semaine

Ciné-Fil #29 by Marine Melody

Bonjour à toi, jeune pèlerin du web ou ami à qui j’ai mis un couteau sous la gorge pour le forcer à lire mes articles (désolée), et bienvenue dans ce dernier Ciné-Fil presque hebdomadaire de l’année ! Je vais revenir pour vous sur cinq films sortis ces deux dernières semaines, avant d’attaquer le hors-série mensuel, et surtout le récapitulatif de l’année ! Ne perdons pas de temps, il y a du travail en prévision.

 

Le coup de cœur de la quinzaine : Kedi – Des Chats et des Hommes

1kedi

Film de Ceyda Torun, avec plein de chats trop mignons. Sortie le 27 décembre 2017.

Le pitch (source : Allociné) : « Depuis des siècles, des centaines de milliers de chats vagabondent dans les rues d’Istanbul. Sans maîtres, ils vivent entre deux mondes, mi sauvages, mi domestiqués – et apportent joie et raison d’être aux habitants. KEDI raconte l’histoire de sept d’entre eux. »

Si vous aimez les chats, foncez voir ce superbe documentaire. C’est véritablement passionnant. On y suit des chats errants mais choyés dans les rues d’Istanbul, où la considération du chat est très différente de chez nous. En effet, ces chats-là n’ont pas de maître à proprement parler, mais tous les habitants de la ville s’en occupent comme si c’étaient les leurs. Les chats y sont habitués et sont très câlins avec les habitants. Le documentaire suit quelques-uns de ces chats, qui ont chacun un caractère bien à eux, comme des êtres humains ! Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire devant ce joli documentaire. A voir absolument si vous êtes un amoureux des chats.

Ma note : 10/10.

 

Les autres films

2wonder

« August Pullman est un petit garçon né avec une malformation du visage qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller normalement à l’école. Aujourd’hui, il rentre en CM2 à l’école de son quartier. C’est le début d’une aventure humaine hors du commun. Chacun, dans sa famille, parmi ses nouveaux camarades de classe, et dans la ville tout entière, va être confronté à ses propres limites, à sa générosité de coeur ou à son étroitesse d’esprit. L’aventure extraordinaire d’Auggie finira par unir les gens autour de lui. »

Un film très émouvant sur l’acceptation. Le personnage principal, interprété par le très talentueux Jacob Tremblay est évidemment incroyablement attachant, mais les personnages gravitant autour de lui le sont tout autant. On rit, on pleure en même temps qu’eux, on suit l’évolution d’Auggie et l’impact qu’il a sur son entourage, c’est très beau, très bien interprété, et rempli d’émotions de toutes sortes. Une merveille.

Ma note : 9/10.

3the florida project 1

« Moonee a 6 ans et un sacré caractère. Lâchée en toute liberté dans un motel de la banlieue de Disney World, elle y fait les 400 coups avec sa petite bande de gamins insolents. Ses incartades ne semblent  pas trop inquiéter Halley, sa très jeune mère. En situation précaire comme tous les habitants du motel, celle-ci est en effet trop concentrée sur des plans plus ou moins honnêtes pour assurer leur quotidien… »

La première chose qui m’a marquée concernant ce film, c’est avant tout à quel point l’image est belle. C’est pétillant, c’est très coloré, et ça correspond parfaitement à l’atmosphère du film. Même si elle fait toutes les bêtises possibles et imaginables au motel où elle séjourne, la petite Moonee attire la sympathie immédiate du spectateur, et on se sent impliqué dans sa vie et celle de son extravagante mère. Un film qui amène un vrai air d’été de Floride en plein cœur de l’hiver.

Ma note : 9/10.

4pitch perfect 4

« Après avoir remporté les championnats du monde, les Bellas se retrouvent séparées et réalisent qu’il n’existe pas de perspective de travail qui permette de faire de la musique avec sa bouche. Mais lorsqu’on leur offre la chance de se retrouver une nouvelle fois sur scène pour une tournée à l’étranger, ce groupe de nerds se réunit pour une dernière nouvelle aventure musicale. »

Comme pas mal de suites de cette année, j’ai découvert ce film sans avoir vu les deux opus précédents (car j’aime vivre dangereusement). Et j’ai été totalement emballée par les aventures de ce groupe de chanteuses au top ! Ça m’a donné envie de voir les films précédents, donc je suppose que c’est une bonne chose. J’ai adoré la fraîcheur des personnages, l’humour génial typique de ce genre de comédies américaines, et surtout la bande originale, qui est une vraie bombe atomique. Un régal !

Ma note : 8/10.

5a ghost story 1

« Apparaissant sous un drap blanc, le fantôme d'un homme rend visite à sa femme en deuil dans la maison de banlieue qu'ils partageaient encore récemment, pour y découvrir que dans ce nouvel état spectral, le temps n'a plus d'emprise sur lui. Condamné à ne plus être que simple spectateur de la vie qui fut la sienne, avec la femme qu'il aime, et qui toutes deux lui échappent inéluctablement, le fantôme se laisse entraîner dans un voyage à travers le temps et la mémoire, en proie aux ineffables questionnements de l'existence et à son incommensurabilité. »

Bon. Je vais toucher à un film que visiblement beaucoup de personnes ont adoré, donc je vais essayer de ne pas être trop méchante. La base de l’histoire est excellente. L’image est très belle. J’adore Rooney Mara. Voilà pour les points positifs. Pour le reste : c’est LENT. Je me suis sincèrement profondément ennuyée devant ce film. et ça me fait mal de dire ça, vis-à-vis de Rooney Mara, dont je suis très fan. Mais clairement, les scènes sont trop longues. Il y a notamment une scène, où le personnage de Rooney Mara mange un gâteau, qui dure probablement cinq bonnes minutes. Cinq minutes à regarder quelqu’un manger un gâteau en plan séquence, rien d’autre. C’est trop long, désolée. Donc voilà, malgré Rooney Mara, je n’ai pas aimé.

Ma note : 4/10. Pour Rooney Mara. Et l’histoire de base.

 

On se retrouve très très vite (dans la journée, en fait) pour le hors-série mensuel et le récapitulatif ciné de l’année !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #28 by Marine Melody

STAR WARS EST SORTI ! STAR WARS EST SORTI ! STAR WARS EST SORTI !

Ah, je vous avais prévenus, je vais vous gonfler en long, en large et en travers avec. Mais, rassurez-vous, je vais aussi vous parler d’autres films sortis ces deux dernières semaines, parce qu’entre deux séances de Star Wars, j’ai eu le temps d’en voir d’autres, quand même. Si, si, je vous assure. Regardez plutôt :

0pluto

La rédaction de Mindya tient à s’excuser pour cette blague à caractère nul à chi*r qui n’a pas du tout été approuvée par le comité de rédaction.

Peut-être parce qu’on n’en a pas, en fait.

 

…Je. Pardon, je me regrette. Restez, s’il vous plaît.

 

 

Le (gros) coup de cœur de la semaine (mon Dieu, mais quel suspense insoutenable) : Star Wars : The Last Jedi

1starwars

Film de Rian Johnson, avec Daisy Ridley, Mark Hamill, Adam Driver, John Boyega, Carrie Fisher, Oscar Isaac… Sortie le 13 décembre 2017.

Le pitch (source Allociné) : « Les héros du Réveil de la force rejoignent les figures légendaires de la galaxie dans une aventure épique qui révèle des secrets ancestraux sur la Force et entraîne de surprenantes révélations sur le passé… »

 

Ayant déjà fait une très longue critique sur ce film sur Making Star Wars France, où j'écris également des articles, je me permets de vous balancer un copier-coller de la partie sans spoils de la critique en question. Parce que bon, quitte à me répéter, autant y aller à fond.

 

   Déjà, pour commencer, le premier que j’entends dire Gnagnagna, c’est un copier-coller de l’Empire Contre-Attaque, je ne le frapperais pas parce que je suis une dame du monde, mais je lui décernerais avec un immense plaisir la médaille de la mauvaise foi. Parce qu’on peut dire beaucoup de choses sur cet épisode, qu’on ait aimé ou pas, mais ce n’est certainement pas un copier-coller de l’Episode V.

   J’ai pu voir le film dix fois déjà (Oui. Et ce n’est pas fini. Jugez-moi si vous voulez.), ce qui m’a permis d’affiner mon avis général. Dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé. C’est un bon Star Wars, une très bonne suite au septième film, et j’irai le revoir avec plaisir. Après, je reconnais ne pas avoir été autant éblouie que devant Rogue One l’année dernière. Parce que contrairement à Rogue One, qui m’avait mis une vraie claque à tous les niveaux (ce n’est pas mon film préféré de tous les temps pour rien), là, j’ai quand même trouvé des petits défauts. Minimes, certes, mais tout de même. Mais je développerai cela dans la partie spoilers.

   Niveau scénario, je trouve que l’histoire a très bien été développée. Les parcours de chaque personnage se poursuivent, on a certaines réponses que l’on attendait depuis l’épisode précédent, et évidemment des rebondissements. Je ne peux pas en dire plus dans cette partie, pour des raisons évidentes.

   Côté casting, on a d’excellentes confirmations, et de bonnes surprises.

   Pour ce qui est du quatuor de tête de la nouvelle trilogie, Daisy Ridley a une évolution de jeu aussi forte que celle de son personnage, John Boyega conserve la fraîcheur qu’il donnait au rôle de Finn dans l’opus précédent, Oscar Isaac crève l’écran, ni plus ni moins, et au nom du ciel, donnez un oscar à Adam Driver ! Cet acteur est si bon dans tous les rôles qu’il interprète. Et là encore, il parvient à donner à Kylo Ren toute sa palette d’émotions et de jeu. Je milite : filez-lui une statuette, académie des oscars.

   Les petits nouveaux, certes dans des rôles secondaires, s’intègrent très bien à l’univers. Laura Dern a une classe incroyable, Kelly Marie Tran est franchement adorable, et Benicio Del Toro insuffle un délicieux charme de voyou à son personnage de DJ.

   Quant à nos bien aimés héros de la trilogie originale, ils ne sont pas en reste. Quel plaisir de retrouver Mark Hamill en Luke Skywalker, un plaisir qu’il semble partager, tant il est à fond dans son rôle. Et évidemment, quelle émotion de retrouver Carrie Fisher pour sa dernière apparition sur grand écran. Notre princesse préférée est toujours aussi majestueuse, et laissera un grand vide…

   Au niveau de la réalisation, Rian Johnson a fait un travail impeccable. Rien à dire. Et il faut avouer que visuellement, cet épisode est sans doute un des plus beaux de la saga. Plus sombre par certains moments, pile quand il le faut, avec des paysages absolument superbes (les passages de la bataille sur Crait notamment sont purement magnifiques à l’image), le film nous offre des plans mémorables, surtout lors des batailles.

   Au final, toujours sans spoiler, on peut dire que cet épisode est une très bonne suite au Réveil de la Force, dans le sens où il répond à certaines questions que l’on se posait, tout en laissant une ouverture pour la suite. Well done, Rian Johnson. Si tu fais une autre trilogie, on sera définitivement là.

 

   Si vous souhaitez poursuivre la lecture et lire la partie où je spoile tout bien comme il faut, ça sera juste ici : https://makingstarwarsfrance.net/2017/12/les-derniers-jedi-critique-melody/

 

Ma note : 10/10. Est-ce que ça vous étonne, franchement ?... Ok, ce n’est pas parfait, mais j’adore quand même.

 

 

Les autres films

2paddington2

« Paddington coule des jours heureux chez les Brown, sa famille d’adoption, dans un quartier paisible de Londres, où il est apprécié de tous. Alors qu’il recherche un cadeau exceptionnel pour les cent ans de sa tante adorée, il repère un magnifique livre animé, très ancien, chez un antiquaire. Pas de temps à perdre : il enchaîne les petits boulots pour pouvoir l’acheter ! Mais lorsque le précieux ouvrage est volé, Paddington est accusé à tort et incarcéré. Convaincus de son innocence, les Brown se lancent dans une enquête pour retrouver le coupable… »

Oh, que c’est bien ! Alors, je n’avais pas vu le premier volet des aventures de l’ourson, mais ça ne m’a pas empêchée d’être transportée dans cette jolie histoire. Déjà, ça se passe à Londres (ils ont mon cœur avant même que le film ne commence), et les personnages sont si attachants, l’ourson Paddington en tête, qu’on ne peut s’empêcher de sourire et d’être ému en même temps qu’eux. C’est un film qui peut plaire autant aux enfants qu’aux adultes (ou aux grands enfants comme moi), et c’est une jolie comédie familiale. Je salue aussi la performance de Hugh Grant dans le rôle de l’antagoniste principal, à savoir un acteur narcissique au possible, il est hilarant et très loin des comédies romantiques où je suis personnellement habituée à le voir. C’est un grand oui !

Ma note : 10/10.

3crimedelorientexpress

« Le luxe et le calme d’un voyage en Orient Express est soudainement bouleversé par un meurtre. Les 13 passagers sont tous suspects et le fameux détective Hercule Poirot se lance dans une course contre la montre pour identifier l’assassin, avant qu’il ne frappe à nouveau. D’après le célèbre roman d’Agatha Christie. »

C’est une excellente adaptation du classique d’Agatha Christie qui nous est proposée ici ! Un peu lent à démarrer, mais une fois que c’est parti, on est pris dedans jusqu’au bout. Evidemment, le casting cinq étoiles y est pour beaucoup, je relève notamment les prestations de Pénélope Cruz, Michelle Pfeiffer, la pétillante Daisy Ridley, Josh Gad, Willem Dafoe et surtout Kenneth Branagh, également à la réalisation, dans le rôle d’un Hercule Poirot très différent de celui auquel les adaptations filmées d’Agatha Christie nous ont habitués, mais très convaincant. Si on en croit la petite phrase d’un personnage à la fin disant à Monsieur Poirot qu’un meurtre a eu lieu « sur le Nil », il semble que ce ne soit pas l’unique aventure du personnage qui sera réadaptée…

Ma note : 9/10.

4coco

« Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz. Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel… »

Après un Cars 3 très bon sans être exceptionnel, Pixar revient au top de sa forme avec une belle histoire originale dont ils ont le secret. Une fois de plus, le studio prouve qu’il survole toujours le monde de l’animation. Coco surprend, fait sourire et émeut, tout à la fois. Sans conteste le meilleur film d’animation de l’année.

Ma note : 9/10.

5santa cie

« Rien ne va plus à l'approche du réveillon : les 92 000 lutins chargés de fabriquer les cadeaux des enfants tombent tous malades en même temps ! C'est un coup dur pour Santa (Claus), plus connu sous le nom de Père Noël... il n'a pas le choix : il doit se rendre d'urgence sur Terre avec ses rennes pour chercher un remède. À son arrivée, il devra trouver des alliés pour l'aider à sauver la magie de Noël. »

Le patron Alain Chabat revient pour remettre la comédie française dans le droit chemin et rappeler qui est le big boss. Grimé en Père-Noël, il nous offre un joli film familial doublé d’une excellente comédie. Alain Chabat prouve qu’en France, on est tout à fait capable de faire d’excellentes comédies sans user et abuser de clichés. Il y a de la magie dans l’air, ce qui manque cruellement aux comédies françaises ces derniers temps. Vraiment rafraîchissant ! (Note personnelle : J’ai assisté à une séance du film en présence d’Alain Chabat himself, et c’était un vrai rêve de gosse, parce que ado, j’étais très fan des Nuls. J’étais ravie !)

