel. Comme chaque fois, tous les films, acteurs et actrices sélectionnés sont en lice pour les choix de l’année 2017 (qui promet d’être difficile !). Mais sans plus attendre, les classements décroissants de chaque catégorie :

01 tickets

 

MEILLEUR FILM :

 

4ème place : Spider-Man : Homecoming, de Jon Watts.

05 spidermanhomecoming

Troisième départ pour les aventures de l’homme-araignée, ce nouveau cru s’avère très convaincant, avec une histoire qui évite le côté origin story (qui aurait sans doute été un peu lourd étant donné que c’est un troisième reboot), un humour distillé tout au long du film, et un casting au top. Malgré les affiches dégueulasses (j’en ai déjà parlé) et les bandes annonces pas convaincantes, le film a été pour moi la bonne surprise du mois.

 

3ème place : Buena Vista Social Club : Adios, de Lucy Walker.

04 buenavistasocialclubadios

J’en parlerai plus longuement dans le prochain numéro de Ciné-Fil, mais ce documentaire, le deuxième sur le collectif, vingt ans après le premier, est tout simplement passionnant. On en sort avec de la musique plein la tête, et c’est aussi très émouvant.

 

2ème place : Song To Song, de Terrence Malick.

03 songtosong

Je sais que le film a été très négativement critiqué de part et d’autre, mais bizarrement, les raisons qui font que la majorité des gens ont détesté, font que j’ai aimé. J’ai trouvé ce film très beau, très poétique, le casting est formidable, la musique est superbe, et même s’il semble un peu long, ce n’est pas au sens ennuyeux du terme. J’ai adoré.

 

1ère place : Baby Driver, d’Edgar Wright.

02 babydriver

Vous l’avez bien compris dans mon article précédent (ICI), j’ai eu un énorme coup de cœur pour ce film, qui est exceptionnel à tous les niveaux. C’est donc sans surprise qu’il prend la tête du classement du mois de Juillet, avec les honneurs du jury (c’est-à-dire moi toute seule).

 

 

MEILLEUR ACTEUR :

 

4ème place : Kevin Spacey, pour Baby Driver.

09 kevinspacey

Le grand Kevin Spacey tient ici le rôle d’un patron du crime qui fait chanter Baby pour que celui-ci l’aide dans un nouveau braquage à haut risque. Et comme toujours, il est génial. L’un des excellents choix de casting de la dernière pépite d’Edgar Wright.

 

3ème place : Ryan Gosling, pour Song To Song.

08 ryangosling

Il faut croire que Ryan Gosling a fait des films musicaux son fonds de commerce cette année ! Heureusement pour nous, ça lui va bien. De manière générale, l’acteur semble aussi à l’aise dans des rôles d’action (Drive ou le très attendu Blade Runner 2049) ou des rôles plus détendus (et musicaux !), comme dans l’excellent La La Land ou dans cette jolie fable de Terrence Malick. S’il était l’acteur n°1 de mon classement du mois de Janvier, il rafle ici la troisième marche du podium, ce qui est tout de même très honorable !

 

2ème place : Tom Holland, pour Spider-Man : Homecoming.

07 tomholland

Tom Holland est la vraie valeur ajoutée du casting de ce nouveau Spider-Man ! L’acteur est particulièrement convaincant dans le rôle de Peter Parker, et on le sent investi. Impression confirmée lorsque j’ai vu des vidéos de ses entraînements, qui impressionnent pas mal. Je lui décerne avec  plaisir la médaille d’argent du mois.

 

1ère place : Ansel Elgort, pour Baby Driver.

06 anselelgort

Première place donnée sans aucune hésitation à Ansel Elgort, héros de l’excellentissime Baby Driver. Je ne connaissais que très peu cet acteur avant le film, mais son charisme et son incomparable talent dans le rôle de Baby m’ont bluffée. Le rôle lui va comme un gant, et on en redemande !

 

 

MEILLEURE ACTRICE :

 

4ème place : Karen Gillan, pour The Circle.

13 karengillan

Je suis une très grande fan de Karen Gillan. Je la trouve incroyablement juste dans chaque rôle qu’elle interprète. Que ce soit comme accro aux réseaux sociaux dans la série Selfie (une excellente série pourtant annulée après une seule saison), comme Nebula, la redoutable sœur de Gamora dans Les Gardiens de la Galaxie (évidemment méconnaissable en costume), ou ici en working girl et amie d’Emma Watson dans The Circle, elle est toujours extra. Et c’est un plaisir de la retrouver dans de plus en plus de rôles !

 

3ème place : Cara Delevingne, pour Valérian et la Cité des Mille Planètes.

12 caradelevingne

Là encore, ma critique complète du dernier film de Luc Besson sera dans le prochain Ciné-Fil, d’ici quelques jours. Mais je peux déjà vous dire que j’ai été agréablement surprise par la performance de Cara Delevingne dans le rôle de Laureline. Je n’avais qu’un bref aperçu de sa carrière d’actrice jusqu’ici, puisque je n’avais vu que ses rôles dans La Face Cachée de Margo et dans Suicide Squad (si, on va dire que ça compte, hein), mais ce film m’a vraiment convaincue sur ses qualités d’interprète. Une médaille de bronze pour elle, donc !

 

2ème place : Rooney Mara, pour Song To Song.

11 rooneymara

J’adore Rooney Mara depuis que je l’ai vue dans Lion (un de mes films préférés de l’année), et c’est avec grand plaisir que je la retrouve ici, dans Song To Song, où elle est une nouvelle fois belle et touchante. Ce rôle d’artiste qui se cherche lui va bien, et Terrence Malick l’a sublimée.

 

1ère place : Lily James, pour Baby Driver.

10 lilyjames

Quand je vous disais qu’un film en particulier avait raflé toutes les catégories ! A l’image de son compagnon dans le film, la belle Lily James remporte elle aussi sans aucune hésitation la première place de sa catégorie pour son rôle de Debora dans Baby Driver. A tel point que je ne sais toujours pas si je suis plus amoureuse d’elle ou d’Ansel Elgort dans ce film. Allez, on va dire les deux. Soyons poly amoureux.

 

 

PRIX D’HONNEUR :

 

Bill Paxton, pour The Circle.

14 billpaxton

Ce mois-ci, le prix d’honneur sera un hommage à un acteur formidable qui nous a quittés en février dernier. Acteur fétiche de James Cameron, il a joué dans pas moins de cinq de ses films (dont Terminator, Aliens : Le Retour et Titanic), mais aussi dans une myriade d’autres longs-métrages, tels que Apollo 13, Twister ou encore Vertical Limit. Il a également été acteur de séries télévisées, et réalisateur au cinéma. Dans The Circle, il joue le père malade et très touchant d’Emma Watson. C’est son dernier rôle au cinéma. Hommage à ce grand monsieur.

 

Rendez-vous dans quelques jours pour un nouveau numéro de Ciné-Fil, et fin août pour de nouveaux prix du mois !

Marine Melody.

Ciné-Fil #15 by Marine Melody

Cher lecteur, cette semaine, je t’embarque dans un voyage à quatre escales : dans un premier temps, nous irons faire un tour endiablé dans la voiture d’Ansel Elgort, puis nous irons voir Dunkerque en temps de guerre. Nous resterons en France le temps d’une heure de retenue un peu particulière, avant de terminer notre escapade en Inde à la fin des années 1940. Tu ne serais même pas fatigué par le voyage, puisque tout se fera depuis un simple siège de cinéma. Installe-toi confortablement, et laisse faire le guide !

 

Le (très gros) coup de cœur de la semaine : Baby Driver

380304 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film d’Edgar Wright, avec Ansel Elgort, Kevin Spacey, Lily James… Sortie le 19 juillet.

Le pitch (Source : Allociné) : « Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu. »

Wow. Quelle claque ! Ce fut ma première réaction en sortant de la séance de Baby Driver, la nouvelle bombe d’Edgar Wright. TOUT dans ce film est excellentissime. Le scénario, d’abord, avec une histoire qui embarque et tient en haleine jusqu’au bout, du suspense, beaucoup d’action, de l’humour, et des personnages forts. Pour interpréter lesdits personnages forts, Edgar Wright nous offre un casting brillant et sans faute : Ansel Elgort est Baby, un héros très particulier, que l’on adopte dès les premières minutes du film. Cette personnalité mi-chou à la crème, mi-bad boy dérapant au volant à la vitesse de l’éclair est parfaitement rendue à l’écran par le charisme et le talent de l’acteur. La jolie Lily James joue sa dulcinée Debora, et on ne peut s’empêcher de tomber en amour face au couple formé par les deux tourtereaux. La volcanique Eiza Gonzalez, formant un couple redoutable avec Jon Hamm, et le rappeur Jamie Foxx sont les braqueurs, chaperonnés par le toujours génial Kevin Spacey en patron du crime. Si Baby ne se sent complet qu’avec sa musique, il en va de même pour le film, avec une bande originale hallucinante, tant en quantité (pas moins d’une trentaine de morceaux) qu’en qualité (je vous laisse admirer ici la liste des titres et artistes pour illustrer mes propos). Les morceaux rythment chaque scène à la perfection, et on en redemande !

Ma note : 10/10. Très gros coup de cœur, à voir absolument. D’ailleurs, tu arrêtes tout de suite ce que tu es en train de faire, et tu fonces au cinéma. De rien.