Ma note : 9/10.

6suburbicon

« Suburbicon est une paisible petite ville résidentielle aux maisons abordables et aux pelouses impeccablement entretenues, l’endroit parfait pour une vie de famille. Durant l’été 1959, tous les résidents semblent vivre leur rêve américain dans cette parcelle de paradis. Pourtant, sous cette apparente tranquillité, entre les murs de ces pavillons, se cache une réalité tout autre faite de mensonge, de trahison, de duperie et de violence... Bienvenue à Suburbicon. »

Un film spécial, qui tient en haleine et qui, par certains points, m’a un peu rappelé la série Desperate Housewives, pour ce côté « derrière les jolies clôtures blanches se cache parfois le pire ». Côté réalisation, c’est visuellement très beau, et le casting tient clairement la route, la formidable Julianne Moore en tête (plus je la vois au cinéma, plus je suis chaque fois un peu plus éblouie par cette immense actrice), et le jeune prodige Noah Jupe, incroyablement convaincant. Certains bemols, notamment dans la narration, un peu lente par moments, mais globalement un bon film.

Ma note : 6/10.

7jumanji

J’ai aussi vu Jumanji : Bienvenue dans la Jungle en avant-première au Grand Rex, c’était très sympa, et je t’en parle en détails ici : http://mindya.e-monsite.com/blog/cinema/cine-fil-special-jumanji-bienvenue-dans-la-jungle.html

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de Décembre : Star Wars : Les Derniers Jedi, Paddington 2, Le Crime de l’Orient Express, Santa & Cie et Coco pour Meilleur Film, Dwayne Johnson (Jumanji : Bienvenue dans la Jungle), Jack Black (Jumanji : Bienvenue dans la Jungle), Nick Jonas (Jumanji : Bienvenue dans la Jungle), Alain Chabat (Santa & Cie), Oscar Isaac (Star Wars : Les Derniers Jedi / Bienvenue à Suburbicon), Hugh Grant (Paddington 2), Adam Driver (Star Wars : Les Derniers Jedi), Mark Hamill (Star Wars : Les Derniers Jedi), Kenneth Branagh (Le Crime de l’Orient Express), Josh Gad (Le Crime de l’Orient Express) et Noah Jupe (Bienvenue à Suburbicon) pour Meilleur Acteur, Karen Gillan (Jumanji : Bienvenue dans la Jungle), Julianne Moore (Bienvenue à Suburbicon), Daisy Ridley (Star Wars : Les Derniers Jedi / Le Crime de l’Orient Express), et Pénélope Cruz (Le Crime de l’Orient Express) pour Meilleure Actrice, et Carrie Fisher (Star Wars : Les Derniers Jedi) pour Prix d’Honneur.

 

Rendez-vous très bientôt pour le dernier Ciné-Fil de l’année, et surtout pour le récapitulatif ciné de l’année 2017 !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #27 by Marine Melody

Bienvenue à tous (ou à toi, je ne sais pas si les lecteurs se comptent au pluriel, pour mon ego, disons que si) dans ce nouveau ciné-fil qui reviendra avec un peu de retard sur quelques films sortis fin novembre. Si vous avez lu mon récapitulatif du mois de novembre (disponible ICI), je vous ai déjà brièvement parlé de certains de ces films. Il est donc tant pour moi de revenir plus en détails dessus.

 

 

Le coup de cœur de la quinzaine : La Promesse

Cine1

Film de Terry George, avec Christian Bale, Oscar Isaac, Charlotte LeBon… Sortie le 29 novembre 2017.

Le pitch (source : Allociné) : « 1914,  la Grande Guerre menace d’éclater tandis que s’effondre le puissant Empire Ottoman. À Constantinople, Michael, jeune étudiant arménien en médecine et Chris, reporter photographe américain, se disputent les faveurs de la belle Ana. Tandis que l’Empire s’en prend violemment aux minorités ethniques sur son territoire, ils doivent unir leurs forces pour tenir une seule promesse : survivre et témoigner. »

Il y a eu toute une histoire à propos de ce film. Sorti fin 2016 aux Etats-Unis, et malgré son casting prestigieux, le film a peiné à trouver un distributeur pour sortir le film en France. C’est enfin chose faite après plus d’un an, même si le film n’est diffusé que dans certaines salles, pas forcément dans les grands cinémas. Et c’est vraiment dommage, parce que c’est un film magnifique et sans conteste l’un de mes favoris cette année. Outre l’histoire, aussi vraie que bouleversante, les performances d’acteurs du trio de tête valent le détour. Christian Bale, Oscar Isaac et Charlotte LeBon nous entraînent du début à la fin dans cette superbe et émouvante épopée. Je ne peux que vivement vous conseiller de voir ce film si vous le pouvez. Un chef d’œuvre.

Ma note : 10/10.

 

 

Les autres films

Cine2

« 1972. La championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem. Mais loin de se satisfaire de son palmarès, elle s'engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. C'est alors que l'ancien numéro un mondial Bobby Riggs, profondément misogyne et provocateur, met Billie Jean au défi de l'affronter en match simple… »

Passionnant biopic, avec une Emma Stone au sommet de son talent, qu’elle confirme indéniablement ici, et un Steve Carrell délicieusement détestable. On est pris dans le tourbillon de ce combat pour l’égalité des sexes mené de front par Billie Jean King, et tout est fait pour tenir en haleine jusqu’au bout. Un régal ! Ma note : 10/10.

Cine3

« BORG/McENROE est un film sur une des plus grandes icônes du monde, Björn Borg, et son principal rival, le jeune et talentueux John McEnroe, ainsi que sur leur duel légendaire durant le tournoi de Wimbledon de 1980. C’est l’histoire de deux hommes qui ont changé la face du tennis et sont entrés dans la légende, mais aussi du prix qu’ils ont eu à payer. »

L’histoire vraie d’une rivalité passionnante entre deux grands joueurs de tennis, interprétés par deux acteurs remarquables. C’est le deuxième film de la quinzaine qui parvient à me faire m’intéresser à un sport dont je n’ai à la base rien à cirer. Et pourtant, j’ai été prise par l’action jusqu’au bout (d’autant plus que je ne connaissais pas l’issue du match en question). Ma note : 9/10.

Cine4

« Pour découvrir ce qui se passe après la mort, cinq étudiants en médecine se lancent dans une expérience aussi audacieuse que dangereuse. Sur eux-mêmes, volontairement, ils provoquent des arrêts cardiaques pendant de courtes périodes afin de vivre des expériences de mort imminente. En poussant le processus de plus en plus loin, ils vont devoir affronter non seulement leur part d’ombre et leur passé, mais plus effrayant encore, les phénomènes paranormaux liés au fait qu’ils sont revenus de l’au-delà… »

Alors, certes, il y a des défauts, et des moments très clichés, mais sincèrement, je n’ai pas passé un mauvais moment du tout. L’histoire garde un certain suspens, reste cohérente, et le casting, emmené par l’excellente Ellen Page et le non moins excellent Diego Luna, est très bon. Reboot/suite du précédent Flatliners, la référence à l’original est respectée avec Kiefer Sutherland dans un second rôle. Ma note : 8/10.

Cine5

« Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père. Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve… Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes. A force d’y croire, Lila se lance dans une carrière d’humoriste. Elle n’a plus qu’une idée en tête : voir son nom en haut de l’affiche, et surtout retrouver la fierté de son père. »

Bonne comédie française, avec un scénario plutôt original qui parvient à surprendre. Nawell Madani est excellente. Seul petit bémol : la fin est un peu trop rapide compte tenu de la construction du scénario. Mais ça reste un film agréable à voir ! Ma note : 7/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de Novembre (déjà décernés) : La Promesse, Battle Of The Sexes et Borg Vs McEnroe pour Meilleur Film, Diego Luna (L’Expérience Interdite), Shia Labeouf (Borg Vs McEnroe), Sverrir Gudnason (Borg Vs McEnroe), Steve Carrell (Battle Of The Sexes), Oscar Isaac (La Promesse) et Christian Bale (La Promesse) pour Meilleur Acteur, Ellen Page (L’Expérience Interdite), Nina Dobrev (L’Expérience Interdite), Emma Stone (Battle Of The Sexes) et Charlotte LeBon (La Promesse) pour Meilleure Actrice.

 

 

A très bientôt !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #26 by Marine Melody

Je ne vais pas vous mentir, je galère un peu à trouver des nouvelles phrases d’introduction qui ne soient pas répétitives ou barbantes. Donc histoire de faire dans l’original, je vais vous dire : Bonjour, bienvenue à tous dans ce vingt-sixième numéro de Ciné-Fil où l’on va se pencher en détails sur sept nouveaux films sortis dernièrement. Avec un très long avis sur Justice League, parce que j’avais manifestement beaucoup de choses à en dire. Vous voilà prévenus. Bien. Allons-y, donc.

 

Le coup de cœur de la quinzaine : Le Musée des Merveilles

01 1

Film de Todd Haynes, avec Julianne Moore, Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Michelle Williams… Sortie le 15 novembre 2017.

Le pitch (source : Allociné) : « Sur deux époques distinctes, les parcours de Ben et Rose. Ces deux enfants souhaitent secrètement que leur vie soit différente ; Ben rêve du père qu'il n'a jamais connu, tandis que Rose, isolée par sa surdité, se passionne pour la carrière d'une mystérieuse actrice. Lorsque Ben découvre dans les affaires de sa mère l’indice qui pourrait le conduire à son père et que Rose apprend que son idole sera bientôt sur scène, les deux enfants se lancent dans une quête à la symétrie fascinante qui va les mener à New York. »

Ce film est sans doute l’un des plus poétiques que j’ai pu voir cette année. Les enfants Ben et Rose vivent deux histoires distinctes à deux époques très différentes, qui finissent par se rejoindre, New York étant le point d’orgue de leurs chemins. C’est une jolie fable, interprétée par un très beau casting. Toute la partie du film concernant Rose est un film muet, en lien avec la surdité du personnage, et en noir et blanc, pour coller à l’époque de l’histoire de la petite fille. La partie concernant Ben est, elle, en couleur, mais l’image et les couleurs sont elles aussi très en lien avec la période racontée. Julianne Moore interprète deux rôles à la perfection, et prouve une nouvelle fois qu’elle est une actrice remarquable. J’ajoute une mention honorable pour la musique, qui est une merveille du début à la fin. Ce Musée des Merveilles porte bien son nom, et est à voir absolument !

 

Ma note : 9/10.

 

Les autres films

02 1

« Sans hésiter, Diane a accepté de porter l’enfant de Thomas et Jacques, ses meilleurs amis. C’est dans ces circonstances, pas vraiment idéales, qu’elle tombe amoureuse de Fabrizio. »

Une comédie très touchante, que la talentueuse Clotilde Helsme porte réellement sur ses épaules, le reste du casting gravitant autour d’elle de main de maître. On note la présence notamment de Grégory Montel, acteur montant de l’excellente série Dix Pour Cent. Pour une des rares fois où une comédie française évite les clichés (qui auraient pu être faciles compte tenu du sujet), c’est réellement rafraîchissant. Ma note : 8/10.

03 1

Quelqu’un avait twitté cette affiche en écrivant « Hâte de voir ce film sur Batman coincé dans un ascenseur surpeuplé ».

Maintenant, je ne peux plus m’empêcher de rire en voyant l’affiche.

 

ATTENTION : CETTE CRITIQUE CONTIENT DES SPOILS SUR LE FILM. SI VOUS NE SOUHAITEZ RIEN SAVOIR, NE LISEZ PAS. C’EST ECRIT EN MAJUSCULES, SOULIGNE ET EN GRAS, DONC PAS LA PEINE DE M’INSULTER SI VOUS VOUS ETES QUAND MEME FAIT SPOILE EN LISANT, MERCI, BISOUS.

 

« Après avoir retrouvé foi en l'humanité, Bruce Wayne, inspiré par l'altruisme de Superman, sollicite l'aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et The Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d'une attaque apocalyptique… »

   Notez tout d’abord que ce film est le 200ème film différent que j’ai découvert au cinéma cette année. Quand je dis différent, c’est parce que je ne compte pas les séances multiples des films que j’ai adorés. Sinon, le compteur des séances monte sensiblement plus haut. Et comme c’est un film sur lequel j’ai beaucoup de choses à dire, la critique va être un peu longue, installez-vous confortablement.

   Alors. Je vais commencer par les bons côtés du film.

   D’abord, c’est un plaisir de retrouver Wonder Woman sur grand écran, après l’excellent film solo qui nous avait été offert en juin dernier. Gal Gadot excelle dans son rôle, cette femme est littéralement Wonder Woman, il n’y a pas à chercher plus loin. On sent l’évolution de son personnage ici (je rappelle que l’action de Wonder Woman se déroule cent ans plus tôt), et elle crève toujours autant l’écran.

   Ezra Miller fait quant à lui un très bon Flash, dont c’est la première vraie apparition dans les films DC (l’univers des séries évoluant à part), même si j’ai des réserves sur le personnage, sur lesquelles je reviendrai plus tard.

   Le reste du casting (à part Ben Affleck) est plutôt bon, mais ne me laisse pas un souvenir inoubliable non plus.

   La bande originale du film est superbe, que ce soit au niveau des chansons ou de la musique instrumentale (on peut regretter cependant que le thème absolument génial de Wonder Woman par Hans Zimmer ne soit pas plus exploité), et l’histoire est plutôt intéressante et dynamique dans l’ensemble.

   Pour le comparer aux autres films du DCEU (l’univers cinématographique DC), même s’il est largement en dessous de Wonder Woman, il est clairement meilleur que Suicide Squad (je sais, c’était pas difficile, ce film est une purge, retirez Margot Robbie en Harley Quinn, et le reste est bon à aller aux oubliettes), et je me suis personnellement moins ennuyée que devant Batman Vs Superman (je n’ai pas vu Man Of Steel, je ne me prononcerai pas dessus). Et je ne ferai pas de comparaison qualitative avec les films Marvel, parce que, pour moi, ça n’a pas de sens de les comparer. On peut avoir ses préférences, c’est sûr (je préfère largement les Marvel pour ma part), mais les deux univers, et a fortiori les films, sont très différents, et ça n’a aucun sens de dire que tel film Marvel est meilleur que tel film DC.

   Ça, c’est pour les côtés positifs. Les côtés négatifs, maintenant.

   Dans l’ensemble, j’ai trouvé ce film meh. C’est un bon divertissement, je n’ai pas passé un mauvais moment, mais j’en suis sortie avec un sentiment de ouais, c’est pas mauvais, mais c’est tout. Et pour un film de cette envergure, on n’est pas censé en sortir avec cette impression, normalement. Pourquoi cette impression ?

   Premièrement, parce que, mis à part Wonder Woman et Flash, les autres personnages, soit je ne peux pas les blairer (coucou Batman), soit je n’en ai strictement plus rien à cirer en sortant du film. Personnellement, Cyborg et Aquaman ne m’ont pas laissé une empreinte indélébile. Je ne suis pas sûre qu’un film sur eux me passionnerait vraiment vu que, dans celui-ci, ils ne seraient pas là que je ne remarquerais probablement pas leur absence. Quant à Batman, déjà, je n’aime pas spécialement le personnage de base (désolée, je sais que je ne vais pas me faire que des amis en disant ça), mais alors joué par Ben Affleck, c’est encore pire. Ben Affleck est un bon réalisateur (son Live By Night sorti en début d’année était excellent), mais j’ai un vrai problème avec son jeu d’acteur. Et franchement, dans ce film, je suis désolée, mais la plupart des plans servent juste à montrer que Batman n’est pas franchement utile, à part sa thune, et que c’est manifestement un énorme dépressif, puisqu’il me semble qu’il n’esquisse pas le moindre sourire du début à la fin du film. Je sais que Batman est censé être un héros sombre, tout ça, mais est-ce vraiment utile de lui faire tirer la tronche tout le temps ? C’est censé être le chef de la Justice League, mène tes troupes avec plus d’entrain, poto. Enfin, est-ce qu’on s’arrête un instant sur son costume ? On ne va pas se mentir : il est raté. On dirait les déguisements gonflés discount qu’on achète sur internet. C’est ridicule. Bref, ce film ne me réconcilie clairement pas avec le personnage de Batman.

   Je vous disais tout à l’heure que j’avais des réserves sur le personnage de Flash. Alors, je me répète, mais je trouve Ezra Miller excellent, là n’est pas la question. Le souci de ce personnage, c’est qu’il est pour moi absolument sous exploité. Flash est un super-héros qui a le pouvoir de se déplacer à très grande vitesse, lui permettant de traverser le temps et l’espace. Paye ton pouvoir stylé. Dans ce film, Barry Allen alias Flash est réduit au rôle du jeune comique, trop content de faire équipe avec les super-héros qu’il connaît et admire. Ça ne vous rappelle rien ? Je ne sais pas vous, mais j’ai eu le sentiment de voir le même traitement de personnage que Peter Parker / Spider-Man dans Captain America : Civil War. Et là où ça colle parfaitement avec le personnage de Peter (il est jeune, il a ses pouvoirs depuis quelques mois donc il essaye de les apprivoiser, et il admire les Avengers depuis toujours, cependant ses capacités sont bien exploitées dans le film), je trouve que ça matche un peu moins avec Barry, qui aurait pu être largement plus exploité pour ses capacités que pour son côté jeune insouciant (après, je ne suis pas une addict des comics, je ne me base que sur les films, mais un ami à moi l’est et m’a confirmé que ça matchait moyen, je ne sais pas ce que vous en dites, n’hésitez pas à donner votre avis). C’est dommage.

   Ensuite, et c’est l’avis qui prédomine en ce qui me concerne : c’est trop rapide. Pour deux principales raisons.

   La première, c’est concernant le retour de Superman. Rappel des faits : A la fin de Batman Vs Superman, Superman meurt, et l’action de Justice League commence donc sur un monde sans Superman. Pendant le film, la Justice League utilise le pouvoir d’une Motherbox pour ressusciter le super-héros kryptonien, qui est donc de retour et intègre la bande, forcément. Alors, je sais que la Justice League sans Superman n’est pas vraiment la Justice League, mais pour moi, son retour est arrivé trop vite. Un retour plus tardif, dans un deuxième film Justice League par exemple (qui a déjà été signé, par ailleurs), aurait sans doute eu beaucoup plus d’impact. De mon point de vue, il aurait été bien de voir la Justice League se débrouiller sans Superman ici, pour ensuite qu’il fasse son grand retour dans le prochain film et s’allie à eux. Parce que là, quand il est ressuscité, on se dit juste Ah. Cool. Salut., il revient, et il défonce le méchant sans difficulté, parce que bon, c’est Superman. Cool. Aucune surprise. Je n’ai pas ressenti le frisson et la surprise qu’on ressent en général quand un personnage très populaire et apprécié est mort ou a disparu dans un film précédent et qu’il revient. Et on parle quand même de Superman, on n’est pas censé avoir cette impression fade et sans saveur quant à son retour.

   Ensuite, et c’est l’un des gros problèmes du DCEU : DC essaye de faire en quatre ans ce que le Marvel Cinematic Universe a fait en dix. Oui, je compare avec Marvel, mais ce n’est pas sur la qualité que je compare, mais sur la manière de gérer les films. DC va beaucoup trop vite, et dans un ordre bien trop aléatoire.

   Regardez : Marvel a démarré son MCU en 2008 avec Iron Man, enchaînant ensuite avec les films solo de Hulk, Thor et Captain America (ainsi qu’Iron Man 2), avant de sortir le film de groupe Avengers les réunissant. Ensuite, la phase 2 était constituée des suites solo des aventures des héros, un nouveau film de groupe les réunissant (le deuxième opus d’Avengers) ainsi que deux nouveaux films introduisant de nouveaux héros (Ant-Man et Les Gardiens de la Galaxie). La phase 3 commence avec le film Captain America : Civil War, qui marque une scission au sein des Avengers, puis enchaîne avec l’introduction de nouveaux héros (Spider-Man, Doctor Strange, Black Panther, prochainement Captain Marvel), ainsi que les suites des aventures de Thor et Ant-Man (sortie en 2018 pour ce dernier), et se terminera en apothéose avec les volumes 3 et 4 des aventures des Avengers : Infinity War, qui réunira non seulement les Avengers, mais aussi tous les autres personnages du MCU. Forcément TRES attendu. On est face à un ordre de sortie de films et d’histoires relativement cohérent et clair.

   DC, quant à lui, a démarré son univers cinématographique avec cinq ans de retard sur Marvel en sortant Man of Steel, reboot des aventures de Superman, en 2013 (le DCEU aurait dû commencer avec Green Lantern en 2011, mais vous savez comme moi que ce film a été un four, donc ils ont dû décider que ça ne comptait pas). On commence donc avec un film solo, normal. Puis plus rien jusqu’en 2016, avec déjà un film de scission : Batman Vs Superman, qui introduit non seulement un nouveau Batman, mais aussi plein de nouveaux personnages de l’univers, Wonder Woman en tête. On met Suicide Squad à part (et pas seulement parce que ce film pue), et on repart sur un film solo avec Wonder Woman en juin 2017, pour enchaîner avec le film de groupe Justice League tout juste cinq mois après. D’une, l’ordre de sortie et d’histoire n’a aucune cohérence, désolée, et deuxièmement, Justice League n’aurait-il pas eu plus d’impact s’il était sorti plus tard ? Par exemple, pourquoi pas après des films solo sur Aquaman ou Flash ? Parce que là, le souci de ce film réside dans le fait que les personnages présentés le sont sans doute trop rapidement. Et c’est peut-être pour ça que des personnages pourtant centraux comme Cyborg ou Aquaman me laissent totalement indifférente : je ne les connais pas, et je ne considère pas que ce film les présente suffisamment. Même Flash, que j’apprécie certes pour son côté frais (bien que sous exploité) et le jeu d’acteur d’Ezra Miller, ne me donne pas l’impression de connaître le personnage plus que ça. En ce qui concerne Batman, c’est vrai qu’avec toutes les adaptations qui en ont été faites, un énième reboot de ses aventures aurait été de trop (qui plus est avec Ben Affleck), mais les autres personnages n’ont pas tellement eu d’adaptations jusqu’ici, il me semble. Je reconnais que c’est logique qu’on ne s’attarde pas sur les présentations de TOUS les personnages, parce que ça ralentirait clairement l’action, mais là où je considère que ça a été trop rapide, c’est que, de mon avis encore, ça manque. Avengers marquait plus à ce niveau-là, parce que ses principaux protagonistes avaient tous été introduits dans des films solo avant (à part Hawkeye et Black Widow, mais même eux avaient été introduits de manière secondaire dans des films précédents), donc non seulement on n’avait pas besoin de les présenter, mais en plus, on pouvait déjà plus ou moins s’attacher à eux en connaissant leurs parcours initiatiques à chacun. Mais là encore, ce n’est que mon humble avis.

   Ma note : 7/10. Parce que ça reste un bon divertissement, mais que ça ne m’a pas enchantée plus que ça.

04 1

« Livrés à eux-mêmes après le crash de leur avion en pleine montagne, deux étrangers doivent compter l’un sur l’autre pour faire face aux conditions extrêmes. Réalisant qu’ils n’ont aucun espoir d’être secourus, ils tentent leur chance à travers des centaines de kilomètres de nature hostile, acceptant que ce n’est qu’ensemble qu’ils pourront trouver le courage de tenter de survivre. »

Adaptation cinématographique du roman du même nom, ce film catastrophe de romance est plutôt beau, même s’il est assez attendu et sans grande surprise. Il manque sans doute un peu de tension et de suspense, mais il est porté par deux très grands acteurs, en l’occurrence Idris Elba et Kate Winslet (dont je suis très fan, toujours un plaisir de la retrouver sur grand écran). Ma note : 7/10.

05 1

« Teresa, une jeune lycéenne, est perturbée lorsqu'elle découvre qu'elle revit inlassablement la même journée. Une journée apparemment ordinaire mais qui s'achève toujours par sa mort brutale... »

C’est une comédie thriller américaine typique, qui tombe forcément un peu dans les clichés, mais devant laquelle on passe tout de même un bon moment. C’est classé comme un film d’horreur, mais je ne le mettrais pas dans cette catégorie, il n’y a pas de moment spécialement flippant dans le film, c’est plutôt une comédie qu’autre chose. Mais le sujet est assez bien traité. Ma note : 6/10.

06 1

« Lila est une jeune bègue complexée qui s'est réfugiée dans le silence. Sa vie bascule lorsqu'elle tombe amoureuse de Mo, un pilote kamikaze qui risque sa vie à chacune de ses courses automobiles clandestines. A son contact, Lila s'extirpe de son mutisme. Leur passion va pousser Mo à arrêter ses défis sportifs suicidaires. Mais l'adrénaline et l'amour du risque sont des drogues dont il est difficile de se séparer... »

C’est un film de Sara Forestier, qui tient également le rôle principal. Et le souci, c'est que ça se voit. Là où Redouane Harjane excelle dans le rôle de Mo, Sara Forestier, elle, en fait clairement trop, et est à la limite du surjeu la plupart du temps. On sent qu’elle s’est donné un rôle à César. Je n’ai rien du tout contre les réalisateurs qui jouent les premiers rôles de leurs propres films, mais si ça devient trop évident que ledit réalisateur s’est donné la vedette de son film pour se faire briller, c’est que c’est raté. Et c’est dommage ici, parce que Sara Forestier est pourtant une excellente actrice que j’aime beaucoup, mais M a été pour moi une grosse déception. Ma note : 4/10. Pour Redouane Harjane, surtout, qui sauve le film.

07 1

« La fille d’un sénateur disparaît. Joe, un vétéran brutal et torturé, se lance à sa recherche. Confronté à un déferlement de vengeance et de corruption, il est entraîné malgré lui dans une spirale de violence... »

En version originale, le film s’appelle You Were Never Really Here. Donc, déjà, il faudrait m’expliquer le délire de changer le titre anglais d’un film pour le remplacer par un autre titre anglais. Traduction, je veux bien, mais là, je ne vois pas l’intérêt. Et qu’on ne me sorte pas que c’est pour simplifier, il ne me semble pas que le titre du film Eternal Sunshine Of The Spotless Mind ait été un handicap (film que je conseille par ailleurs à ceux qui ne l’ont pas vu, il est sublime). Mais bref, revenons-en au film. Alors, je sais qu’il a obtenu des prix à Cannes, et j’ai lu plein d’avis positifs sur ce film, mais je vous avoue que, en sortant de la séance, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre les avis en question. Autant, je comprends tout à fait le prix d’interprétation de Joaquin Phoenix, qui excelle une fois de plus, mais alors le prix du scénario, je comprends difficilement. Je l’ai trouvé lent et franchement ennuyeux. Je suis passée totalement à côté. Ma note : 3/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de Novembre : Le Musée des Merveilles et Diane a les Epaules pour Meilleur Film, Idris Elba (La Montagne Entre Nous), Ezra Miller (Justice League) et Redouane Harjanne (M) pour Meilleur Acteur, Kate Winslet (La Montagne Entre Nous), Clotilde Helsme (Diane a les Epaules), Gal Gadot (Justice League) et Julianne Moore (Le Musée des Merveilles) pour Meilleure Actrice, et Millicent Simmonds & Oakes Fegley (Le Musée des Merveilles) pour le Prix d’Honneur.

 

A très vite pour la sélection du mois de Novembre et le prochain Ciné-Fil !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #25 by Marine Melody

Hey ! Bienvenue dans ce premier Ciné-Fil du mois de novembre, où l’on va revenir en détails sur huit nouveaux films sortis entre le 25 octobre et le 1er novembre (oui, j’ai deux semaines de retard, oui. Personne n’est parfait). Et je peux vous dire que ça va de l’excellence à l’ennui suprême, en bref, il va y en avoir pour tous les goûts !

 

Le coup de cœur de la quinzaine : Thor : Ragnarok

Cf2501

Film de Taika Waititi, avec Chris Hemsworth, Tom Hiddleston, Mark Ruffalo, Cate Blanchett, Tessa Thompson, Jeff Goldblum… Sortie le 25 octobre 2017.