 

Les autres films

108361

Dunkerque, 1940. 400 000 soldats français et britanniques sont encerclés et tentent d’évacuer coûte que coûte. Visuellement, le film de Christopher Nolan est très beau. J’ai été prise par l’histoire également, même si le montage de scène en scène est assez particulier. Bon, j’ai lu ici et là que la vérité historique n’avait pas forcément été respectée (j’avoue qu’il y a un point qui m’a personnellement fait tilt : la plage de Dunkerque est étonnamment plutôt propre et vide pour une plage censée être en temps de guerre et attaquée de toutes parts), mais c’est un film, et non un documentaire, donc disons qu’on peut pardonner les choix artistiques. Du moins, c’est comme ça que je le vois. Très sincèrement, je dois reconnaître que j’ai été un tout petit peu déçue. Après tous les avis dithyrambiques sur le sujet, je m’attendais vraiment à un film exceptionnel. Je n’ai pas trouvé que c’était un film absolument dingue, mais ça reste un bon film, à voir. Ma note : 8/10.

362549 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Benjamin se retrouve en retenue à son lycée un samedi matin. A cause d’un vœu qu’il a fait sur un site internet, dès qu’il s’éloigne plus de trois minutes de Leila, la fille dont il est amoureux, son heure de colle reprend perpétuellement au début. Agréable surprise que cette comédie française un peu barrée, avec un bon pitch et un bon scénario. Quelques clichés (au niveau des personnages secondaires notamment), mais on passe un agréable moment. Ma note : 7/10.

Le dernier vice roi des indes 163564 1 jpg

Inde, 1947. Louis Mountbatten est nommé vice-roi des Indes, titre qu’il sera le dernier à porter, puisqu’il devra préparer le pays à l’indépendance, après 300 ans de domination anglaise. Les négociations donneront lieu à une partition de l’Inde et à la création d’un nouvel état, le Pakistan. Les habitants du pays devront choisir à quel état va leur allégeance. Film historique excellent retraçant un pan de l’Histoire dont personnellement, j’ignorais les détails, il a été réalisé par la descendante d’une femme ayant vécu les évènements. Un peu lent par moments, il est en revanche beau et émouvant. Ma note : 7/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Baby Driver pour Meilleur Film, Ansel Elgort (Baby Driver), Kevin Spacey (Baby Driver) et Manish Dayal (Le Dernier Vice-Roi Des Indes) pour Meilleur Acteur, et Lily James (Baby Driver) pour Meilleure Actrice.

 

Sachez pour la petite anecdote terriblement pas intéressante que l'ordinateur sur lequel j'ai rédigé cet article a planté deux fois en cours de route, sans rien enregistrer (R.I.P. mes nerfs). C'est donc là la troisième version de cette critique que vous avez pu lire. Voilà, c'est tout. Bonne journée, et à la semaine prochaine !

Marine Melody.

Ciné-Fil #14 by Marine Melody

Bienvenue dans cette nouvelle fournée cinématographique hebdomadaire ! Au menu cette semaine : de la musique, un homme araignée, Emma Watson, et une femme fantastique. Vaste programme, s'il en est. Ne perdons pas une minute de plus, et entrons dans le vif du sujet.

 

Le coup de coeur de la semaine : Song To Song

Song to song

Film de Terrence Malick, avec Ryan Gosling, Michael Fassbender, Rooney Mara, Natalie Portman, Cate Blanchett... Sortie le 12 juillet.

Le pitch (source : Allociné) : "Une histoire d'amour moderne, sur la scène musicale d'Austin au Texas, deux couples - d'un côté Faye et le chanteur BV, et de l'autre un magnat de l'industrie musicale et une serveuse - voient leurs destins et leurs amours se mêler, alors que chacun cherche le succès dans cet univers rock'n'roll fait de séduction et de trahison."

J'ai lu énormément d'avis négatifs concernant ce film, et bizarrement, je peux les comprendre. Mais, comme pour tout, c'est très subjectif. En ce qui me concerne, je me suis laissée emporter par cette fable de Terrence Malick. Un style très particulier, qui peut ne pas plaire à tout le monde, mais qui, moi, m'a enchantée. Premièrement, le casting : réunir Ryan Gosling, Natalie Portman et Rooney Mara (je suis moins fan de Michael Fassbender) dans le même film, avec une affiche aussi jolie (le visuel est vraiment superbe), ça ne pouvait que m'attirer. Rooney Mara (que j'avais déjà énormément apprécié dans le sublime Lion) montre tout son talent dans le rôle de Faye, une artiste wannabe qui vourdrait percer sans pour autant dénaturer son travail, et le couple qu'elle forme avec Ryan Gosling dans le film est d'une alchimie remarquable. Michael Fassbender est convaincant dans ce rôle de riche producteur musical, et j'ai été époustouflée (une fois de plus) par la performance de Natalie Portman. Déjà, physiquement, cette femme ne vieillira jamais. Elle campe ici une jeune serveuse blonde (une couleur qui lui va très bien d'ailleurs), et on lui donnerait maximum vingt-et-un ans. Elle fait presque dix ans de moins que dans Star Wars Episode III : La Revanche Des Sith, sorti... en 2005, il y a douze ans. Natalie Portman, la Benjamin Button d'Hollywood. Et, comme toujours, le rôle lui va comme un gant, je regrette simplement qu'on ne la voit pas plus à l'écran. L'histoire ensuite : des romances dans le monde pas toujours rose de l'industrie musicale, il ne m'en faut pas plus pour être prise par le scénario. Quant à la réalisation, elle est aussi belle que poétique, avec des plans très travaillés, et un côté presque documentaire, voix-offs à l'appui, qui donne au film un côté authentique et différent qui marque. Enfin, la musique, évidemment : une bande originale parfaite, qui sied parfaitement à l'atmosphère du film, avec des extraits d'interprétations live d'artistes comme Iggy Pop ou Patti Smyth, qui prennent ici part au film dans leurs propres rôles. On peut regretter que le film soit un peu long, mais très franchement, c'est pour moi un point très négligeable, tant il est beau. J'en fais une critique élogieuse, parce que j'ai beaucoup aimé, mais comme je vous ai dit, j'ai lu des critiques très négatives également. Alors si le film vous intéresse simplement au vu du pitch ou de la bande-annonce, je vous conseillerais de ne pas faire attention aux critiques (toujours subjectives, bien sûr), d'aller le voir, et de vous faire votre propre avis. Les critiques sont de toute façon des indications, mais, même écrites par des professionnels du métier (pas moi, donc), dépendront toujours du ressenti de l'auteur. Par ailleurs, je vous conseille cet article de l'excellent site Rock N Fool, qui fait une critique du film à la fois positive et négative en citant leurs bons points et leurs mauvais points : CLIQUE ICI.

Ma note : 10/10. Mention coup de coeur. J'ai vraiment beaucoup aimé.

 

Les autres films

Xfyd8ujhoysan8tecldakngdcvr 1

Peter Parker est un jeune lycéen mordu par une araignée radioactive et se retrouve avec des pouvoirs, il devient Spider-Man, blablabla, je pense qu'il est inutile que je vous rappelle le pitch, après une multitude de comics, et trois adaptions cinématographiques différentes, on finit par connaître la rengaine. Au vu des affiches officielles dégueulasses (désolée, mais la plupart ressemble à des collages de maternelle refaits sous Paint) des bandes-annonces pas terribles non plus, et du fait que c'est quand même la troisième fois qu'on nous ressert un nouveau Spider-Man, je vous avoue que je m'attendais vraiment à un four. Et franchement, j'ai trouvé ce film plutôt très bon, au final. Je n'ai pas vu la deuxième série de films (avec Andrew Garfield), donc je ne peux pas comparer, mais par rapport à la toute première trilogie (avec Tobey Maguire), on est sur un film très différent, un peu plus cartoonesque et sur le ton de l'humour, mais sans en oublier l'action, évidemment. J'ai apprécié le fait que ça ne soit pas un énième film traitant des origines de Spider-Man, puisqu'il se place ici quelques mois après la participation du héros à la bataille de Captain America : Civil War, même si on assiste tout de même aux prémices de son super-héroïsme, puisqu'il apprivoise encore ses pouvoirs ici, épaulé de loin par Iron Man. Tom Holland est très convaincant en Peter Parker, c'est un rôle qui lui va bien, on voit qu'il se sent à l'aise dans son interprétation. Autre révélation du casting : Zendaya (que je connaissais personnellement juste pour avoir joué dans une série Disney Channel pas ouf), qui, même dans un rôle plutôt secondaire, est excellente. En espérant plus de développement de son personnage par la suite ! Michael Keaton est génial en antagoniste, et le reste du casting est plutôt bien choisi. N'étant pas familière des comics, je ne sais pas si cette adaptation est plus fidèle ou non que les précédentes (si c'est votre cas, n'hésitez pas à commenter), mais elle m'a en tout cas convaincue. Ma note : 10/10. J'ai été très convaincue. Well done Tom Holland. (PS : je sais que dans un Marvel, c'est inutile de le préciser, mais restez jusqu'à la toute fin, la scène post-crédit vaut vraiment le détour.)

026136 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx 1

Mae, une jeune fille brillante, se retrouve embauchée chez The Circle, une immense entreprise, leader des nouvelles technologies et des réseaux sociaux. Se révélant être une recrue prometteuse, le patron, Eamon Bailey, lui propose de participer à une expérience novatrice, qui bouscule les limites de la vie privée et de l'éthique. Là, pour le coup, en voyant la bande-annonce et le casting (Emma Watson, Karen Gillan et John Boyega surtout), j'étais très emballée par ce film. Et j'ai été un peu déçue. Ce n'est pas un mauvais film du tout, mais j'ai trouvé que ce n'était pas assez poussé dans le genre. Le pitch de départ ressemble beaucoup à un épisode de Black Mirror (excellente série sur un futur proche où les technologies prennent le pas sur l'humain, qu'il faut voir, et qui donne à réfléchir), et c'est une série qui pousse beaucoup plus le concept. Or là, ce n'est pas assez le cas. Le concept, comme le casting, est sous-exploité. Ca aurait pu être un excellent film si le scénario avait été plus poussé. Evidemment, Emma Watson crève l'écran (comme toujours, me direz-vous), et Karen Gillan (que j'aime beaucoup) est formidable, mais les rôles de Tom Hanks et surtout John Boyega auraient pu être beaucoup plus développés. John Boyega a clairement le rôle le plus intéressant du film (je ne dis rien pour ne pas spoiler), mais au final, il ne sert pas à grand chose, c'est tellement dommage. On note aussi au casting la présence du regretté Bill Paxton, décédé il y a quelques mois, et dont c'est l'un des derniers rôles. Il tient le rôle très émouvant du père de l'héroïne, atteint de la sclérose en plaques. Bon, il y a quand même une scène du film qui sort vraiment du lot et laisse sur les fesses. Mais là encore, c'est tellement dommage que le film n'aille pas plus loin dans ce sens. En résumé, c'est presque un très bon film. Ma note : 7/10.

Une femme fantastique 1

Marina et Orlando, qui a vingt ans de plus qu'elle, s'aiment loin des regards. Mais ce dernier meurt subitement. La famille d'Orlando rejette Marina et tout ce qu'elle représente. Elle va devoir se battre contre les préjugés, avec la même énergie dont elle fait preuve tout au long de sa vie. Un film à l'histoire touchante, mais par moments un peu lent. Le thème est évidemment très fort, et il est porté ici par une actrice remarquable, dont la performance brille durant tout le film. Je n'ai pas été plus transportée que ça, mais c'est un bon film. Ma note : 5/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Song To Song et Spider-Man : Homecoming pour Meilleur Film, Ryan Gosling (Song To Song) et Tom Holland (Spider-Man Homecoming) pour Meilleur Acteur, Natalie Portman (Song To Song), Rooney Mara (Song To Song), Zendaya (Spider-Man Homecoming), Emma Watson (The Circle), Karen Gillan (The Circle) et Daniela Vega (Une Femme Fantastique) pour Meilleure Actrice, et Bill Paxton (The Circle) pour Prix d'Honneur.

 

A la semaine prochaine, où je peux déjà vous teaser que je vous parlerai de Baby Driver, que j'ai vu lors d'une avant-première, et qui vaut le détour... Je n'en dis pas plus ! See you soon !

Ciné-Fil #13 by Marine Melody

Bienvenue à toi, jeune lecteur passionné ou non de cinéma ! (On se tutoie, hein ?) Comme tu vas le voir, la sélection des films de cette semaine fait la part belle au cinéma français, puisque trois films sur quatre sont des productions de notre beau pays aux sept-cent vingt variétés de fromages (sauf le gouda)*. C'est parti pour ce nouveau tour d'horizon des sorties de la semaine passée !

*Information non contractuelle.

 

Le coup de coeur de la semaine : Les Hommes Du Feu

310176

Film de Pierre Jolivet, avec Roschdy Zem, Emilie Dequenne, Michaël Abiteboul, Guillaume Labbé... Sortie le 5 juillet.

Le pitch (Source : Allociné) : "Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade... Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien. "

Remarquable ! Une immersion bouleversante dans la vie d'une caserne de pompiers dans l'Aude. La fiction semble proche de la réalité (je dis semble parce que je n'ai jamais été dans une véritable caserne, mais si des pompiers me lisent et ont vu le film, n'hésitez pas à commenter), et donne au film un côté incroyablement réaliste. Les scènes, et les drames, s'enchaînent, et montrent un quotidien fait de tensions, mais surtout de courage, pour ces héros de la vie de tous les jours. L'équipe d'acteurs, Roschdy Zem et Emilie Dequenne en tête, est excellente, et chacun d'entre eux est exceptionellement juste dans son rôle. On pourrait presque croire à un documentaire, tant c'est bien fait. Un film fort en émotions, à voir absolument.

Ma note : 9/10.

 

Les autres films :

430105

Léa et Bertille, deux copines vivant à Paris, ont monté ensemble la société Book A Partner, par laquelle elle "loue" leurs services. Besoin d'une fausse fille ? D'une fausse copine ? Ou d'une ramasseuse de balles ? Elles sont là pour ça ! Mais au travers de ses différentes fausses identités et des mensonges allant avec, Léa pourrait bien finir par se perdre. Surtout lorsque son ancien amour de jeunesse refait surface et se retrouve mêlé à l'un de ses mensonges... Le tandem Deborah François/Alison Wheeler fonctionne à merveille dans cette agréable comédie  ponctuée de quiproquos qui donnent du piment à cette histoire rocambolesque. Alison Wheeler prouve une fois de plus qu'elle est une excellente actrice (elle était notamment en mars à l'affiche de Going To Brazil, comédie déjantée et girly), elle m'a fait mourir de rire dans ce film (la réplique "C'est ce bâtard d'Herman" ne quitte plus ma tête depuis le visionnage et j'en ris encore en repensant à la scène), et Deborah François confirme son talent. J'ai beaucoup aimé ! Ma note : 9/10.

199779 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Océanerosemarie a (encore) rompu avec une petite amie, qui s'ajoute à la nombreuse liste de ses ex. Peu de temps après, elle fait la rencontre de Cécile, qu'elle voit déjà comme la femme de sa vie. Pour la conquérir, Océanerosemarie va devoir mûrir ! Une jolie comédie romantique avec des personnages attachants et hauts en couleurs ! On est transportés par l'histoire naissante d'Océanerosemarie et Cécile, et amusée par les nombreux personnages secondaires, notamment la mère de l'héroïne, incarnée par Michèle Laroque, et surtout l'ex complètement dingue, Fantine (incarnée par la formidable Laure Calamy, dont je suis de plus en plus fan), qu'on adore détester, tant elle s'imisce partout ! La bande originale est une valeur ajoutée, avec de très bons choix musicaux. Ma note : 8/10.

Moi moi mechant 3 affiche 283x400

Dans ce troisième volet de la saga Moi, Moche et Méchant, Gru fera équipe avec Lucy pour arrêter le diabolique (et ringard) Balthazar Bratt, et rencontrera son frère jumeau Dru. Ma critique sera faite en tant que totale novice, puisque je n'ai pas vu les deux premiers films (qui m'ont été rapidement résumés par l'amie que j'ai accompagné à la séance). J'ai passé un agréable moment, c'est un bon dessin-animé. La voix de Steve Carrell colle parfaitement au personnage de Gru (et de Dru, du coup, puisqu'il double les deux), et j'ai adoré l'antagoniste du film, Balthazar Bratt, qui est juste génial dans le genre. Agréablement surprise aussi d'entendre la voix de Julie Andrews (coeur d'amour) pour le doublage d'un personnage secondaire ! Par contre, et là, je ne vais sans doute pas me faire que des amis, j'ai vraiment un problème avec les Minions. Je ne les trouve ni mignons, ni sympathiques, ils sont juste très énervants et totalement inutiles à l'histoire. Mais ce n'est bien sûr que mon avis (pas taper). Ma note : 6/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Loue-Moi et Les Hommes du Feu pour Meilleur Film, Roschdy Zem (Les Hommes du Feu) pour Meilleur Acteur, Alison Wheeler (Loue-Moi), Deborah François (Loue-Moi), Laure Calamy (Embrasse-Moi) et Emilie Dequenne (Les Hommes du Feu) pour Meilleure Actrice, et Julie Andrews (Moi, Moche et Méchant 3) pour Prix d'Honneur.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle sélection ciné !

Marine Melody.

Ciné-Fil #12 by Marine Melody

Après le petit hors-série récapitulatif du mois de juin, nous reprenons donc le fil ciné avec quatre nouveaux films. Je vais revenir plus en détail sur deux films dont j'ai déjà parlé  dans le hors-série (puisqu'ils ont été visionnés en juin), ainsi que deux autres films, qui eux feront partie de la sélection de juillet. Wow, je me suis fatiguée toute seule avec ma phrase super longue, donc sans plus attendre, entrons dans le vif du sujet !

 

Le coup de coeur de la semaine : Okja

Screenshot 2017 07 02 19 47 45 1

Film de Bong Joon-Ho, avec Ahn Seo-Hyeon, Jake Gyllenhaal, Tilda Swinton, Paul Dano, Lily Collins... Sortie le 28 juin 2017 sur Netflix.

Le pitch (source : Wikipedia) : "Lucy Mirando qui est à la tête de la société Mirando Corporation annonce la création de cochons géants. Vingt-six seront élevés de par le monde selon les spécificités locales et au bout de dix ans, un des cochons sera couronné le plus beau cochon. Mija vit avec son grand-père dans les montagnes sud-coréenne en compagnie d'un de ces cochons qu'elle appelle Okja. Alors qu'Okja est l'objet de lutte entre la société Mirando Corporation et les membres du Front de Libération Animale, Mija fait tout son possible pour retrouver sa meilleure amie."