 

Le pitch (source : Allociné) : « Thor est emprisonné de l’autre côté de l’univers sans son puissant marteau et se retrouve engagé dans une course contre le temps pour rejoindre Asgard et arrêter Ragnarok – la destruction de son monde natal et la fin de la civilisation Asgardienne – des mains d’une toute nouvelle menace, l’impitoyable Hela. Mais d’abord, il doit survivre à une compétition meurtrière de gladiateurs qui l’oppose à son ancien allié et compagnon Avenger – l’Incroyable Hulk ! »

   Avant d’en venir au film directement, permettez-moi de vous conter une anecdote en introduction (tu peux sauter ce paragraphe, c’est un peu le moment 3615 Raconte ta life, mais c’est mon article, je fais ce que je veux) : Je vous avoue que je me suis assez récemment mise aux films de super-héros. Ce sont vraiment les sorties cinéma de cette année qui m’en ont donné le goût, à commencer par Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 chez Marvel, puis Wonder Woman chez DC, et enfin Spider-Man Homecoming encore chez Marvel. Tous excellents, ils m’ont vraiment permis de renouer avec le genre du film de super-héros, genre que j’avais un peu mis de côté, tant les films que j’avais vus auparavant ne m’avaient pas passionnée plus que ça. Comme vous le savez sûrement, chez Marvel, tous les films sont liés dans ce qu’on appelle le Marvel Cinematic Universe, ou MCU (à l’exception de certains héros comme les X-Men, Deadpool ou encore les Quatre Fantastiques). En voyant Spider-Man Homecoming, rattaché assez directement aux évènements de Captain America : Civil War dont il prend la suite du point de vue de Peter Parker, j’ai eu forcément envie de voir ce dernier. Et en le voyant, j’ai eu envie de voir…ben tout le reste, puisque presque tous les super-héros du MCU y prennent part. C’est donc ainsi que je suis tombée de plain-pied dans le virus Marvel, puisque je me suis procuré l’ensemble des DVD du MCU pour rattraper mes neuf ans de retard. Et oui : j’ai tout adoré. Je me revendique d’ailleurs clairement de la Team Marvel, dont j’aime tous les films, contrairement à DC, chez qui il n’y a que Wonder Woman qui a réellement éveillé mon enthousiasme (vous vous doutez bien qu’avec la sortie de Justice League, j’y reviendrai dans le prochain article).

   Bref, c’est dans ces conditions que j’ai donc découvert les deux premiers films de la franchise Thor. Et si j’ai tout de même apprécié, je reconnais que ce ne sont pas les films du MCU qui m’ont enchantée le plus. Ils sont loin d’être mauvais, c’est simplement que dans mon classement, ils ne sont pas en tête de liste. Forcément, je n’attendais rien de spécial de ce troisième volet. Et force est de constater que j’ai été absolument éblouie. J’ai tout simplement adoré. Premièrement, il est très différent des deux premiers, et m’a donc plus séduite. On est sur un film plus dynamique, plus drôle aussi, et qui se rapproche un peu plus d’un Gardiens de la Galaxie dans le traitement (et j’aime beaucoup Les Gardiens de la Galaxie, donc ils m’ont eue). Deuxièmement, les personnages sont géniaux. Que ce soit les vétérans des deux premiers volets, Thor et surtout Loki en tête, l’Avenger qu’on connaît bien Hulk, ou les nouveaux comme la grande méchante Hela, incarnée par une Cate Blanchett aussi classe que machiavélique, et surtout Valkyrie, jouée par Tessa Thompson et qui rentre clairement dans mon top 5 de mes personnages Marvel favoris, tous les personnages sont excellents et font vibrer le film dans son ensemble. Visuellement, c’est très beau, et bien plus coloré que les deux premiers films, ce qui lui donne une identité assez propre et marquée par rapport à eux, justement. La musique est aussi très différente, pas de thème épique à la Avengers, mais plutôt de la musique instrumentale très modernisée, qui sied bien à l’ambiance spatiale du film (on note l’utilisation de Immigrant Song de Led Zeppelin dans deux scènes de combat, qui rend quand même le tout assez badass). J’ai été clairement conquise par ce troisième opus, et définitivement aspirée par l’univers Marvel. Les prochains films prévus par le MCU sont Black Panther en février et surtout Avengers : Infinity War en avril, qui promettent d’être spectaculaires, et que j’attends de pied ferme. Vivement la suite !

 

Ma note : 10/10. J’ai rien à dire, j’ai adoré. C’est le troisième film proposé par Marvel cette année, et le troisième à qui j’ai accordé 10/10. Marvel, vous êtes dans mon cœur, définitivement.

 

 

Les autres films

Cf2502

Les frères Logan décident de monter le casse du siècle, aidés par leur sœur et par Joe Bang, le plus grand braqueur du pays, qu’ils doivent faire sortir de prison pour l’occasion… Un film de braquage complètement barré et excellentissime. La dream team des cambrioleurs est composée de Channing Tatum (qui a également joué dernièrement dans le formidable deuxième volet de Kingsman), Adam Driver (dont j’ai déjà à plusieurs reprises fait l’éloge, tant il est toujours excellent), Daniel Craig (qu’on ne présente plus) et Riley Keough (que je ne connaissais pas avant ce film, mais que j’ai trouvé géniale dans le rôle), un quatuor qui forme une association du tonnerre qui fonctionne ! C’est dynamique, entraînant et on reste scotché jusqu’au bout. Un régal. Ma note : 9/10.

Cf2503

« Novembre 1918. A quelques jours de l’Armistice, Edouard Péricourt sauve Albert Maillard d'une mort certaine. Rien en commun entre ces deux hommes si ce n’est la guerre et le lieutenant Pradelle qui, en donnant l’ordre d’un assaut absurde, brise leurs vies en même temps qu’il lie leurs destins. Sur les ruines du carnage de la première guerre mondiale, chacun va tâcher de survivre : Pradelle s'apprête à faire fortune sur le dos des morts tandis qu'Albert et Edouard, condamnés à vivre, vont tenter de monter une arnaque monumentale. » (C’est le pitch Allociné, parce que je vous avoue que j’avais un tout petit peu la flemme.) Superbe film d’Albert Dupontel, à la fois drôle, touchant et très poétique, cette adaptation d’un roman éponyme est sans doute l’un des plus jolis films français de l’année. Evidemment par son scénario, remarquable, mais aussi par son casting absolument sans faute, notamment Albert Dupontel, qui ne se contente pas de réaliser, mais qui y interprète avec brio l’un des rôles principaux, Laurent Laffitte en antagoniste principal, la belle Emilie Dequenne, et surtout Nahuel Perez Biscayart qui, après son éblouissante performance dans 120 Battements Par Minute (le héros du film, c’était lui), récidive ici et confirme son talent. Un très beau film à voir ! Ma note : 9/10.

Cf2504

Gino rencontre Bénédicte, et ils tombent instantanément amoureux, d’une passion dévorante. Mais Gino a un secret : avec sa bande d’amis, il est braqueur. Leur relation sera mise à rude épreuve et ils devront se battre envers et contre tous, y compris contre eux-mêmes… Très bonne surprise que ce thriller à suspense, qui met certes un peu de temps à démarrer, mais qui entraîne ensuite dans le tourbillon de l’action jusqu’au bout. Je suis très fan d’Adèle Exarchopoulos, et ici, elle est une fois de plus remarquable. Son duo avec Matthias Schoenaerts fonctionne parfaitement, et les deux portent le film superbement. Ma note : 8/10.

Cf2505

« Un brillant chirurgien prend sous son aile un jeune adolescent. Dans un premier temps, ce dernier s’immisce au sein de cette famille et en perturbe progressivement le quotidien. Il devient de plus en plus inquiétant, menaçant. Une seule issue possible : un impensable sacrifice. » (Oui, c’est encore le résumé Allociné. Ne me jugez pas, j’ai huit films à chroniquer, pas le temps de niaiser.) Un film sous tension, étrange et qui ne laisse pas indifférent. C’est très spécial, mais c’est un excellent film. Et puis, après Les Proies, ça fait plaisir de voir qu’ils sont manifestement en train de développer un Colin Farrell a une vie de m*rde et Nicole Kidman est un peu chelou Cinematic Universe. C’est fort sympathique. Ma note : 8/10.

Cf2506

Pour prouver à sa femme qu’il est un homme responsable, Adrien va monter une crèche parentale dans son appartement… Alors. Pour moi, ce film est assez symptomatique de ce qui ne va pas en général dans les comédies françaises récentes. C’est décousu, certaines scènes n’ont pas de logique ou de connexion avec d’autres et ne semblent là que pour placer un gag, en général moyen, et surtout, il y a beaucoup trop de clichés. Et c’est le principal problème de la plupart des comédies françaises que j’ai vu récemment (« la plupart », pas « toutes ») : c’est vraiment bourré de clichés. Genre vraiment TROP. Je ne suis pas contre le fait qu’on mette quelques clichés quand c’est au service du scénario et surtout de l’humour, mais quand c’est trop flagrant, trop attendu ou trop présent, c’est non. Et là, malheureusement, c’est beaucoup trop le cas. Donc assez déçue par ce film. Ma note : 3/10.

Cf2507

Des satellites sont chargés de contrôler le climat. Suite à une défaillance du système, le scientifique et créateur est chargé de remettre tout ça en ordre pour éviter qu’une terrible tempête ne s’abatte sur la planète… Tu le sens, le scénario de film catastrophe censé te faire pleurer ? Tu le sens arriver le concept ? C’est parti pour la critique. Comment qualifier ce film sans être trop méchante ?  Le casting n’est pas ultra mauvais, on a quand même Gérard Butler et Jim Sturgess en personnages principaux, deux très bons acteurs, mais franchement, c’est à se demander ce qu’ils sont venus faire là-dedans. C’est du niveau de 2012, mais en plus laid visuellement (et ceux qui ont vu 2012 savent de quoi je parle). Non seulement le scénario est absolument ridicule de bout en bout (pour vous donner une idée, et attention, je vais totalement vous spoiler la fin, my bad : c’est le vice-président qui a fait le coup, et tout ça pour quoi ? Être sûr que personne d’autre que lui ne puisse avoir le poste de président. D’accord, donc tu veux littéralement tuer les trois quarts de l’humanité juste pour poser tes fesses dans le fauteuil de président ? Est-ce qu’on se ficherait pas un peu du monde ici ?), mais en plus, on collectionne les clichés du genre : le héros qui a un enfant né d’un premier mariage, drama familial, blablabla, les scènes censément spectaculaires de destruction de la Terre, le plot-twist tu-crois-qu’il-est-mort-mais-en-fait-non-il-a-été-sauvé-par-une-facilité-scénaristique, le personnage féminin qui sert à rien à part à être le love interest d’un des héros (la blonde, pour ceux qui ont vu le film), bref, tout y est, c’est formidable. En clair, un film totalement dispensable. Ma note : 3/10. Et encore, je donne trois points juste pour les deux acteurs principaux, et parce que un des acteurs secondaires avait un mignon accent british. Oui, c’est tout ce que j’ai retenu du film.

Cf2508

« Agent spécial devenu numéro deux du FBI, Mark Felt enquête sur une affaire qui pourrait coûter son poste au Président des États-Unis. La Maison Blanche et le directeur des services secrets cherchent à enterrer l’enquête. Mark Felt, malgré les pressions énormes du pouvoir, choisit de poursuivre son investigation pour faire éclater la vérité. » (Encore le résumé Allociné, mais là, c’est surtout parce que rien que parler de ce film m’ennuie.) Ce film est vide. J’ai clairement rien à dire dessus parce qu’il n’y a rien à dire dessus. C’est dommage, parce que le sujet aurait pu être passionnant. Mais le traitement, lui, est ennuyeux à souhait. Je l’ai vu en fin de soirée, en plus, donc autant vous dire qu’il m’a été difficile de garder les yeux ouverts. Ça a été une épreuve. Quant à Liam Neeson, d’habitude, c’est un excellent acteur, mais alors là, on dirait qu’il est mort à l’intérieur. Je crois bien qu’on lui a volé son âme, tellement il a l’air lui-même de s’ennuyer ferme. Là encore, un film hautement dispensable. Ma note : 2/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’Octobre (déjà décernés, à lire ICI) : Thor : Ragnarok et Logan Lucky pour Meilleur Film, Tom Hiddleston (Thor : Ragnarok), Channing Tatum (Logan Lucky) et Adam Driver (Logan Lucky) pour Meilleur Acteur, Tessa Thompson (Thor : Ragnarok) et Cate Blanchett (Thor : Ragnarok) pour Meilleure Actrice.

Sont sélectionnés pour les choix du mois de Novembre : Au Revoir Là-Haut, Le Fidèle et Mise à Mort du Cerf Sacré pour Meilleur Film, Nahuel Perez Biscayart (Au Revoir Là-Haut) pour Meilleur Acteur, Emilie Dequenne (Au Revoir Là-Haut), Adèle Exarchopoulos (Le Fidèle) et Nicole Kidman (Mise à Mort du Cerf Sacré) pour Meilleure Actrice.

 

Rendez-vous donc dans une dizaine de jours pour un nouveau Ciné-Fil ! N’hésitez pas vous aussi à donner votre avis sur les divers films, que vous soyez d’accord ou non avec moi, j’aime bien lire d’autres opinions. Et n’hésitez pas aussi à boire du thé, mais ça n’a aucun rapport.

 

Marine Melody.

Ciné-Fil Hors-Série : Les Choix du mois d'Octobre

Vous commencez à comprendre le concept, qui dit fin de mois dit article spécial, avec le meilleur du mois ciné ! Et autant vous dire que ce mois-ci fut loin d’être décevant du côté du grand écran. Voici donc réunis pour vous les meilleurs films, acteurs et actrices de ce mois automnal, de la quatrième à la première place…

Cfhs1

 

MEILLEUR FILM

 

4ème place : Detroit de Kathryn Bigelow.

Cinefil2

Sans conteste la vraie claque du mois. Un film immersif, violent, qui montre un épisode dur de la ségrégation, et porté par un casting impeccable.

 

3ème place : Thor : Ragnarok de Taika Waititi.

Cfhs3

Dernier né de l’écurie Marvel, ce troisième opus des aventures du Dieu du Tonnerre se démarque des deux précédents, et ce n’est pas pour déplaire ! Des scènes impressionnantes, un humour franchement assumé, de nouveaux personnages absolument géniaux qui rejoignent les vétérans de la franchise, bref, un pur régal. Mais j’en parlerai plus longuement dans le prochain Ciné-Fil.

 

2ème place : Le Château de Verre de Destin Cretton.

Cfhs4

J’ai profondément adoré ce joli film, inspiré de l’histoire vraie d’une famille hors normes. Brie Larson, Naomi Watts et Woody Harrelson, entre autres, portent le film, et nous font passer par une multitude d’émotions. C’est très beau.

 

1ère place : Kingsman : Le Cercle d’Or de Matthew Vaughn.

Cfhs5

Ai-je encore besoin de faire un paragraphe de quatre kilomètres de long sur mon amour pour ce film ? Evidemment, aucune surprise, il prend la tête du classement de ce mois, et fait même partie de mes coups de cœur de l’année. Well done, les agents britanniques !

 

MEILLEUR ACTEUR

 

4ème place : Will Poulter, pour Detroit.

Cfhs6

Le film de Kathryn Bigelow est serti d’un casting cinq étoiles, c’est indéniable. Mais s’il ne fallait retenir qu’une performance en tête de liste, ce serait sans aucun doute celle de Will Poulter. Dans ce rôle de flic sans pitié, il est d’une justesse absolument impeccable. On le déteste forcément à la fin du film, preuve en est que sa performance est réussie.

 

3ème place : Tom Hiddleston, pour Thor : Ragnarok.