Ce film est un cas particulier, puisqu'il n'est pas réellement sorti au cinéma mais sur Netflix. Il a fait cependant beaucoup parlé de lui, et pour cause : ce film est un vrai petit chef d'oeuvre. Un scénario original qui donne à réfléchir, une réalisation fluide, et surtout un casting absolument sans faute, avec un Jake Gyllenhaal complètement barré, un Paul Dano fidèle à son talent, une Tilda Swinton au sommet, et une révélation en la personne de Ahn Seo-Hyeon, qui campe la jeune héroïne Mija. Le film est à la fois drôle et émouvant, et offre une vraie réflexion. Il démontre en outre qu'il faut compter sur Netflix comme un producteur de cinéma de qualité ! A voir absolument.

Ma note : 10/10. Je n'ai aucun point négatif à pointer du doigt, c'est une pépite.

 

Les autres films

Screenshot 2017 07 02 19 46 47 1

Vincent se fait larguer par sa copine Elina. Premier amour, premier chagrin pour le jeune homme. Ses parents décident de s'en mêler et de lui faire suivre un programme de leur invention pour l'aider à passer à autre chose... Je vous avoue que j'ai beaucoup hésité entre ce film et Okja pour le coup de coeur de la semaine parce que, dans des styles évidemment très différents, j'ai sincèrement adoré les deux. Mon Poussin est une excellente comédie française, fraîche et drôle. Pierre-François Martin-Laval et Isabelle Nanty sont à la fois hilarants et attachants dans ces rôles de parents poules déterminés à aider leur fils à se remettre de sa rupture. Thomas Solivérès, qui incarne Vincent, montre une fois de plus son talent, et le rôle lui va comme un gant. Ce qui est assez traître, d'ailleurs, c'est que l'on en vient à rire de son chagrin, tant les scènes en question sont en réalité drôles et poussées dans le côté pathétique. C'est contradictoire, le spectateur est à la fois compatissant avec le jeune homme maiiis en même temps, la manière dont le chagrin est présenté prête à rire, et c'est tant mieux ! Vraiment une superbe comédie, devant laquelle on passe un excellent moment. Ma note : 10/10. Un régal !

Ob 903b33 capture

Leila et Armand sont en couple. Lorsque Mahmoud, le frère de Leila, revient d'un voyage au Yemen qui l'a radicalement transformé, il s'oppose à leur relation et garde Leila dans leur appartement pour l'éloigner de lui. Seule solution pour Armand : mettre un voile intégral et se faire passer pour Shéhérazade, une femme voilée. Problème : Shéhérazade ne va pas laisser Mahmoud indifférent... Un film agréable, qui flirte un peu avec les clichés, mais reste très sympathique. La performance de Félix Moati est remarquable, et j'aime beaucoup Camélia Jordana en tant qu'actrice (jusqu'ici, je la connaissais surtout en tant que chanteuse). Ma note : 7/10.

520830 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Georges et Eddy sont deux croque-morts travaillant dans l'entreprise de pompes funèbres d'Edmond Zweck, qui bat un peu de l'aile. Les affaires reprennent lorsqu'un défunt leur est confié, mais le voyage jusqu'à sa dernière demeure ne va pas s'avérer de tout repos... Faire rire avec un sujet pareil, c'est gonflé ! Et pourtant, le pari est réussi. Le résultat donne un film étonnant, une comédie morbide originale et bien jouée, emmenée par le duo Arthur Dupont / Jean-Pierre Bacri, excellents. On passe un agréable moment avec ces employés de pompes funèbres. Ma note : 6/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du moins de juin (article complet ici) : Okja et Mon Poussin pour Meilleur Film, Pierre-François Martin-Laval (Mon Poussin), Thomas Solivérès (Mon Poussin), Jake Gyllenhaal (Okja) et Paul Dano (Okja) pour Meilleur Acteur, Isabelle Nanty (Mon Poussin), Tilda Swinton (Okja) et Lily Collins (Okja) pour Meilleure Actrice, et Ahn Seo-Hyun (Okja) pour Prix d'Honneur.

Sont sélectionnés pour les choix du mois de juillet : Felix Moati (Cherchez La Femme) et Arthur Dupont (Grand Froid) pour Meilleur Acteur, Camelia Jordana (Cherchez La Femme) pour Meilleure Actrice.

 

A la semaine prochaine !

Marine Melody.

Ciné-Fil #11 by Marine Melody

Salutations, jeune cinéphile (ou juste ami de moi qui lit mes articles par courtoisie, merci bien, tu es bien urbain, et salut maman) ! Cette semaine a été très frenchie puisqu'à une exception près, il n'y a quasiment que des films français dans ma sélection. Cinq films français et un américain. Trois comédies, un thriller, une comédie dramatique et un film de romance. En bref, six nouveaux films dont il me tarde de vous parler dans ce nouveau numéro. Ne perdons pas de temps, et allons-y !

 

Le coup de coeur de la semaine : Everything, Everything

Everything everything

Le pitch (source : Allociné) : "Que feriez-vous si vous ne pouviez plus sortir de chez vous ? Ni respirer l'air pur de la mer, ni sentir la chaleur du soleil sur votre visage… ni même embrasser le garçon qui vit à côté de chez vous ? Everything, Everything raconte l'histoire d'amour insolite entre Maddy, adolescente futée, curieuse et inventive, et son voisin Olly. Car même si la jeune fille de 18 ans souffre d'une maladie l'empêchant de quitter l'environnement confiné de sa maison, le garçon refuse que ces circonstances n'entravent leur idylle. Maddy n'aspire qu'à sortir de chez elle et à découvrir le monde extérieur et à goûter à ses premiers émois amoureux. Alors qu'ils ne se voient qu'à travers la fenêtre et ne se parlent que par SMS, Maddy et Olly nouent une relation très forte qui les pousse à braver le danger pour être ensemble… même s'ils risquent de tout perdre."

J'ai vu le film en totale novice, je ne peux donc pas juger si l'adaptation est fidèle au roman d'origine ou pas...pour l'instant. Parce que clairement, ce film m'a vraiment donné envie de lire le livre. C'est un très beau film, avec une histoire touchante, et des personnages auxquels on s'attache très vite. Malgré sa maladie qui l'empèche de sortir de chez elle depuis qu'elle est bébé, Maddy est une jeune fille très vive, solaire, et pleine d'imagination. On comprend qu'Olly ait le coup de foudre ! Leur histoire d'amour est aussi passionnante qu'originale, on est transportés du début à la fin. Côté musique, la bande originale sied parfaitement à l'atmosphère du film avec des choix de chansons modernes, et bien sûr romantiques (c'est un film de romance, donc forcément). Le film offre également une belle réalisation, avec une image très lumineuse et des décors bien choisis. Tout est fait pour que ce film séduise, et pour ma part, ça a été le cas !

Ma note : 9/10. J'ai adoré, et j'ai hâte de lire le roman original.

 

Les autres films

Les ex

Qu'on les aime encore ou qu'on les déteste, les ex font partie de notre vie, de notre passé. A Paris, les vies de plusieurs couples et ex-couples se croisent... Bravo à Maurice Barthélemy pour avoir réalisé un très bon film chorale ! Je ne suis pas du tout friande du genre habituellement tant c'est souvent mal géré et brouillon, mais là, chapeau. C'est tantôt drôle, tantôt émouvant, toujours excellent, et la comédie est sertie d'un casting cinq étoiles, y compris pour les seconds rôles (quel plaisir de voir Elise Larnicol, ex-membre des Robins des Bois, bien trop peu présente à l'écran. Même si, avec Maurice Barthélemy à la réalisation et déjà trois ex-Robins au casting, j'aurais adoré les voir tous réunis...). Un excellent film, loin d'être brouillon. A voir ! Ma note : 9/10.

Ko

"Antoine Leconte est un homme de pouvoir arrogant et dominateur, tant dans son milieu professionnel que dans sa vie privée. Au terme d’une journée particulièrement oppressante, il est plongé dans le coma. À son réveil, plus rien n’est comme avant : Rêve ou réalité ? Complot ? Cauchemar ?… Il est K.O." (J'ai gardé le résumé Allociné qui est plutôt bien fait et représentatif) Un thriller intriguant qui ne laisse pas indifférent. La performance de Laurent Lafitte est remarquable dans ce rôle tantôt sombre, tantôt perdu. J'ai personnellement été plus habituée à le voir dans des comédies et des films légers (après, je ne suis pas au fait de l'intégralité de sa filmographie), et ce film-là met véritablement son talent d'interprétation en valeur. Ma note : 7/10.

Bad buzz

Eric et Quentin, animateurs d'une émission pour enfants à succès, se retrouvent pris dans le tourbillon d'un mauvais buzz suite à un énorme quiproquo autour d'une photo sortie de son contexte. Seule solution : faire un bon buzz en moins de quarante-huit heures. Je suis allée voir ce film par curiosité, et au final, c'est plutôt sympa. Malgré les blagues un peu pipicaca par moments, le scénario est assez original et barré, et j'ai passé un bon moment. Ma note : 6/10.

Le manoir

Une bande de copains passe le réveillon du nouvel an dans un manoir loué pour l'occasion. Mais des choses étranges s'y passent... Globalement une réunion de youtubers (et d'acteurs) pour une parodie de film d'horreur pas nulle, mais pas dingue non plus. La deuxième partie du film est plus intéressante, et le twist de fin rend le scénario original. Cependant, je trouve (c'est mon avis) que ce film aurait pu rester sur YouTube. Je m'explique. Il y a quelques temps, la chaîne du collectif Suricate a sorti un film spécialement sur YouTube nommé Les Dissociés (que je vous conseille par ailleurs vivement, parce que c'est une pépite). J'ai toujours pensé que c'est un film qui aurait mérité une sortie cinéma (même si c'était volontaire de la part de Suricate de faire ce film spécialement pour internet). Le Manoir, lui, aurait a contrario pu être un film spécialement produit pour YouTube. Pas par manque de qualité, mais parce qu'il ressemble assez à un long sketch que l'on pourrait voir sur la chaîne d'un des protagonistes du film. Ce qui n'est pas le cas des Dissociés. Voyez les deux, vous comprendrez. Ma note : 6/10.