Cfhs7

Oui, Chris Hemsworth. Oui, aussi, Mark Ruffalo. Mais franchement, est-ce qu’on pourrait parler de Tom Hiddleston dans le rôle de Loki ? Si le personnage est aussi apprécié des fans, c’est aussi grâce au charisme de l’acteur, et à ce côté mi-gentil mi-méchant (ça dépend de son humeur) qu’il donne au personnage. Ses répliques et ses scènes sont aussi cultes que son égo est démesuré, et l’acteur est juste parfait dans ce rôle.

 

2ème place : Adam Driver, pour Logan Lucky.

Cfhs8

Répétez après moi : Adam Driver est un des meilleurs acteurs de sa génération. C’est en tout cas l’impression que ça me fait à chaque fois que je le vois dans un film. Quel que soit le rôle qu’il interprète, il est toujours juste, et excellent. Logan Lucky ne fait pas exception à la règle, il y est génial, et mérite sans hésitation cette médaille d’argent du classement. Vivement le mois de décembre pour le retrouver dans le rôle de Kylo Ren dans le huitième épisode de Star Wars (évidemment, en tant que grande fan, vous le savez, j’ai très hâte).

 

1ère place : Taron Egerton, pour Kingsman : Le Cercle d’Or.

Cfhs9

Ah la la, Taron Egerton. Que dire, sinon que j’ai sans aucun doute développé un léger crush pour l’acteur et son mélodieux accent britannique ? Au-delà de ça, il est vraiment excellent dans ce deuxième volet de Kingsman, on sent une vraie évolution de son personnage par rapport au premier, et il accède à la première marche du podium avec plaisir. Vivement le troisième volet !

 

MEILLEURE ACTRICE

 

4ème place : Carla Juri, pour Blade Runner 2049.

Cfhs10

Quand j’ai vu le nom de Carla Juri au casting du très attendu Blade Runner 2049, j’étais plus que ravie. J’ai découvert cette actrice dans Paula, sorti en mars dernier, je l’ai également vue dans Brimstone, sorti en mars également, et chaque fois, elle est géniale. Ici, elle a un rôle secondaire (mais clé dans l’intrigue), mais ses quelques scènes suffisent à prouver son talent. J’espère sincèrement la voir dans beaucoup plus de films, c’est définitivement une actrice à suivre.

 

3ème place : Tessa Thompson, pour Thor : Ragnarok.

Cfhs11

J’ai parlé de Loki tout à l’heure, mais il est temps pour moi de vous parler du meilleur personnage du film : Valkyrie, alias Tessa Thompson. Si, c’est le meilleur personnage du film. Elle est juste géniale. Nouvelle recrue de ce troisième volet, elle crève l’écran. J’ai eu un très gros coup de cœur pour le personnage autant que pour l’actrice, qui est parfaite dans le rôle.

 

2ème place : Julianne Moore, pour Kingsman : Le Cercle d’Or.

Cfhs12

Julianne Moore en grande méchante, c’est clairement un des meilleurs choix de casting pour ce deuxième opus de Kingsman. Charismatique, aussi souriante et chaleureuse que machiavélique et dingue, l’actrice est à fond dans le personnage, et ça se ressent. Elle peut te dire avec le sourire de buter quelqu’un, et tu trouves ça drôle. Bref, elle est géniale.

 

1ère place : Naomi Watts, pour Le Château de Verre.

Cfhs13

De tout le brillant casting de ce très joli film, j’ai surtout retenu Naomi Watts pour la palette d’émotions incroyables qu’elle dégage tout au long du film. Je suis toujours époustouflée par cette actrice dans chacun de ses rôles. Une médaille d’or que je lui remets sans hésiter.

 

 

PRIX D’HONNEUR

Cfhs14 1

Mon prix d’honneur du mois d’octobre revient à la merveilleuse Judi Dench, formidable dans le rôle de la reine Victoria dans Confident Royal. Elle y est brillante, et superbe. Le prix d’honneur lui est attribué sans hésitation. On la retrouvera avec plaisir en décembre dans Murder On The Orient Express, aux côtés d’une myriade d’acteurs (dont Daisy Ridley, la Rey de la nouvelle trilogie Star Wars, Josh Gad, ou encore Pénélope Cruz, et oui, je cite surtout mes chouchous parce que c’est mon article).

 

A très vite pour un nouvel article !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #24 by Marine Melody

Aujourd’hui dans Ciné-Fil, je vais revenir pour vous sur cinq films de la dernière quinzaine, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il va être difficile de leur trouver des points communs : il y en a pour tous les goûts !

 

 

Le coup de cœur de la quinzaine : Kingsman : Le Cercle d’Or

Cinefil1

Film de Matthew Vaughn, avec Taron Egerton, Colin Firth, Mark Strong, Julianne Moore, Halle Berry, Channing Tatum, Pedro Pascal… Sortie le 11 octobre 2017.

Le pitch (source : Allociné) : « KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis.

Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice. »

Comment vous parler de ce film en gardant un enthousiasme modéré ? Je préfère être claire avec vous : c’est impossible. J’ai découvert ce Kingsman 2 avant le premier (j’ai depuis très vite rattrapé mon retard en me procurant le DVD), et j’ai été totalement embarquée dans l’univers dès la première minute. De base, un film mettant en scène des agents secrets basés à Londres ne pouvait que me plaire. Non seulement ça, mais tout dans ce film est absolument excellent : Le scénario, d’abord. Ça ne s’arrête jamais, c’est un concentré d’action, d’humour, et de suspense du début à la fin. Visuellement, c’est génial, et que ce soit sur les scènes de combat qui sont d’une badassitude incroyable, mais aussi sur le choix des décors, je pense par exemple au QG parc des années 50 de Poppy ou au complexe américain des Statesman (le bâtiment principal en forme de bouteille de whisky, c’est fabuleux). Et permettez-moi maintenant de m’arrêter sur le casting époustouflant de ce second volet. Le premier volet nous offrait notamment Samuel L. Jackson qui zozote, Sofia Boutella en gazelle badass et Mark -Luke Skywalker- Hamill, et s’ils ne sont pas de retour pour la suite aux côtés de Colin Firth et Taron Egerton (je reviendrai sur leur cas, je garde le meilleur pour la fin), cette nouvelle aventure nous sert encore un très beau casting. La grande Julianne Moore est brillante en grande méchante du film, c’est un rôle qui lui va à ravir, elle est juste formidable. Les agents Statesman américains qui viennent en aide à nos Kingsman britanniques sont campés par Channing Tatum, Halle Berry et Pedro Pascal, et les trois sont géniaux (mention spéciale à Pedro Pascal dont les scènes de combat sont assez dingues). On a même droit à un Elton John en grande forme dans son propre rôle, et croyez-moi, ça décoiffe ! Mais Kingsman ne serait évidemment rien sans les deux héros principaux, campés par Colin Firth et Taron Egerton. Concernant Colin Firth, est-il vraiment nécessaire de préciser qu’il est excellent ? C’est de notoriété publique que cet acteur est juste dans tous ses rôles, et il ne déroge pas à la règle ici. Je suis une très grande fan depuis fort longtemps. Par contre, c’est par ce film que j’ai fait la découverte de Taron Egerton, et je n’ai qu’une chose à dire : Taron, toi, tes costumes, ta coolitude absolue et ton délicieux accent anglais auditivement orgasmique (j’ai une passion pour l’accent anglais, ne me jugez pas), bienvenue dans ma liste de zouz. Le personnage d’Eggsy qu’il campe est évidemment plus mature que dans le premier volet (que j’ai vu après du coup, mais ça n’empêche pas de pouvoir en parler), on sent qu’il y a une évolution du personnage, mais il garde cette fraîcheur et ce côté désinvolte qu’on lui connaît. En résumé, ce Kingsman volume 2 est une vraie réussite, et le rendez-vous est déjà pris dans mon cœur pour le troisième volet !

Ma note : 10/10. Un vrai coup de cœur.

 

 

Les autres films :

Cinefil2

A Detroit, au cours de l’été 1967, la ségrégation raciale est omniprésente et nourrit une immense vague d’émeutes. Un soir, des coups de feu provenant d’un motel sont entendus par la Garde Nationale. Les policiers vont soumettre les clients du motel à un interrogatoire sadique pour obtenir leurs aveux. Le bilan sera lourd… Ce film très fort retrace un épisode dur de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. La réalisatrice Kathryn Bigelow nous offre une réelle claque qui ne laisse pas indifférent. Le film est très bien réalisé, la tension est palpable, et le tout est porté par une sélection d’acteurs remarquables. On retrouve notamment John Boyega, qui confirme son statut d’acteur montant (depuis son rôle dans la nouvelle trilogie Star Wars, sa carrière a définitivement décollé, et c’est mérité), Anthony Mackie (le Falcon du Marvel Cinematic Universe), Hannah Murray (Cassie dans la première génération de l’excellente série anglaise Skins, une actrice que j’adore et qu’on ne voit que trop peu alors qu’elle est excellente), mais ma mention spéciale du casting revient sans hésiter à Will Poulter, qui excelle dans ce rôle de flic sadique, un rôle clairement pas facile à endosser, mais dans lequel il est d’une justesse dingue. Un film à voir assurément. Ma note : 10/10.

Cinefil3

A La Ciotat, Antoine suit un atelier d’écriture pour jeunes en insertion orchestré par la romancière Olivia. Antoine fait des propositions d’écriture que les autres jeunes trouvent choquantes. Mais l’écriture n’est pas ce qui intéresse Antoine. Olivia découvre qu’Antoine et ses amis se retrouvent régulièrement pour des réunions et des activités empreintes d’une idéologie d’extrême droite… Marina Foïs tient le haut de l’affiche de ce drame français aux côtés d’une bande de jeunes talents menés par Matthieu Lucci. Le casting est très bon, le thème très fort et cruellement d’actualité, le seul reproche que j’aurais à faire, c’est que c’est un peu lent par moments, mais ça reste un bon film dans l’ensemble. Ma note : 7/10.

Cinefil4

Le grand méchant Storm King secondé de Tempest envahit Equestria dans le but de voler la magie des poneys. La princesse Twilight et ses amies doivent aller chercher du secours pour sauver le royaume… Alors, on est allées voir ce film avec une amie en toute maturité (non), et en tant qu’adultes parfaitement responsables (toujours pas), on a bien aimé, c’était mignon et funky. Et Sia double un poney et signe la chanson du générique. C’est joli. Ah oui, et Pinkie Pie, le petit poney rose là, c'est clairement mon animal totem. Bref, c'était choupi. (Raise your hand si ça t'étonne sérieusement que je sois allé voir ça. Spoiler alert : c’est que tu me connais mal. Je suis une enfant.) Ma note : 7/10.

Cinefil5

Pour tenter de renouer avec le succès, un producteur de musique à la dérive décide de monter un groupe constitué d’un curé, d’un rabbin et d’un imam, réunis pour chanter le vivre-ensemble… Alors. Je suis allée voir ce film parce que le casting me donnait franchement envie. Je suis très fan de Guillaume de Tonquédec et Ramzy Bedia, et j’apprécie beaucoup Audrey Lamy, Jonathan Cohen et Fabrice Eboué. Quant au travail de Fabrice Eboué en tant que réalisateur, j’avais été plutôt convaincue avec l’excellent Case Départ, qu’il avait co-écrit avec Thomas Ngijol. Donc je me suis dit que ça allait être vraiment sympa. Le problème, et c’est un problème hélas trop récurrent dans les comédies françaises récentes, c’est que c’est BOURRE de clichés. De blagues trop faciles. Et du coup trop attendues. Les performances d’acteurs sont bonnes, mais le scénario et donc le film dans l’ensemble me laissent vraiment sur ma faim. Ma note : 4/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’octobre : Kingsman : Le Cercle d’Or et Detroit pour Meilleur Film, Taron Egerton (Kingsman : Le Cercle d’Or), Colin Firth (Kingsman : Le Cercle d’Or), Pedro Pascal (Kingsman : Le Cercle d’Or), John Boyega (Detroit), Will Poulter (Detroit) et Anthony Mackie (Detroit) pour Meilleur Acteur, Julianne Moore (Kingsman : Le Cercle d’Or), Hannah Murray (Detroit) et Marina Foïs (L’Atelier) pour Meilleure Actrice.

 

Rendez-vous très bientôt pour le hors-série spécial choix ciné du mois d’octobre !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #23 by Marine Melody

Petit changement de programme (c’est comme ça qu’on accroche un public : avec une annonce choc dès l’intro), les Ciné-Fil seront désormais étalés sur deux semaines. La raison officielle, c’est que comme ça, ça fera plus de films à chroniquer, et donc des articles plus fournis, la raison officieuse, c’est que je me suis rendue compte qu’une semaine sur deux, j’avais la flemme, donc je me suis dit que ça règlerait le problème.  Genius. Pour ce nouveau numéro, donc, partons sur six films qui ont rythmé cette quinzaine cinématographique !

 

Le coup de cœur de la semaine : Le Château de Verre

1

Film de Destin Cretton, avec Brie Larson, Naomi Watts, Woody Harrelson, Max Greenfield… Sortie le 27 septembre.

Le pitch (source : Allociné) : « Jeannette Walls, chroniqueuse mondaine à New-York, a tout pour réussir et personne ne peut imaginer quelle fut son enfance. Elevée par un père charismatique, inventeur loufoque qui promet à ses enfants de leur construire un château de verre mais qui reste hanté par ses propres démons, et une mère artiste fantasque et irresponsable, elle a dû, depuis son plus jeune âge, prendre en charge ses frères et sœurs pour permettre à sa famille dysfonctionnelle de ne pas se perdre totalement. Sillonnant le pays, poursuivis par les créanciers, et refusant de scolariser leurs enfants, les Walls ont tout de même vécu une vie empreinte de poésie et de rêve, qui a laissé des marques indélébiles mais qui a créé des liens impossibles à renier. »

Inspiré du livre de Jeannette Walls, l’héroïne, Le Château de Verre raconte l’incroyable histoire vraie de sa famille, loin d’être conventionnelle ! C’est un film très beau, touchant et drôle qui nous est proposé, j’ai été véritablement embarquée par l’épopée de cette famille américaine hors normes. Le scénario est très bon du début à la fin, la musique est géniale, mais c’est surtout le casting qui sublime le tout. Brie Larson interprète Jeannette adulte, et c’est une actrice absolument formidable, ses parents sont joués par les géniaux Naomi Watts (dont je suis très fan) et Woody Harrelson, qui confère au père de Jeannette le côté loufoque qui sied au personnage, et les seconds rôles ne sont pas en reste, que ce soit les enfants qui interprètent la fratrie Walls à différents âges, ou Max Greenfield (Schmidt dans la série New Girl) que l’on retrouve en petit ami sophistiqué de Jeannette adulte. Tout dans ce film est excellent et fait du bien. Je ne saurais que vous conseiller de courir le voir : vous passerez un très agréable moment. J’ai adoré.

Ma note : 10/10.