Ava

Ava, treize ans, est en vacances en bord de mer avec sa mère et sa soeur lorsqu'elle apprend qu'elle perdra bientôt la vue. Elle veut à tout prix profiter de son été, et fait la connaissance de Juan... Noée Abita est une vraie révélation dans le rôle principal du film, qui se complexifie au fur et à mesure que le scénario avance. Laure Calamy, qui joue sa mère, confirme son statut d'actrice montante (on la voit dans de plus en plus de films depuis le succès de la série Dix Pour Cent, où elle interprète Noémie). C'est un bon film dans l'ensemble, avec une belle réalisation. Ma note : 6/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de juin : Everything, Everything et Les Ex pour "Meilleur Film", Nick Robinson (Everything, Everything), Maurice Barthelemy (Les Ex), Jean-Paul Rouve (Les Ex), Baptiste Lecaplain (Les Ex), Laurent Lafitte (K.O.) et Vincent Tirel (Le Manoir) pour "Meilleur Acteur", Amandla Stenberg (Everything, Everything), Stefi Celma (Les Ex), Vanessa Guide (Le Manoir), Natoo (Le Manoir) et Laure Calamy (Ava) pour "Meilleure Actrice", et Noée Abita (Ava) et Maurice Barthelemy (Les Ex - Réalisation) pour "Prix d'Honneur".

 

C'est tout pour moi, à la semaine prochaine !

Marine Melody.

Ciné-Fil #10 by Marine Melody

Je pense que vous commencez à connaître la rengaine, nouvelle semaine ciné, nouveaux films ! Aujourd'hui, c'est quatre longs-métrages que je vous présente. Go !

 

Le coup de coeur de la semaine : HHhH

Hhhh

Film de Cédric Jimenez, avec Jason Clarke, Rosamund Pike, Jack O'Connell... Sortie le 7 juin 2017.

Le pitch (source : Allociné) : "L’ascension fulgurante de Reinhard Heydrich, militaire déchu, entraîné vers l’idéologie nazie par sa femme Lina. Bras droit d’Himmler et chef de la Gestapo, Heydrich devient l’un des hommes les plus dangereux du régime. Hitler le nomme à Prague pour prendre le commandement de la Bohême-Moravie et lui confie le soin d’imaginer un plan d’extermination définitif. Il est l’architecte de la Solution Finale. Face à lui, deux jeunes soldats, Jan Kubis et Jozef Gabcik. L’un est tchèque, l’autre slovaque. Tous deux se sont engagés aux côtés de la Résistance, pour libérer leur pays de l’occupation allemande. Ils ont suivi un entraînement à Londres et se sont portés volontaires pour accomplir l’une des missions secrètes les plus importantes, et l’une des plus risquées aussi : éliminer Heydrich. Au cours de l’infiltration, Jan rencontre Anna Novak, tentant d’endiguer les sentiments qui montent en lui. Car les résistants le savent tous : leur cause passe avant leur vie. Le 27 mai 1942, les destins d’Heydrich, Jan et Jozef basculent, renversant le cours de l’Histoire."

Quelle claque ! Il y a énormément de films sur la Seconde Guerre Mondiale, à tel point qu'il est difficile de sortir du lot. Ce film y parvient en montrant les destins croisés d'un côté d'un haut dirigeant nazi, de l'autre de deux résistants au régime prêts à tous les sacrifices pour l'arrêter. C'est passionnant, très fort, et clairement, la bande-annonce ne lui rend pas justice. Le film est très dur et montre des scènes horribles de la montée au pouvoir du nazi et des massacres de la guerre, ce qui renforce le côté réellement immersif. Le montage est particulièrement bien fait, avec des flashbacks réguliers, mais qui n'empêchent absolument pas la compréhension de l'histoire (signe de qualité). Les acteurs sont excellents, et on retrouve notamment deux têtes françaises, Gilles Lelouche et Céline Salette, qui ne détonnent pas dans le casting, bien au contraire ! Mention spéciale à l'acteur Jack O'Connell, pour les connaisseurs de séries, Cook dans la deuxième génération de Skins, qui tient ici un rôle très éloigné du personnage qui l'a rendu célèbre, et qui est très juste. Je ne saurais vous dire la prononciation exacte du titre, mais je vous conseille vivement cette pépite !


Ma note : 9/10. J'ai adoré.

 

Les autres films

Retouramontauk

Max Zorn est écrivain. Pour la publication d'un de ses romans, il revient à New-York, où il retrouve Rebecca, un ancien amour, dont il parle dans le roman en question. Celle-ci lui propose de l'accompagner à Montauk, un lieu phare de leur histoire. Alors qu'il est marié, Max la suit, pour un week-end qui s'annonce très nostalgique pour les anciens amants. Superbe film très émouvant sur la nostalgie et les sentiments. La bande-originale est remplie de beauté, avec notamment l'Adagietto de la 5ème Symphonie de Gustav Mahler (je ne suis pas objective, j'adore ce morceau) et I Want You de Bob Dylan (idem). J'ai été transportée par cette jolie histoire. Ma note : 9/10.

Lamomie

Le tombeau d'une ancienne princesse égyptienne enterrée vivante est retrouvé, et celle-ci reprend vie, avec une soif de vengeance dévastatrice. Je n'étais pas plus emballée que ça par ce film, et j'ai voulu aller le voir pour deux raisons : Annabelle Wallis (Jane Seymour dans la série Les Tudors) et Jake Johnson (Nick dans New Girl. C'était d'ailleurs très étrange de l'entendre appeler Tom Cruise "Nick", je suis trop habituée à ce que ça soit SON prénom...). Et bien, ça va peut-être vous étonner, mais...j'ai bien aimé. Franchement, je m'attendais vraiment à pire. Certes, il y a beaucoup de défauts, mais au final, je n'ai pas passé un mauvais moment. Du coup, ça m'a un peu étonnée tout ce bashing qu'il y a eu autour. Ok, ce n'est pas le film du siècle, mais il reste divertissant. C'est correct. Ma note : 7/10.

Nospatriotes

Le film raconte l'histoire vraie d'Addi Ba, tirailleur sénégalais qui est parvenu à s'évader de prison et à se cacher dans un village des Vosges. Là, des habitants l'aident à obtenir des faux papiers, puis il participe aux toutes premières actions de résistance. Autre film sur la Seconde Guerre Mondiale (décidément), ce pan de l'Histoire est intéressant également, et très bien joué, notamment par Alexandra Lamy, qui excelle dans les rôles dramatiques. Visuellement, le film a une atmosphère particulière qui sied parfaitement à l'histoire. Ma note : 6/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : HHhH et Retour à Montauk pour Meilleur Film, Jake Johnson (La Momie), Jack O' Connell (HHhH) et Stellan Skarsgard (Retour à Montauk) pour Meilleur Acteur, Annabelle Wallis (La Momie), Rosamund Pike (HHhH), Mia Wasikowska (HHhH), Nina Hoss (Retour à Montauk) et Alexandra Lamy (Nos Patriotes) pour Meilleure Actrice.

 

Encore une jolie semaine cinématographique ! Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite de ce chouette mois de juin...

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #9 by Marine Melody

Bienvenue dans ce nouveau numéro de Ciné-Fil ! Cette semaine, cinq nouveaux films très différents, comme vous allez pouvoir le constater par vous-même : du super-héroïsme, de l'espionnage, des histoires de famille, d'amour, et même un documentaire, il y en aura pour tous les goûts. On y va ?

 

Le coup de coeur de la semaine : Wonder Woman

Wonderwoman

Film de Patty Jenkins, avec Gal Gadot, Chris Pine, Connie Nielsen, Robin Wright... Sortie le 7 juin.

Le pitch (source : Allociné) : "C'était avant qu'elle ne devienne Wonder Woman, à l'époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s'écrase sur l'île paradisiaque où elle vit, à l'abri des fracas du monde. Lorsqu'il lui raconte qu'une guerre terrible fait rage à l'autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu'elle doit enrayer la menace. En s'alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l'étendue de ses pouvoirs… et son véritable destin."

Dieu que c'est bien ! C'est la deuxième fois qu'un film de super-héros m'emballe autant (avec Les Gardiens de la Galaxie 1 et 2). Visuellement, le film est magnifique, tant au niveau des costumes que des paysages (surtout l'île des Amazones, qui est de toute beauté). La musique est absolument formidable tout le long du film, notamment par l'utilisation du nouveau thème de Wonder Woman composé par Hans Zimmer & Tom Holkenborg pour Batman Vs Superman lors des scènes de combat, qui rend le tout encore plus épique. Certes, le film a des petits défauts qu'on peut relever si on s'attarde dans le détail, mais franchement, lesdits défauts sont au combien négligeables face à la qualité du spectacle. Le casting est lui aussi superbe, Chris Pine est très bon dans ce premier rôle masculin, mais comment ne pas parler de Gal Gadot, qui incarne l'héroïne ? Une plastique de rêve, sportive, musclée et féminine, un visage magnifique (on comprend que chaque allié faisant sa rencontre soit époustouflé par sa beauté), Gal Gadot était faite pour incarner la super héroïne mi-femme, mi-déesse, à tel point qu'on se demande si elle ne l'est pas un peu elle-même.