 

Les autres films

2

Mathilde vit seule avec sa mère, socialement inadaptée et proche d’une forme de démence. Si aux yeux des autres, sa mère est folle à lier, Mathilde fait tout pour la protéger et éviter d’en être séparée. Un jour, la mère de Mathilde lui offre un oiseau qui parle. Mathilde est la seule à l’entendre, et l’oiseau va la guider et veiller sur elle… La réalisatrice Noémie Lvovsky, qui incarne également la mère de Mathilde, nous présente un film étonnant et lunaire sur l’enfance. Une jolie histoire, avec des scènes très mignonnes (et parfois très glauques, je pense notamment à cette scène de l’enterrement du squelette de l’école par Mathilde. C’est mignon. Et glauque.) et un casting incroyable : Noémie Lvovsky est touchante et convaincante dans le rôle de la mère de Mathilde, personnage qui semble totalement déconnecté de la réalité, mais qui par moments ne paraît pas en être malheureuse (Il y a ce joli dialogue, que l’on voit dans la bande-annonce, où elle porte une robe de mariée, et lorsqu’une autre cliente lui demande « Mais vous ne vous mariez pas ? », elle répond « Si. Avec la vie. » C’est très beau.). Mathieu Amalric joue lui le père de Mathilde, qui va finir par intervenir pour soutenir son ex-femme et aider sa fille, et c’est toujours un plaisir de retrouver cet acteur très talentueux. Mais la révélation du film est évidemment Luce Rodriguez, l’héroïne, remarquable, gracieuse et juste du début à la fin. J’ai été transportée. Point supplémentaire pour la très jolie bande originale, qui m’a notamment permis de découvrir la jolie chanson Oh my mama d’Alela Diane, que je vous conseille d’écouter autant que de voir le film. Ma note : 9/10.

3 1

Abdul Karim voyage d’Inde vers l’Angleterre pour apporter un cadeau en l’honneur du jubilé de la reine Victoria. Il se voit accorder les faveurs de la reine en personne, qui développe avec lui une amitié aussi sincère qu’étonnante. Mais l’entourage de la reine ne le voit pas du tout d’un bon œil… J’adore les films historiques, j’adore l’Angleterre, donc forcément je me devais de voir ce film. Et je n’ai pas été déçue. C’est un très beau film et une histoire vraie touchante, magnifiquement interprétée par la merveilleuse Judi Dench en reine Victoria, et Ali Fazal dans le rôle de son confident. Un épisode historique longtemps passé sous silence (le film l’explique dans les crédits), mais mis en avant par cet excellent film. Ma note : 8/10.

4

Max est le gérant d’une société d’organisation de mariages. Il est engagé par un couple pour organiser un mariage somptueux dans un château. Le film suit tout le déroulement de la journée au travers de chaque membre de l’équipe, que ce soit le gérant, le photographe, les mariés, l’animateur, les serveurs, etc. Et tout ne se déroule pas comme prévu… Eric Toledano et Olivier Nakache, tandem de réalisateurs des excellents Nos Jours Heureux et Intouchables, proposent ici un film chorale sur le thème du mariage, du côté des coulisses. J’en ai déjà parlé, les films chorale, c’est loin d’être ma passion (en général, ils ont le pire des défauts, ils sont vides, donc il n’y a rien à dire dessus), mais là, il faut avouer que c’est réussi. C’est drôle, bien raconté, et si on enlève le fait que le marié est une tête à claques absolue qui m’a fait souhaiter qu’il se crashe violemment sur le sol lorsqu’il fait son espèce de spectacle aérien (ceux qui ont vu le film savent de quoi je parle), tous les personnages sont attachants et nous donnent l’impression de faire partie de la fête. Jean-Pierre Bacri (quel acteur génial) gère tout ce beau monde de main de maître, même si évidemment la soirée sera riche en rebondissements ! Le film est une réussite indéniable. Ma note : 8/10.

5

(Flemme d’en faire un résumé par moi-même, voici donc un magnifique copier-coller d’Allociné, merci, bisous :) « En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies... » Alors, autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas vu Blade Runner premier du nom, ma critique se fondera donc entièrement sur le film comme un tout, et non comme une suite. Et tu peux immédiatement commencer à effacer ton commentaire me disant que ouais, mais du coup, t’as pas compris la subtilité du gnagnagnagna parce que c’était volontaire, donc même si j’ai loupé deux trois éléments (je dis deux trois parce que globalement, le scénario du premier est réexpliqué dans l’introduction du film), j’estime que ça ne change rien à mon avis sur le film. D’après ce que j’ai compris, ce film est l’évènement de l’année et un chef d’œuvre de perfection. Du coup, je vais me faire taper sur les doigts, mais même s’il est très bien, je n’ai pas non plus été ultra emballée. Les points positifs d’abord : Visuellement, c’est parfait. C’est splendide, tant au niveau des décors que des effets spéciaux. Rien à dire, chaque plan est d’une beauté incroyable. La musique est remarquable (c’est Hans Zimmer, en même temps, rien d’étonnant) et complète à merveille le film. Quant au casting, c’est parfait. Ryan Gosling, que je suis plus habituée à voir dans des comédies/films romantiques (notamment cette année avec les excellentissimes La La Land et Song To Song), est totalement convaincant dans ce rôle plus sombre. Harrison Ford est évidemment formidable, la question ne se pose même pas, et j’ai découvert Ana de Armas dans ce rôle touchant de femme holographique, dans lequel elle excelle. Au niveau des rôles secondaires, j’ai eu le plaisir de retrouver deux acteurs que j’aime énormément : Dave Bautista (le génial Drax des Gardiens de la Galaxie), et Carla Juri, une actrice éblouissante que j’ai découvert cette année dans les films Paula et Brimstone. Maintenant, pourquoi je n’ai pas trouvé ce film parfait ? Et bien, parce qu’au vu des bandes annonces, j’avoue que je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus pêchu. Je m’attendais à beaucoup plus d’action, et là, j’ai trouvé ça un peu mou. Ce n’est que mon avis. Dans l’ensemble, le film est tout de même bon, et reste à voir. Ma note : 7/10.

6

Boris et Genia sont en cours de divorce et refont leur vie chacun de leur côté. Lorsqu’ils se retrouvent dans l’appartement qu’ils mettent en vente, ce n’est que pour se disputer. Leur fils de douze ans, Aliocha, semble totalement laissé de côté. Jusqu’à ce qu’il disparaisse… Alors. J’ai lu énormément d’avis positifs sur ce film, comme quoi c’était l’un des meilleurs de l’année, très poétique, etc., bref, ça m’a donné envie d’aller le voir, ce que j’ai fait, et… grosse déception. Je suis passée totalement à côté. J’ai trouvé ce film lent, pas assez prenant, et sans grand intérêt. Ma note : 2/10. L’enfant qui joue Aliocha est très convaincant, et les paysages sont jolis. C’est tout ce que j’ai retenu.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de septembre : Demain Et Tous Les Autres Jours pour Meilleur Film, Noémie Lvovsky (Demain Et Tous Les Autres Jours) pour Meilleure Actrice, Luce Rodriguez (Demain Et Tous Les Autres Jours) pour Prix d’Honneur.

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’octobre : Le Château de Verre pour Meilleur Film, Woody Harrelson (Le Château de Verre), Ryan Gosling (Blade Runner 2049), Harrison Ford (Blade Runner 2049), Jean-Pierre Bacri (Le Sens de la Fête), Jean-Paul Rouve (Le Sens de la Fête) et Ali Fazal (Confident Royal) pour Meilleur Acteur, Brie Larson (Le Château de Verre), Naomi Watts (Le Château de Verre), Carla Juri (Blade Runner 2049) et Eye Haïdara (Le Sens de la Fête) pour Meilleure Actrice, et Judi Dench (Confident Royal) pour Prix d’Honneur.

 

Rendez-vous donc dans deux semaines pour le prochain numéro de Ciné-Fil ! Je profite de cette outroduction pour rappeler que le prochain Star Wars, Les Derniers Jedi, sort dans deux mois tout pile, et que ça me met en joie. Bisous tout doux.

 

Marine Melody.

Ciné-Fil Hors-Série : Les Choix du mois de Septembre

Je suppose ne pas être la seule à qui ça fait cet effet-là : le mois de septembre paraît incroyablement LONG. L'effet de la rentrée, certainement. Quoiqu'il en soit, j'ai l'impression d'avoir vu certains films dont je vais vous parler il y a des mois, alors que cela fait au maximum quatre semaines. Mais voilà que ce mois de septembre est (enfin) terminé, et il est temps d'en dresser le bilan cinématographique, avec la traditionnelle sélection des meilleurs films, acteurs et actrices du mois !

01

 

 

Meilleur Film

 

4ème place : Wind River de Taylor Sheridan.

02

Ce thriller à suspense avec Jeremy Renner et Elizabeth Olsen méritait bien une place dans le classement. C'est un film excellent, rythmé, avec une image superbe.

 

3ème place : Le Redoutable de Michel Hazanavicius.

03

Le film français du mois, en ce qui me concerne ! Un biopic original, qu'on peut apprécier même en ne connaissant que très peu Jean-Luc Godard (c'est mon cas), et truffé d'humour un peu absurde.

 

2ème place : Seven Sisters de Tommy Wirkola.

04

Médaille d'argent bien méritée pour le film d'action futuriste porté par sept Noomi Rapace en grande forme ! Le suspense tient en haleine jusqu'au bout, et on ne s'ennuie pas une minute.

 

1ère place : Mary de Marc Webb.

05

De loin mon gros coup de coeur du mois. Chris Evans et McKenna Grace sont merveilleux dans cette jolie et touchante histoire sur une enfant surdouée. C'est beau, émouvant et drôle. Première place accordée sans hésitation !

 

 

Meilleur Acteur

 

4ème place : Guillaume Canet pour Mon Garçon.

06

Je n'ai pas vu jusqu'ici de film où Guillaume Canet ne jouait pas juste. C'est encore le cas ici, dans le rôle d'un père désespéré dont le fils a été kidnappé. Il est bouleversant, et mérite sa place dans le classement de ce mois.

 

3ème place : Louis Garrel pour Le Redoutable.

07

La médaille de bronze est décernée à Louis Garrel pour son interprétation de Jean-Luc Godard. Même en ne connaissant pas plus que ça le réalisateur, j'ai trouvé son interprétation fascinante et très juste (on notera aussi qu'il fait un "drop the mic" en vrai, et ça, c'est la méga classe).

 

2ème place : Stéphane de Groodt pour L'Un Dans L'Autre.

08

Quel plaisir de retrouver Stéphane de Groodt au cinéma ! Un acteur et humoriste français formidable qui excelle dans les rôles qu'il interprête. Une fois de plus, ici, face à Louise Bourgoin, il démontre tout son talent.

 

1ère place : Chris Evans pour Mary.

09

Dans Mary, Chris Evans joue un oncle aimant prêt à tout pour offrir à sa nièce Mary la meilleure vie possible. Il y est très touchant, et mérite assurément la tête de ce classement des acteurs du mois.

 

 

Meilleure Actrice

 

4ème place : Octavia Spencer pour Mary.

10

J'adore Octavia Spencer. Je la trouve incroyable. Plus tôt dans l'année, on a pu la voir exceller en tant que scientifique de la NASA dans Les Figures de l'Ombre. Ici, elle joue la voisine et amie du personnage de Chris Evans, et est toujours géniale.

 

3ème place : Jayma Mays pour Barry Seal, American Traffic.

11

Alors, oui, je sais, Jayma Mays ne tient qu'un rôle mineur dans le film et appraît grand maximum cinq minutes à tout péter, mais 1) ces cinq minutes suffisent à en faire l'un des meilleurs personnages du film, 2) c'est une actrice tellement géniale, je regrette qu'on ne la voie pas plus au cinéma, et 3) c'est mon classement, je fais ce que je veux. Donc voilà, Jayma Mays, absolument géniale, mérite une belle troisième place.

 

2ème place : Jennifer Lawrence pour Mother !

12

On pourra dire ce qu'on veut de Jennifer Lawrence (et je fais partie des personnes qui ne sont vraiment, mais vraiment, pas fans d'elle), mais on ne peut pas lui enlever qu'elle est une excellente actrice, spécialement dans ce film. Parce qu'il en faut des épaules pour porter un film de cette trempe. Et malgré tout l'amour que je ne lui porte pas, je dois reconnaître que dans ce film, elle est magistrale.

 

1ère place : Noomi Rapace pour Seven Sisters.

13

Sept trophées en un pour Noomi Rapace, s'il vous plaît ! Parvenir à donner une identité propre à sept soeurs et être convaincante dans les sept rôles, ça mérite réellement une ovation. Je n'ai découvert cette actrice qu'en deux films sortis cette année, et je suis pourtant déjà fan. Bravo.

 

 

Prix d'Honneur

14

Le prix d'honneur du mois de septembre est décerné sans hésitation à McKenna Grace pour sa prestation dans Mary. Elle est incroyable, drôle, touchante, et adorable. Et surtout, elle est d'une justesse d'interprétation dingue. Une vraie perle. Je veux l’adopter s’il vous plaît. Avec Sunny Pawar (Saroo enfant dans Lion). Voilà. Mes enfants adoptifs sont si beaux.

 

 

Rendez-vous le mois prochain pour un nouveau hors-série, et très vite pour la suite des Ciné-Fil hebdomadaires !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #22 by Marine Melody

Bienvenue à tous dans ce dernier Ciné-Fil du mois de septembre, où je reviendrai en détails (mais pas trop, parce que flemme) sur quatre films sortis la semaine passée (ah oui, parce qu'en plus de la flemme, j'ai un peu de retard. Vraiment, quelle journaliste investie.) On démarre ?

 

Le coup de coeur de la semaine : L'Un Dans L'Autre

592819 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film de Bruno Chiche, avec Louise Bourgoin, Stéphane de Groodt, Pierre-François Martin-Laval, Aure Atika… Sortie le 20 septembre.

Le pitch (Source : Allociné) : Deux couples, Pierre et Aimée, Éric et Pénélope, partagent tous les quatre plusieurs années d'amitié sans nuage. Seul souci, Pénélope et Pierre sont devenus amants... La situation devenant intenable, ils décident de rompre. Mais après une ultime nuit d'amour passionnée, le sort leur joue un tour : Pierre et Pénélope se réveillent chacun dans le corps de l'autre ! Pour protéger leur secret, ils se retrouvent chacun à devoir vivre la vie de l'autre. C'est le début des complications...

Je suis une très grande fan de Stéphane de Groodt, que ce soit en tant qu'humoriste, il a l'art de manier les mots avec brio, ou en tant qu'acteur. Donc forcément, en voyant la bande-annonce de ce film, où il donne la réplique à Louise Bourgoin et Pierre-François Martin-Laval, deux acteurs que j'apprécie beaucoup également, j'en attendais beaucoup, et j'avais un peu peur d'être déçue. Je ne l'ai pas été. C'est une excellente comédie, pleine de situations loufoques, et que le duo principal porte parfaitement bien. Si le côté loufoque aurait pu être un peu plus poussé, le film n'en reste pas moins drôle, et on passe vraiment un bon moment.

Ma note : 8/10.