Petite anecdote : Gal Gadot peinait à trouver des rôles et envisageait d'arrêter sa carrière et de quitter Hollywood pour retourner en Israël, son pays natal, avec sa famille. Jusqu'au jour où Zack Snyder, le réalisateur de Batman Vs Superman, lui a demandé d'auditionner pour un rôle secret. Le site Première raconte : "Peu après son audition, l’actrice est rentrée en Israël pour tourner un film sur sa terre natale jusqu’à recevoir un autre coup de téléphone : "L’audition s’était bien passée. Je suis retournée en Israël pour y tourner un film mais je ne savais toujours pas si je voulais continuer à faire ce métier. Une fois arrivée là-bas, je reçois un nouvel appel pour faire une autre audition filmée. Je me suis dit : ‘’Encore ? Un autre test caméra ? Un autre ‘’j’y étais presque’’ Finalement j’ai dit : ‘’D’accord, peu importe. J’auditionne pour quoi ? Quel est le rôle ?’’ Et mon agent me lance : ‘’Quoi ? Ils ne t’ont pas dit ?’’ et je lui réponds : ‘’Non, personne ne sait ce que je vais faire…’’ Deux jours plus tard, Zack m’appelle et me balance :‘’Je ne sais pas si vous avez ce personnage en Israël, si elle est connue ou pas, mais  tu as déjà entendu parler de Wonder Woman ?’’ Et là j’étais genre…" (elle mime de s’évanouir)." Source de l'article (Première) : http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Gal-Gadot-a-failli-arreter-le-cinema-avant-Batman-V-Superman

En bref, un excellent film, et un excellent divertissement !

Ma note : 10/10. En toute sincérité, j'ai adoré.

 

Les autres films

Conspiracy

Ancienne interrogatrice de la CIA, Alice Racine s'est retirée du métier après un attentat auquel elle a été directement confrontée. La CIA retrouve sa trace et fait à nouveau appel à ses services pour déjouer un attaque imminente. Mais Alice découvre que l'agence a été infiltrée, et qu'elle-même a été manipulée... Un thriller excellent sur fond d'espionnage, avec un bon scénario, des rebondissements, de bons acteurs, un régal ! Tout ce que j'aime. Ma note : 9/10.

Commentjairencontremonpere

Eliot et Ava sont les parents adoptifs du petit Enguerrand. Surprotégé par son père qui lui parle à longueur de temps de ses origines africaines, l'enfant veut absolument savoir qui est son père biologique. Un soir, il rencontre sur la plage Kwabéna, un migrant à la peau noire comme la sienne. Persuadé que celui-ci est son vrai père, il l'héberge dans sa chambre, à la grande surprise de ses parents. Un très beau film, à la fois touchant et drôle, qui nous conte une jolie histoire de famille. A voir ! Ma note : 8/10.

Aseriousgame

Dans la Suède du XXème siècle, Arvid fait la connaissance de Lydia. Les deux jeunes gens tombent amoureux, mais ne se marient pas pour des raisons financières. Epousant l'un et l'autre des partis plus riches, ils se retrouvent des années plus tard. Naîtra alors une passion et une liaison dévorantes entre les deux amants. Certes, c'est une histoire qui n'a rien de très original, mais le film est agréable et intéressant à voir malgré tout. Les tourments des deux amants dans cette histoire passionnée sont loin d'être de tout repos ! (Pour la petite histoire, la réalisatrice Pernilla August est une tête connue des fans de Star Wars, puisqu'elle a interprété Shmi Skywalker, la mère du jeune Anakin, dans la prélogie de la saga). Ma note : 8/10.

Levenerablew

Documentaire présenté en séance spéciale au Festival de Cannes cette année, le film nous emmène à la rencontre de Wirathu, un moine bouddhiste de Birmanie influent, ouverment islamophobe, et encourageant à la haine et à la violence, ce qui va à l'encontre des principes mêmes de la religion bouddhiste. Même si ce documentaire est intéressant et nous fait voir un visage dissident haineux d'une religion pourtant fondée sur la tolérance et la paix, je l'ai trouvé très long, et, c'est mon avis, sans doute pas adapté au cinéma. Il y a beaucoup de séquences d'archives de mauvaise qualité (puisque ce sont des archives, donc) qui passent assez mal sur un grand écran. Ma note : 3/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Wonder Woman et Conspiracy pour Meilleur Film, Chris Pine (Wonder Woman) pour Meilleur Acteur, Gal Gadot (Wonder Woman), Noomi Rapace (Conspiracy), Isabelle Carré (Comment J'Ai Rencontré Mon Père) et Karin Franz Körlof (A Serious Game) pour Meilleure Actrice.

 

A la semaine prochaine, et j'espère bonnes séances !

Marine Melody.

Ciné-Fil #8 by Marine Melody

Le mois de juin est arrivé, et amène avec lui de nouvelles sorties ciné ! Pour cette première salve du mois, je vais vous parler de cinq nouveaux films en salles depuis mercredi. Sans plus attendre, démarrons ce nouveau Ciné-Fil !

Le coup de coeur de la semaine : L'Amant d'Un Jour

Lamantdunjour

Film de Philippe Garrel, avec Eric Caravaca, Esther Garrel, Louise Chevillotte... Sortie le 31 mai.

Le pitch (source : Wikipedia) : "Gilles est professeur de philosophie et entretient une liaison avec une de ses élèves, Ariane, qui habite avec lui. Un jour, sa fille, Jeanne, qui a également 23 ans comme Ariane, revient vivre chez son père suite à une rupture amoureuse douloureuse. Les deux femmes font connaissance et se comprennent."

Un nouvel exemple de film auquel la bande-annonce ne rend pas justice. C'est ma belle surprise de la semaine ! Un film très beau et poétique sur les relations amoureuses, et même l'amour de manière générale. Les femmes prennent la lumière durant tout le film : Esther Garrel est belle et très touchante, et Louise Chevillotte est absolument divine et envoûtante. Le choix du noir et blanc confère au film une atmosphère particulière et intéressante qui rend le tout captivant. Quant à la bande originale, elle est dirigée par monsieur Jean-Louis Aubert, qui fait honneur à son talent. Je ne m'attendais pas à aimer autant !

Ma note : 9/10.

 

Les autres films

Louandreassalome

Le film retrace la vie de Lou Andréas-Salomé, romancière et psychanalyste qui a fasciné nombre de ses contemporains, dont Freud, Nietzsche et Rilke... C'est un biopic passionnant sur cette remarquable femme. Lou est superbement interprétée par quatre actrices différentes selon les différents âges de sa vie. Seul regret : que le film ne dure pas plus longtemps, notamment pour la partie concernant Freud. Ma note : 9/10. Remarquable.

Mariefrancine

Alors que son mari la quitte pour une jeunette et qu'elle est poussée vers la sortie de son travail, Marie-Francine se retrouve contrainte, à cinquante ans, de retourner vivre chez ses parents, qui la traitent encore comme une enfant. Elle se reconvertit en vendeuse de cigarette électronique, et fait la connaissance de Miguel, chef cuistot. Un très joli film de Valérie Lemercier, positif et très drôle. Patrick Timsit y est très touchant, et le duo fonctionne admirablement bien. Ma note : 8/10.

Churchill

En pleine seconde guerre mondiale, un débarquement est envisagé en juin 1944 par les alliés pour libérer les côtes françaises. Le Premier Ministre britannique Winston Churchill est contre le projet. Le débarquement vu par les yeux de Churchill. C'est un biopic, comme Jackie, qui choisit de se pencher sur un seul épisode de la vie d'un personnage au lieu d'en brosser un portrait général. Un angle de vue intéressant qui captive jusqu'au bout, même si l'on connaît le dénouement. Ma note : 7/10.

Drolesdoiseaux

Mavie débarque à Paris et trouve une annonce pour un petit boulot dans une librairie, et un studio, tenus par George, solitaire et acariâtre. Elle est fascinée et en tombe amoureuse, malgré la différence d'âge. C'est lent et trop confus. L'histoire de base est intéressante, mais diverge trop, ce qui rend le tout très brouillon. Je n'ai vraiment pas accroché, malgré les personnages attachants. Ma note : 2/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : L'Amant D'Un Jour et Lou Andréas-Salomé pour Meilleur Film, Brian Cox (Churchill), Louise Chevillotte (L'Amant D'Un Jour) et Katharina Lorenz (Lou Andréas-Salomé) pour Meilleure Actrice.

 

A la semaine prochaine avec de nouveaux films !

Marine Melody.

Ciné-Fil #7 by Marine Melody

Autant vous le dire tout de suite, la sélection de la semaine (à l'exception d'un particulier) n'a rien de bien follichon... Une ressortie en salles, et trois nouveaux films, c'est parti pour ce Ciné-Fil !

 

Le coup de coeur de la semaine : Anastasia

Anastasia

Film de Don Bluth et Gary Goldman... Ressortie en salles le 24 mai.

Le pitch (source : Allociné) : "Saint-Pétersbourg, 1917. Comment l'impératrice Marie et sa petite fille Anastasia vont être sauvées du funeste sort, provoqué par la revolution, qui s'abat sur la famille impériale, par un jeune employé de cuisine : Dimitri. Mais le destin les sépare une nouvelle fois. Dix ans après la chute des Romanov, une rumeur persistante se propage : la fille cadette de l'empereur serait encore en vie..."

Je sais, c'est un peu de la triche, mais voilà, je ne pouvais pas ne pas en parler. Sorti en 1997, Anastasia est depuis vingt ans un dessin-animé culte, et pour célébrer ce vingtième anniversaire, il est ressorti dans certaines salles, pour notre plus grand plaisir. Evidemment, j'y ai couru ! Je l'avais découvert sur cassette vidéo à l'époque, ça a été un plaisir d'en profiter sur grand écran. Tant au niveau de l'histoire que des personnages (rien à battre des princes Disney, quand j'étais petite, c'était Dimitri mon chouchou), et des chansons, Anastasia n'a rien à envier aux meilleurs Disney (certains confondent encore, mais non, même s'il en a la qualité, ce n'est pas un Disney !). Cultissime, et toujours aussi magique.

Ma note : 10/10. Perfection.

 

Les autres films

Rodin

A l'âge de 40 ans, Auguste Rodin reçoit sa première commande d'état : la Porte des Enfers, inspirée de la Divine Comédie de Dante. Il vit en parallèle une liaison passionnée avec Camille Claudel, son élève. Le film est très bien interprété mais un peu long. Vincent Lindon a expliqué dans une interview avoir eu beaucoup de mal à se détacher de son personnage de Rodin après le tournage, et ça se sent. L'acteur est à fond dans le rôle. Quant à Izia Higelin en Camille Claudel : Mais c'est sur elle qu'il fallait faire le film ! Je n'ai rien contre Lindon, mais c'est elle que je veux voir ! Elle est sublime dans ce rôle. Ma note : 6/10.

Potc5

(ATTENTION SPOILERS)

(Avant de me lancer dans la critique, et étant donné que je vais toucher à un film que manifestement pas mal de personnes ont aimé, je tiens à rappeler que ma critique ne représente que MON avis, et que je ne prétends évidemment pas détenir la vérité absolue, donc vous avez tout à fait le droit de ne pas être d'accord. Je ne reflète que mon ressenti.)

Cinquième volet des aventures des Pirates des Caraïbes, cet opus suit à nouveau Jack Sparrow dans de nouvelles péripéties. Il s'associe à Carina Smyth et Henry Turner dans la recherche du Trident de Poséidon, tout en s'efforçant d'échapper à l'équipage du capitaine Salazar, qui souhaite se venger de lui (d'où le titre, je suppose). Attention, ça va salement spoiler dans les lignes qui suivent. Et je ne vais pas me faire que des amis sur ce coup-là. Sachez que j'attendais beaucoup de ce film. Les bandes-annonces étaient superbes, et il y avait Kaya Scodelario au générique (j'aime beaucoup cette actrice). Forcément, je me suis dit que ça allait être génial. Et bien, en deux mots : grosse déception. Les points positifs, d'abord. La fraîcheur de Kaya Scodelario est un vrai plus pour le film, Javier Bardem est formidable dans ce rôle d'antagoniste, les effets visuels sont superbes, ramener l'histoire de Will Turner (et y donner une jolie fin), c'était une idée pas mal, la scène d'introduction de Jack Sparrow (le vol de la banque) est géniale et donne l'espoir d'un bon film (meh), et la courte scène avec Paul McCartney est sans aucun doute possible la meilleure scène du film. Ca, c'est fait. Les points négatifs, maintenant (c'est là que vous n'allez pas m'aimer) : Premièrement, Johnny Depp. Je sais que le rôle de Jack Sparrow est toujours assez à la limite du surjeu dans les premiers films, parce que le personnage veut ça, et jusqu'ici, c'était très bien. Mais là, la limite est dépassée. C'est beaucoup trop dans le surjeu. Ici, il est en roue libre, presque en parodie de lui-même et c'est franchement dommage, parce que le personnage est vraiment intéressant. Ensuite, le SCENARIO. Et je m'excuse par avance, parce que je risque d'être vulgaire dans les lignes qui vont suivre. Pour moi, ça a été bâclé. Une nouvelle histoire (et encore, parce que le côté nous-sommes-des-morts-vivants-qui-voulont-nous-venger-de-Jack-Sparrow, ça fait quand même trois films et demi, mais bon, disons que le personnage du Capitaine Salazar est assez cool, donc allez, accordons au moins ça au film) teintée de on-va-mettre-de-la-nostalgie-pour-les-fans, sans doute pour rattraper la déception du quatrième volet, sur le papier, ça sonnait bien. Le problème, c'est qu'il y a beaucoup trop d'éléments abordés, et du coup, ça rend le film vraiment brouillon. La vengeance de Salazar, ok. La recherche du Trident de Poseidon pour briser les malédictions (et notamment celle de Will Turner), ok. Faire de Carina Smyth la fille de Barbossa, était-ce obligé ? Le personnage de Kaya Scodelario est très intéressant, quoique pas assez présenté en introduction. Mais l'intérêt du personnage se suffisait à lui-même. Pourquoi forcément le rattacher à un personnage connu ? Sans compter que la mort de Barbossa est visuellement assez ridicule, surtout que c'est un des meilleurs personnages de toute la saga. Déception. Geoffrey Rush, tu n'as pas eu d'adieux à ta juste valeur. Ensuite, faire une romance entre Carina et Henry, était-ce obligé ? Là encore, en théorie, l'idée aurait pu être bonne (même si c'est dommage de réduire le personnage de Carina au simple love interest du fils de Will Turner, parce que je me répète, mais ce personnage se suffit à elle-même), mais en pratique, c'est complètement bâclé. Dans le premier film, certes, Will Turner et Elizabeth Swann finissent ensemble, mais leur relation est construite, ils se connaissent depuis des années, etc. Ici, les deux héros se rencontrent, décident de chercher le Trident ensemble, parlent en tout et pour tout dix minutes, et pouf, à la fin, ils s'embrassent, par la magie du scénario de série B. Un peu de développement, non ? C'est trop demandé ? Je regarde Pirates des Caraïbes ou une comédie romantique mielleuse de lycée ? Désolée si j'heurte la sensibilité des fans du film, mais très sincèrement, pour moi, c'est raté au niveau du scénario dans son ensemble. Visuellement magnifique, mais scénaristiquement bâclé. Il semble qu'un autre épisode soit prévu, je caresse l'espoir qu'il rattrape celui-ci... Ma note : 3/10. Pour les quelques bons éléments que j'ai répertoriés.

Amantdouble

(ATTENTION SPOILERS)

Chloé tombe amoureuse de son psychothérapeute Paul et entame une relation avec lui. Elle pense qu'il a une double vie, mais finit par découvrir en réalité qu'il a un frère jumeau, également psychothérapeute... Bon, déjà, ce film = malaise. Mais bon, il fallait s'y attendre. Et ensuite, j'ai vraiment un problème avec ce genre de film qui laisse trop perplexe (il y a beaucoup de scènes où personnellement, je n'ai pas tout compris), et dont la finalité se résume à en fait, cété dan sa tète LOL. Par contre, Marina Vacth et Jérémie Renier font de remarquables performances d'acteurs. Ma note : 2/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de mai : Kaya Scodelario (Pirates des Caraïbes, la Vengeance de Salazar) et Izia Higelin (Rodin) pour Meilleure Actrice, et Paul McCartney (Pirates des Caraïbes, la Vengeance de Salazar) pour le Prix d'Honneur.

Voilà, c'est tout pour moi cette semaine, désolée si je me suis un peu emportée sur certains points, c'était une manière pour moi d'extérioriser ma déception. Mais, bien sûr, encore une fois, je rappelle que mon avis ne représente pas la vérité absolue ! A la semaine prochaine avec de nouveaux films...

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #6 by Marine Melody

Vous observez sans doute, si vous lisez mes critiques assidûment (j'ai conscience de m'adresser à trois personnes maximum qui ont vraiment tout lu, mais foin de souci, j'enchaîne. Salut, maman !), que ces dernières semaines, je vous présente bien moins de films que je n'ai pu le faire au mois d'avril, par exemple. Ce n'est pas un manque de temps, ou d'envie, mais c'est surtout par un manque de films sortants qui m'attirent en ce moment. Je ne réussis à en trouver que trois ou quatre par semaine maximum (contre le double habituellement), et comble le reste de mon programme cinématographique avec des revisionnages de films géniaux que je revois avec le plus grand plaisir (coucou Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2, Lion et La Belle et la Bête, sans compter Rogue One. Vingt-et-une fois pour ce dernier entre décembre et mars. Mais c'est Star Wars aussi. Et celui-là, surtout.) Forcément, ça donne des articles un peu moins fournis, mais j'espère qu'ils vous plaisent malgré tout, et vous inspirent à aller voir (ou pas) certains films ! Poursuivons donc notre voyage cinématographique 2017 avec quatre nouveaux films...

 

Le coup de coeur de la semaine : Le Roi Arthur, la Légende d'Excalibur

Leroiarthur

Film de Guy Ritchie. Avec Charlie Hunnam, Jude Law, Astrid Bergès-Frisbey, Eric Bana... Sortie le 17 mai.

Le pitch (Source : Wikipedia, parce que Allociné, ils ont fait n'importe quoi) : "Le jeune Arthur vit dans les faubourgs de Londinium avec sa bande et ses amis. Élevé depuis sa naissance dans un bordel par des prostituées, il ignore l'immense destin qui l'attend, jusqu'au jour où il s'empare d'Excalibur. Arthur doit alors faire des choix difficiles et rejoint la Résistance avec notamment une mystérieuse Mage. Il doit apprendre à maîtriser l'épée magique, surmonter ses démons et peurs intérieures afin d'unir le peuple breton pour vaincre son oncle, le tyrannique Vortigern."