 

Les autres films

407072

Mitch Rapp est recruté par la CIA pour traquer des terroristes. Avant de partir sur le terrain, il doit suivre un entraînement rude avec Stan Hurley, l'un des meilleurs agents. (Paye ton résumé, je suis clairement douée, c'est dingue, Allociné devrait m'embaucher)... C'est un bon film d'action, bien rythmé, et pas ennuyeux. Dylan O'Brien et Michael Keaton sont convaincants dans les rôles titres, et ont une belle dynamique. Clairement pas le film de l'année, mais loin d'être mauvais non plus. Ma note : 7/10.

489167

Julien reçoit un appel de son ex-femme lui annonçant que leur fils a disparu. Il fera tout pour retrouver son enfant... Guillaume Canet est absolument bouleversant dans cette traque risquée pour retrouver son fils enlevé. Il porte véritablement le film. Malheureusement (et je vais être méchante, donc d'avance, désolée), il est entouré d'acteurs au jeu plutôt médiocre (à l'exception peut-être d'Olivier de Benoist), ce qui est vraiment dommage, tant son jeu est parfait. Ce n'est que mon avis. Ma note : 7/10.

370380

Sarah, de retour dans sa ville de Colmar, reprend le patinage artistique à haut niveau. Mais avec une mère qui la pousse beaucoup trop, et les rivalités entre filles, Sarah se sent découragée... Etant une grande fan de patinage artistique, j'attendais énormément de ce film. Il est rare d'avoir des films sur ce sport (je veux dire autre que des comédies romantiques gnan gnan où au début, ils sont nuls et ne tiennent pas sur deux patins, et deux mois après, ils gagnent les Jeux Olympiques. Parfaitement réaliste.), donc j'étais très emballée en voyant la bande-annonce. Et, en deux mots : grosse déception. J'ai trouvé que le film était lent, beaucoup trop cliché, incohérent sur certaines parties, et qu'il y a beaucoup trop de scènes inintéressantes pour un film aussi court. Dommage. Ma note : 2/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de septembre : Stéphane de Groodt (L'Un Dans L'Autre), Pierre-François Martin-Laval (L'Un Dans L'Autre), Dylan O'Brien (American Assassin), Michael Keaton (American Assassin), Guillaume Canet (Mon Garçon) pour Meilleur Acteur, et Louise Bourgoin (L'Un Dans L'Autre) pour Meilleure Actrice).

 

A très bientôt pour le hors-série du mois de septembre !

Marine Melody.

Ciné-Fil #21 by Marine Melody

Nous en sommes déjà au vingt-et-unième numéro de Ciné-Fil (c’est marrant, c’est comme mon âge…à quelques années près…), et la sélection de la semaine est pour le moins éclectique, à l’image des sorties cinématographiques de cette rentrée. Entrons dès à présent dans le vif du sujet.

 

Le coup de cœur de la semaine : Le Redoutable

Le redoutable

Film de Michel Hazanavicius, avec Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo… Sortie le 13 septembre.

Le pitch (source : Allociné) : « Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu'il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde. Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu'incompréhensible. »

Le Redoutable est un film aussi génial qu’étonnant. D’abord au niveau de l’image, avec ce grain de film ancien parfaitement cohérent que Michel Hazanavicius a choisi, et qui procure au film un côté très authentique qui fait qu’on est vraiment embarqué dès le début. C’est une excellente idée, et c’est très bien exploité. Le casting est formidable, avec surtout évidemment une superbe interprétation de Louis Garrel en Jean-Luc Godard. Le rôle lui va à merveille. Et alors, ne connaissant pas vraiment le vrai Jean-Luc Godard, je ne saurais pas dire si c’est fidèle à la réalité, mais en tout cas, dans le film, on ne va pas se mentir, on est face à un beau spécimen de drama-queen, option punchlines, qui bien sûr est un ressort comique majeur du long-métrage. Ça, et les lunettes de Jean-Luc. Ceux qui ont vu le film savent de quoi je parle. Les rôles gravitant autour de Godard ne sont pas en reste, même s’ils sont quelque peu masqués par le personnage principal (en même temps, comment peut-il en être autrement ?). Des instants insolites viennent ponctuer le déroulement du film, notamment plusieurs moments où le personnage de Garrel s’adresse directement à la caméra (une récurrence des films de Woody Allen, me semble-t-il, si ma culture ne me fait pas défaut), ou même ces moments où le film se moque un peu sciemment de lui-même, tout cela étant très bien géré et très bien interprété. Au final, Le Redoutable est un film excellent, et qu’on connaisse Jean-Luc Godard ou non (personnellement, je sais qui il est, et je connais quelques titres de films, mais ça ne va pas plus loin), ça n’empêche vraiment pas d’apprécier le spectacle.

Ma note : 9/10.

 

Les autres films

Ob e50278 affiche mother film

Un couple vit tranquillement dans une maison à l’écart de tout. Mais l’arrivée d’invités inattendus va bouleverser leur équilibre… Alors, très sincèrement, j’ai bien mis deux bons jours à décider de si j’avais aimé ce film ou détesté. C’est tellement déroutant qu’il est vraiment difficile de savoir. Et je sais que je ne suis pas la seule. Le cinéma de Darren Aronofsky (Requiem For A Dream, Black Swan…) a toujours une atmosphère particulière, mais avec ce film, il atteint un autre niveau. Vraiment, je vous conseille vivement de ne pas lire les critiques (dit-elle en en écrivant une) et d’aller vous faire votre propre opinion, parce que c’est difficile de définir un avis tranché sur ce film. Bon, de manière générale, faites-vous votre propre opinion en allant voir les films, mais c’est encore plus le cas ici. Par contre, on ne peut pas dire qu’objectivement, c’est un mauvais film, du tout. Une très belle image, une belle interprétation (même si je fais partie des personnes qui ont du mal avec Jennifer Lawrence), et un scénario…détonnant. Ce film est la définition même de l’expression That escalated quickly. Ça met un peu de temps à démarrer, mais alors quand l’action commence réellement, ça grimpe très vite. Bon, j’ai fini par statuer que j’avais aimé. Peut-être un deuxième visionnage dans quelques temps sera nécessaire pour confirmer ou infirmer mon opinion. Ma note : 9/10.

567391 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Connie braque une banque avec son frère Nick, mais le braquage tourne mal. Connie parvient à s’enfuir mais son frère est arrêté par la police. Commence une course contre la montre pour Connie, qui veut tenter par tous les moyens de libérer son frère… Excellent film, bien rythmé, avec une très belle bande originale, et une superbe interprétation de Robert Pattinson. L’action tient en haleine jusqu’au bout, et on passe un bon moment (c’est marrant, c’est le titre du film LOL ok, je me tais). Ma note : 8/10.

Nos annees folles

Pendant la première guerre mondiale, pour protéger son mari déserteur, Louise Grappe travestit Paul en femme. Mais Paul y prend goût et a du mal à abandonner son alter ego Suzanne lorsque le conflit est terminé, ce qui risque de mettre en péril le couple… Inspiré de faits réels, ce film retrace l’histoire de Paul et Louise Grappe, sublimement interprétés par Pierre Deladonchamps et Céline Sallette. J’aimerais surtout faire une parenthèse concernant Céline Sallette. C’est une actrice que je ne connaissais pas avant cette année, et j’ai pu la découvrir dans déjà quatre films sortis ces derniers mois : Corporate, Cessez-Le-Feu, HHhH et donc Nos Années Folles. Et dans chacun de ses rôles, elle m’a bluffée. Une actrice à suivre et que j’ai hâte de retrouver dans d’autres longs-métrages. Concernant ce film, c’est une histoire forte qui nous est racontée, et même remarquablement narrée. Un film à voir ! Ma note : 8/10.

557760 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Barry Seal, aviateur, est recruté par la CIA. Puis par le cartel de Medelin. Puis par la DEA. Un joyeux bordel où il va s’en mettre plein les poches en bernant tout le monde… Alors, partons juste d’un principe simple : Je n’aime pas Tom Cruise. La personne m’insupporte. Donc forcément, pour chaque film que je vois dans lequel il joue, je dois faire un effort considérable pour faire abstraction et me concentrer sur le film afin d’être objective. Voilà. Donc, maintenant, tentons d’être objectif : c’est un bon film, sympa, rythmé, qui nous entraîne du début à la fin, avec d’excellents seconds rôles, notamment Domnhall Gleeson (également dans Mother ! d’ailleurs cette semaine), qui une fois de plus est formidable (je l’aime beaucoup), et un second rôle bien trop minime pour Jayma Mays, actrice de talent qu’on ne voit clairement pas assez dans le film (d’ailleurs, c’est sur elle qu’on aurait dû faire le film. Je m’en tape de Tom Caca Cruise. En plus, c’est un bâtard dans le scénario. Moi, c’est elle que je veux voir !) Bref, une histoire vraie racontée à 100 à l’heure qui nous fait passer un bon moment…malgré Tom Cruise (je vous ai dit que je l’aimais pas ?). Ma note : 7/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix de septembre : Le Redoutable et Mother ! pour Meilleur Film, Domnhall Gleeson (Barry Seal : American Traffic / Mother !), Louis Garrel (Le Redoutable), Javier Bardem (Mother !)  et Robert Pattinson (Good Time) pour Meilleur Acteur, et Jennifer Lawrence (Mother !), Céline Sallette (Nos Années Folles) et Jayma Mays (Barry Seal : American Traffic) pour Meilleure Actrice.

 

 

A la semaine prochaine !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #20 by Marine Melody

Bonjour, bonjour ! Gros programme aujourd’hui, puisque nous allons parler d’une petite fille surdouée adorable, d’une affaire tragique dans le Wyoming, d’une histoire de famille, d’un humoriste tiraillé et de Gérard Depardieu qui boit du jus d’abricot. Avec du teasing pareil, je suis persuadée que vous en avez déjà l’eau à la bouche.

 

Le coup de cœur de la semaine : Mary

237053 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film de Marc Webb, avec Chris Evans, McKenna Grace, Octavia Spencer, Lindsay Duncan… Sortie le 13 septembre.

Le pitch (source : Allociné) : « Un homme se bat pour obtenir la garde de sa nièce, qui témoigne d'un don hors du commun pour les mathématiques. »

Permettez-moi d’étayer un peu ce résumé vraiment sommaire d’Allociné : Déjà, c’est pas un homme, c’est Chris -Captain America et Captain de notre cœur- Evans, qui élève donc sa nièce de sept ans depuis la mort de sa sœur, à qui il a promis que Mary (c’est la petite fille) aurait une vie normale. Mais Mary est tout sauf normale, puisqu’elle est surdouée. Frank (Chris Evans, donc) refuse de l’envoyer dans une école spécialisée pour respecter la promesse faite à sa sœur, mais la grand-mère de Mary n’est pas de cet avis et va intenter un procès à son fils pour récupérer la garde de l’enfant et l’envoyer dans l’école en question. Belle ambiance familiale, donc. Le film est très beau, et, évidemment, très émouvant. Marc Webb nous offre une jolie histoire, touchante, drôle, par moments triste, avec un casting impeccable. Chris Evans est formidable dans ce rôle d’oncle aimant, tiraillé entre la promesse faite à sa sœur décédée et la peur de gâcher la vie de sa nièce en ne choisissant pas ce qui est le mieux pour elle. Et quel plaisir de retrouver Octavia Spencer, déjà superbe cette année dans Les Figures de l’Ombre, et qui est décidément une actrice magistrale. Mais la vraie révélation du film est évidemment la jeune McKenna Grace. Quelle actrice ! Elle est d’une justesse absolument époustouflante du début à la fin. En février, lors de la sortie du film Lion, je voulais adopter Sunny Pawar (l’enfant qui joue le jeune Saroo avec une justesse brillante également), et bien là, je veux aussi adopter McKenna Grace. Mes enfants sont magnifiques. S’ajoute à ça une bande originale superbement choisie, et vous obtenez un film merveilleux pour cette rentrée. En bref : foncez le voir, c’est une merveille !

Ma note : 10/10. Sans hésitation.

 

Les autres films

Wind river affiche 994407

Dans une réserve indienne du Wyoming, le corps d’une jeune femme est découvert dans une plaine enneigée. Pour tenter d’élucider l’affaire, le FBI envoie une jeune recrue, qui fera équipe avec un chasseur habitant les lieux... C’est un thriller à suspense très intéressant et bien construit, inspiré de faits réels, et véritablement porté par le duo Jeremy Renner / Elisabeth Olsen, que je trouve absolument excellents, une fois de plus. Ma note : 9/10.

377670

Erwan découvre que l’homme qu’il croyait être son père ne l’est pas. Après une enquête menée par un détective, il retrouve son géniteur, Joseph, qu’il décide de rencontrer, et pour qui il se prend d’affection. Sur sa route, il rencontre également Anna, avec qui il commence à flirter. Problème : Anna est la fille de Joseph… C’est un film intéressant, et François Damiens est un très bon acteur, mais je n’ai pas été emballée plus que ça. En vérité, j’ai été plus emballée par l’intrigue secondaire autour de la fille d’Erwan enceinte que par l’intrigue principale. Ma note : 4/10.

Le prix du succes

Brahim est un humoriste en plein succès (c’est dans le titre), heureux en amour, et épaulé par son grand frère, un manager incontrôlable qui fait régulièrement des vagues. Pour poursuivre son ascension, il va devoir s’en séparer. Mais comment se séparer d’un manager qui fait partie de sa famille ?... Le trio Tahar Rahim / Maïwenn / Roschdy Zem fonctionne à merveille, mais le film manque de rythme. C’est un peu lent par moments. Ce qui est dommage, parce que l’histoire en elle-même est très intéressante. J’ai été un peu déçue. Ma note : 3/10.

Bonne pomme

Gérard est garagiste. Il décide d’acquérir un garage dans un petit village de l’Oise. En s’y rendant, il rencontre Barbara, une femme étrange et extravagante qui tient une auberge. Leur rencontre va faire des étincelles !... Il y a quelques bonnes scènes, mais globalement, j’ai trouvé le film un peu brouillon, on ne comprend pas vraiment où le scénario veut nous emmener, et ça rend l’ensemble assez plat. Bonne surprise au casting avec la présence de Guillaume de Tonquedec en maire du village un rien excédé. Sinon, dedans, y a Gérard Depardieu qui boit du jus d'abricot, et oui, c'est tout ce que j'ai retenu du film. Ma note : 3/10. Pour Guillaume de Tonquedec, et parce que l'affiche est jolie.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Mary et Wind River pour Meilleur Film, Chris Evans (Mary), Jeremy Renner (Wind River) et Guillaume de Tonquedec (Bonne Pomme) pour Meilleur Acteur, Octavia Spencer (Mary) et Elizabeth Olsen (Wind River) pour Meilleure Actrice, et McKenna Grace (Mary) pour Prix d’Honneur.

 

 

La semaine prochaine, je vous parlerai de Good Time, Le Redoutable, Barry Seal : American Traffic, Mother ! et Nos Années Folles.