Je suis une grande fan des légendes arthuriennes. Je m'y intéressais bien avant de découvrir la série Kaamelott de monsieur Alexandre Astier le grand (une des meilleures productions françaises en termes de série, come on). Donc je ne vais pas vous mentir, j'étais TRES sceptique en voyant la bande-annonce. Je me suis dit "oh mon Dieu, mais qu'est-ce que vous avez fait au roi Arthur ?". Mais bon, avant de juger bêtement, je me suis dit qu'il fallait que je le voie. Enfin, non, d'abord, j'ai jugé bêtement, et ensuite, j'y suis finalement allée. Et... J'ai été agréablement surprise. Certes, il y a énormément de points qui diffèrent avec les mythes d'origine des légendes de la Table Ronde, mais après tout, Kaamelott divergeait aussi, et c'était très bien quand même. Ici, Guy Ritchie nous offre une lecture libre et une version très modernisée de la légende, qui sort un peu de la lourdeur médiévale dans laquelle un film de cet acabit peut vite tomber. Si les vingt premières minutes laissent perplexe au premier abord, la suite devient passionnante. Charlie Hunnam campe un Arthur combattif qui finit par accepter un destin lourd à porter qu'il n'a pas choisi, Jude Law est formidablement machiavélique en antagoniste prêt à tout pour garder le pouvoir (que ce type de rôle lui va bien !), et les acteurs qui gravitent autour d'eux excellent dans leurs rôles, notamment Astrid Bergès-Frisbey qui campe une Mage intriguante (et absolument pas Guenièvre comme le dit la page du film sur Allociné. On se rapprocherait plus d'une fée Viviane quitte à lui coller une étiquette arthurienne), et Eric Bana qui, même dans un second rôle (mais le père du héros tout de même), est toujours juste et à la hauteur de son talent. Visuellement, c'est du grand spectacle, digne d'une super-production américaine dans toute sa splendeur. Comme je l'ai souligné, l'atmosphère du film sort un peu d'une certaine lourdeur moyenâgeuse à laquelle on pourrait s'attendre pour un film arthurien. Et ce qui renforce cet aspect, c'est indéniablement la bande originale, qui est un vrai plus ici, et un vrai bijou. Ce film peut marquer le début d'un nouveau cycle cinématographique pour le roi Arthur et ses acolytes, tant il y aurait encore de nombreuses histoires à revisiter. En résumé : si vous êtes un puriste des légendes de la Table Ronde, vous risquez de serrer les dents, mais si vous acceptez les relectures quand c'est bien fait et bien présenté, vous passerez un excellent moment. Ce fut mon cas.

Ma note : 10/10. Pour la trés agréable surprise. Et tout le reste.

 

Les autres films de la semaine

Littleboy

Little Boy : Etats-Unis, années 1940. Pepper, un petit garçon de huit ans surnommé Little Boy, est très proche de son père, avec qui il passe son temps à imaginer des histoires. Lorsque celui-ci part à la guerre, Pepper est inconsolable. Avec la naïveté enfantine qui le caractérise, il veut tout faire pour le ramener. C'est un film d'enfance et d'espoir bouleversant sur l'autre côté de la seconde guerre mondiale. On ne s'intéresse pas aux soldats ici, mais à ceux qui les attendent. C'est très beau et magistralement interprêté. Ma note : 9/10.

Aquietpassion

Emily Dickinson, A Quiet Passion : Ce film retrace la vie de la poétesse Emily Dickinson, qui s'est toujours opposée aux dogmes religieux et à la société qui lui étaient imposés. Elle se réfugie dans sa poésie, en espérant être un jour publiée. Cynthia Nixon interprète une excellente Emily Dickinson, dans un film qui malgré tout, est un peu longuet. Ma note : 6/10.

Lesfantomesdismael

Les Fantômes d'Ismael : Ismaël Vuillard est un cinéaste. Il vit une relation depuis deux ans avec Sylvia, astrophysicienne. Les fantômes de son passé reviennent le hanter lorsque débarque Carlotta, sa femme, disparue depuis plus de vingt ans. Je suis partagée sur ce film. D'un côté, je vous conseille d'aller le voir pour les performances de Mathieu Amalric et Marion Cottillard, remarquables. De l'autre, si la première partie est clairement intéressante, le reste du film est long, et loin d'être passionnant. On décroche assez vite. Et la bande originale ne colle pas vraiment à l'atmosphère du film, c'est dommage. Mais les performances des deux acteurs valent tout de même le détour. Mathieu Amalric est touchant quand il sombre doucement dans la perte de ses repères, et Marion Cottillard est éblouissante. Quelle actrice ! Ma note : 4/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Little Boy et Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur pour Meilleur Film, David Henrie (Little Boy), Jakob Salvati (Little Boy), Charlie Hunnam (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur), Eric Bana (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur), Jude Law (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur) et Mathieu Amalric (Les Fantômes d'Ismaël) pour Meilleur Acteur, Astrid Bergès-Frisbey (Le Roi Arthur, la légende d'Excalibur), Cynthia Nixon (Emily Dickinson, A Quiet Passion) et Marion Cottillard (Les Fantômes d'Ismaël) pour Meilleure Actrice.

 

A la semaine prochaine, avec notamment la sortie du cinquième volet de Pirates des Caraïbes !

Marine Melody.

Ciné-Fil #5 by Marine Melody

Pardonnez mon retard sur la chronique de la semaine, je me rattrape en vous parlant aujourd'hui de quatre nouveaux films sortis récemment. Prêts ? Allons-y sans plus attendre !

Le coup de coeur de la semaine : Le Chanteur de Gaza

Lechanteurdegaza

Film de Hany Abu-Assad, avec Tawfeek Barhom, Kais Attalah, Hiba Attalah, Nadine Labaki... Sortie le 10 mai.

Le pitch : Le film raconte l'histoire vraie de Mohammed Assaf, un jeune Palestinien talentueux dont le plus grand rêve est de chanter. Pour le réaliser, il décide de se rendre en Egypte, malgré les obstacles, pour participer à Arab Idol (la version arabe de Nouvelle Star). Il devient le symbole de tout un pays.

Quel beau film ! L'histoire est très touchante (d'autant plus en sachant qu'elle est vraie), et les acteurs sont formidables. J'ai adoré le fait que le réalisateur utilise des plans du vrai Mohammed Assaf et de vraies images de la foule l'acclamant à l'époque de sa participation. Ca donne au film un côté absolument authentique qui est d'une émotion incroyable (comme Lion l'avait fait avec des images du vrai Saroo Brierley à la fin du film.) On est captivé par la vie et surtout la détermination de Mohammed, qui poursuit son rêve toujours plus loin depuis son enfance, malgré les nombreux obstacles, dus évidemment à la situation en Palestine (le film, et donc l'histoire, se déroule dans les années 2000, et on connaît la situation difficile de la Palestine à notre époque). C'est une histoire bouleversante et un film qu'il faut voir absolument !

Ma note : 10/10. C'est un film que je vous conseille absolument.

 

Les autres films

Iamnotyournegro

I Am Not Your Negro : Samuel L. Jackson nous narre (en VO) le texte d'un livre inachevé de James Baldwin, qui a tenu à raconter l'histoire des noirs américains au travers de trois grandes figures de la lutte contre la persécution, Martin Luther King Jr, Medgar Evers et Malcolm X, tous trois assassinés. Un documentaire puissant de Raoul Peck, qui superpose le texte de James Baldwin à des images fortes d'époque. Absolument passionnant et remarquable. Ma note : 9/10.

Problemos

Problemos : Une pandémie a ravagé la population, et les seuls survivants sont une communauté luttant contre la société moderne, l'individualisme et les nouvelles technologies. Ils vont pouvoir reconstruire un monde comme ils l'entendent. Une comédie absurde et loufoque, écrite par la géniale Blanche Gardin, et réalisée par le non moins génial Eric Judor, qui tient également le rôle principal. Le scénario et les personnages sont aussi barrés que le pitch le laisse supposer, Eric Judor nous offre du grand Eric Judor comme on l'aime, c'est très drôle, et franchement, on en redemande ! Ma note : 9/10.

Outsider

Outsider : Vous connaissez Chuck Wepner sans le connaître. C'est ce boxeur qui est à l'origine du personnage de Rocky dans la saga de Stallone. Surnommé The Bleeder (ou le Saigneur en français), il est connu pour avoir tenu 15 rounds face à Mohammed Ali. C'est donc son histoire que raconte ce film, de sa célébrité en passant par ses problèmes de couple, de drogue, etc. Malgré une histoire très intéressante, je n'ai pas plus accroché que ça à ce film. Ma note : 4/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Problemos, Le Chanteur de Gaza et I Am Not Your Negro pour Meilleur Film, Eric Judor (Problemos), Youssef Hajdi (Problemos) et Tawfeek Barhom (Le Chanteur de Gaza) pour Meilleur Acteur, Blanche Gardin (Problemos), Claire Chust (Problemos) et Dina Awawdeh (Le Chanteur de Gaza) pour Meilleure Actrice, et Samuel L. Jackson (I Am Not Your Negro) pour le Prix d'Honneur.

 

C'est tout pour moi pour cette semaine, je vous dis à très vite pour un prochain numéro, et d'ici là, bonnes séances !

Marine Melody.

×