Bonne semaine cinématographique à tous !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #19 by Marine Melody

Fin des vacances, la rentrée arrive, et la rentrée ciné aussi ! Un Ciné-Fil un peu particulier cette semaine, puisqu’il va reprendre des films sortis le 23 et le 30 août, étant donné que j’ai un petit peu de retard (ne me jugez pas, siouplé). Mais aussi une sélection de films tous plus cools les uns que les autres, puisque les notes ne vont pas en dessous de 9/10, assez remarquable pour être souligné. Ne perdons pas plus de temps, et let’s go !

 

Le coup de cœur de la quinzaine : Seven Sisters

What happened to monday film affiche

Film de Tommy Wirkola, avec Noomi Rapace, Glenn Close, Willem Dafoe… Sortie le 30 août.

Le pitch (source : Allociné) : « 2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement… »

Partons d’un principe simple : Noomi Rapace est une immense actrice. Elle excelle dans chaque rôle qu’elle interprète, et c’est encore le cas ici avec les sept personnages qu’elle incarne. Il en faut du talent pour parvenir à donner une identité aussi marquée aux sept sœurs Settman. Elle y parvient avec brio. Autour d’elle gravite un casting cinq étoiles, avec une Glenn Close diabolique, Willem Dafoe en grand-père aimant et protecteur prêt à tout pour garder le secret de ses petites-filles, et le formidable Marwan Kenzari, que je découvrais pour ma part dans ce film. Le scénario garde le suspense jusqu’au bout et est très bien mené, on est face à un vrai thriller, avec tous les rebondissements que le genre implique. J’ai été transportée par ce film futuriste, en tous points excellent.

Ma note : 10/10.

 

Les autres films

224293 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Michael Bryce est contraint d’assurer la protection d’un tueur à gages obligé de témoigner au procès d’un dirigeant politique. Problème : les deux hommes se détestent et sont rivaux depuis des années. Ils vont pourtant devoir s’associer pour une fuite qui ne sera pas de tout repos !... Le film idéal de cette fin d’été ! Un film drôle, léger et badass à la fois, servi avec une bande originale excellente et porté par le duo Ryan Reynolds & Samuel L. Jackson, dont l’association fonctionne à merveille. Ma note : 10/10.

Les proies

Le Caporal McBurney, blessé, se retrouve dans un internat de jeunes filles, où les pensionnaires prennent soin de lui. Mais son arrivée provoque également des tensions au sein des jeunes filles… Sofia Coppola est de retour au sommet avec un superbe film, plein de tension, et servi dans une atmosphère et une image superbes, rappelant un peu Virgin Suicides, son premier film (que j’aime beaucoup par ailleurs). Un casting grandiose complète le tout. Ma note : 9/10.

485852 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Patricia, dite Patti Cake$, rêve de devenir une star du hip hop avec son meilleur ami Jheri. Coincée dans une petite ville du New Jersey où elle doit s’occuper de sa grand-mère, mais aussi de son instable mère, elle rêve de fuir son quotidien par tous les moyens, et de goûter enfin à la célébrité… Un film touchant et drôle sur la poursuite d’un rêve. Les personnages sont très attachants, surtout Patti, l’héroïne, brillamment interprétée par Danielle MacDonald. Ma note : 9/10.

184359 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Immersion dans le quotidien d’Act-Up Paris au milieu des années 90, un groupe de lutte contre le SIDA aux méthodes radicales. Nathan, nouveau venu, va y faire la connaissance de Sean, l’un des militants les plus actifs de l’association… Un film très fort et très émouvant, à voir absolument. Narré en deux parties, une première qui se rapprocherait plus du documentaire, et qui laisse place à une seconde partie plus fictionnelle, c’est un véritable film immersif, très bien réalisé, et magnifiquement interprété. Ma note : 9/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’Août : 120 Battements Par Minute, Hitman & Bodyguard et Les Proies pour Meilleur Film, Nahuel Perez Biscayart (120 Battements Par Minute) et Ryan Reynolds (Hitman & Bodyguard) pour Meilleur Acteur, Adèle Haenel (120 Battements Par Minute), Nicole Kidman (Les Proies) et Kirsten Dunst (Les Proies) pour Meilleure Actrice.

(La sélection du mois d’Août a déjà été effectuée ICI)

Sont sélectionnés pour les choix du mois de Septembre : Patti Cake$ et Seven Sisters pour Meilleur Film, Willem Dafoe (Seven Sisters) pour Meilleur Acteur, Noomi Rapace (Seven Sisters) et Danielle MacDonald (Patti Cake$) pour Meilleur Actrice.

 

A la semaine prochaine !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #18 by Marine Melody

Salut à tous, et bienvenue dans ce nouveau numéro de Ciné-Fil, un peu particulier, puisqu’il s’agit du dernier avant les vacances. Enfin, avant MES vacances, surtout. Ce qui signifie que je ne vous embêterais plus avec mes articles pendant au moins deux semaines, ce qui est plutôt sympa, avouez-le. Mais avant ça, entamons les hostilités avec cette semaine cinq nouveaux films, dont quatre français !

 

Le coup de cœur de la semaine : Atomic Blonde

 

1991020292 atomic blonde

Film de David Leitch, avec Charlize Theron, James McAvoy, Sofia Boutella… Sortie le 16 août 2017.

Le pitch (Source : Allociné) : « L'agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionnes du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s'associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers. »

Ce film sort mercredi prochain, mais j’ai eu l’occasion de le voir en avant-première mardi dernier grâce à une séance en partenariat avec le site Madmoizelle. Et très franchement, en deux mots : grosse claque. Un film d’espionnage cool et badass à souhait, avec des acteurs au top de leur forme. James McAvoy frappe encore très fort, après Split en février (question : pourquoi n’a-t-il pas eu d’oscar pour ce rôle ?) dans ce rôle d’espion un peu pourri sur les bords, Sofia Boutella est très sensuelle en agent français sur les traces de l’héroïne, incarnée par Charlize –wonderful- Theron. Quelle héroïne ! Durant tout le film, elle se bat avec un peu tout ce qui lui tombe sous la main, et chaque scène de combat devient du grand art. De toute façon, de base, un film d’espionnage avec une héroïne badass et James McAvoy, qu’est-ce qui pouvait mal se passer ? Réponse : rien. Au niveau du scénario, le contexte historique est formidablement intéressant, avec la chute du mur de Berlin en toile de fond, et une histoire qui tient franchement la route (avec une fin plutôt étonnante). Gros point positif également pour la bande son, qui est absolument jouissive. En résumé : une pépite.

Ma note : 9/10. C’est proche de la perfection.

 

 

Les autres films

 

513928 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Djam, une jeune fille grecque, est envoyée à Istanbul par son oncle pour récupérer une pièce de bateau très importante. Dans sa route, elle rencontre Avril, une jeune française perdue en Turquie car larguée par son petit ami qui lui a pris tout son argent. Avril va suivre Djam dans son périple… Un film très sympathique, avec une jeune actrice sublimée en la personne de Daphné Pattaka. La musique est très présente dans le long-métrage, et très mélodieuse. Un excellent film. Ma note : 8/10.

054045

Zino vient de perdre sa mère et part à la recherche de son père Farid. Mais, il y a vingt-cinq ans, Farid est devenu Lola… Beau film émouvant, avec de très belles interprétations, notamment des deux rôles principaux, Tewfik Jallab et Fanny Ardant. Fanny Ardant porte un rôle très fort, dans lequel elle est formidable. Le film reste dans l’ensemble un peu lent. Ma note : 6/10.

Affiche et bande annonce pour la comedie ado rattrapage 01

Guillaume et ses amis ont prévu d’aller passer le week-end dans un grand festival en Belgique. Mais Guillaume doit passer le rattrapage de son bac lundi matin. Il décide de cacher son véritable résultat à ses parents, et de partir malgré tout, en se promettant de réviser sur place. Mais le week-end ne s’annonce pas de tout repos… Dans l’ensemble, ce n’est pas le film du siècle, mais il est plutôt sympa. Un peu trop attendu par moments, mais on ne s’ennuie pas non plus. On y retrouve également Daphné Pattaka dans un second rôle, et définitivement, j’aime beaucoup cette actrice ! Ma note : 5/10.

491162 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Paul et Vanessa passent la nuit ensemble et ne sont pas censés se revoir. Il est marié, elle est prostituée. Pourtant, ils vont passer la nuit à faire connaissance, et, peut-être, à s’attacher… Alors, je suis allée voir ce film pour Fanny Valette, que j’avais adorée dans Un Profil Pour Deux, et malheureusement, même son charme ne sauve pas le film. C’est lent, assez inintéressant, et il ne se passe pas grand-chose. Je n’ai pas aimé. Ma note : 2/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’août : Atomic Blonde et Djam pour Meilleur Film, James McAvoy (Atomic Blonde) et Tewfik Jallab (Lola Pater) pour Meilleur Acteur, Charlize Theron (Atomic Blonde), Sofia Boutella (Atomic Blonde), Fanny Ardant (Lola Pater) et Daphné Pattaka (Djam) pour Meilleure Actrice.

 

Rendez-vous donc début septembre pour le prochain Ciné-Fil !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil #16 by Marine Melody

Bienvenue sur ce vol de la compagnie Air CinéFil, je suis Marine Melody, votre commandant de bord. Notre voyage d’aujourd’hui nous emmènera vers de nouvelles destinations de rêve, de Cuba à la conquête de l’espace, en passant par le Danemark et la Bretagne avec des pensionnaires pas comme les autres ! Attachez vos ceintures, et savourez le voyage…

 

Le coup de cœur de la semaine : Buena Vista Social Club : Adios

 

039923 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film de Lucy Walker, avec Ibrahim Ferrer, Omara Portuondo, Manuel Mirabal… Sortie le 26 juillet.

Le pitch (Source : Allociné) : « Le parcours du groupe dans la captivante histoire musicale de Cuba, tandis que ses membres reviennent sur leurs remarquables carrières et les extraordinaires circonstances qui les ont réunis. »

Un seul mot : Passionnant ! Je ne connaissais Buena Vista Social Club que musicalement, et ce documentaire m’a fait découvrir toute leur histoire, de leur formation à leur tournée d’adieu. Il fait suite au documentaire Buena Vista Social Club sorti vingt ans plus tôt (que je compte du coup voir incessamment sous peu), et retrace toute l’histoire du collectif, témoignages et documents à l’appui. C’est à la fois beau et émouvant, et on en ressort avec de la musique plein la tête. Formidable, et à voir absolument.

 

 

Les autres films de la semaine

 

254162 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Thomas est soldat en Afghanistan. Lors d’une opération, il marche sur une mine et perd ses deux jambes. A l’hôpital, il fait la connaissance de Sofie, une danseuse étoile dont la tante est en phase terminale d’un cancer. Sofie va l’aider dans sa convalescence, et ils vont commencer à tisser des liens très forts… Une jolie histoire d’amour, très émouvante, qui évite les côtés trop gnan-gnan ou trop attendus pour laisser place à un développement construit et une belle émotion.

 

Valerian et la cite des mille planetes

Valérian et Laureline sont des agents spatio-temporels, chargés de protéger Alpha, la Cité des Mille Planètes, du grand danger qu’elle encoure… Annoncé depuis bien longtemps, le blockbuster de Luc Besson, film français le plus cher de tous les temps, est enfin sorti. Et au final, j’ai plutôt bien aimé. Les premiers extraits aperçus avant la sortie me laissaient très perplexe, et j’avais lu à plusieurs reprises que le film avait eu de très mauvaises critiques outre-Atlantique, donc franchement, je m’attendais à pire. Je parle ici en tant que totale novice, puisque je n’ai jamais lu la BD, donc si des lecteurs ont vu le film et souhaitent étayer mon avis, faites donc ! Commençons par les points négatifs : D’abord, il y a des scènes beaucoup trop longues par moments (le film aurait pu être raccourci d’une quarantaine de minutes pour être plus dynamique). La prestation de Dane De Haan m’a pas mal déçue (je suis pourtant fan de lui et l’ai adoré dans A Cure For Life sorti en début d’année), et j’ai trouvé son personnage assez lourd. Quant à la love story entre les deux personnages, elle est inutile et inintéressante, et je pense que le film aurait très bien pu s’en passer. Les points positifs : Visuellement, c’est magnifique. Rien à dire. On en prend plein la vue du début à la fin. La musique est superbe aussi (on a même droit à Space Oddity de David Bowie pour l’introduction du film, c’est magique. Excellent choix). Au contraire de son partenaire à l’écran, Cara Delevingne m’a agréablement surprise. J’ai adoré son personnage, et sa performance d’actrice est très convaincante ici. Autre surprise du casting : Rihanna, que j’ai beaucoup appréciée. Elle a un rôle particulièrement intéressant dans l’intrigue (bien que trop court), et son jeu est très juste. Au final, un très bon divertissement, malgré les quelques défauts. Ma note : 8/10.

 

Sales gosses

Après avoir raté son année de médecine, Alex est contraint de travailler tout l’été comme moniteur de colo. Et pas n’importe quelle colo : une colo de retraités ! Le séjour ne va pas être de tout repos, pour lui, comme pour les pensionnaires… Excellente comédie française, fraîche et dynamique. Thomas Solivérès confirme son statut d’excellent comédien, et on a droit à un remarquable casting pour les pensionnaires de cette colo très spéciale. Rafraîchissant ! Ma note : 7/10.

 

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois de juillet : Buena Vista Social Club : Adios pour Meilleur Film, et Cara Delevingne (Valérian Et La Cité des Mille Planètes) pour Meilleure Actrice.

Sont sélectionnés pour les choix du mois d’Août : Walk With Me pour Meilleur Film, Thomas Solivérès (Sales Gosses) pour Meilleur Acteur, Liliane Rovière (Sales Gosses) et Cecilie Lassen (Walk With Me) pour Meilleure Actrice.

 

 

J’espère que vous avez passé un agréable voyage à bord de notre compagnie, et je vous dis à bientôt !

 

Marine Melody.

Ciné-Fil Hors-Série : Les choix du mois de Juillet

En ce tout dernier jour du mois de juillet, il est temps de dresser le bilan cinématographique mensuel du mois. Si, comme vous allez le constater, un film a raflé toutes les premières places des trois catégories, le reste est assez varié et représentatif des principales sorties du mois. Après, comme toujours, tout ceci est très subjectif et purement dû à mon point de vue personnel. Comme chaque fois, tous les films, acteurs et actrices sélectionnés sont en lice pour les choix de l’année 2017 (qui promet d’être difficile !). Mais sans plus attendre, les classements décroissants de chaque catégorie :

01 tickets

 

MEILLEUR FILM :

 

4ème place : Spider-Man : Homecoming, de Jon Watts.

05 spidermanhomecoming

Troisième départ pour les aventures de l’homme-araignée, ce nouveau cru s’avère très convaincant, avec une histoire qui évite le côté origin story (qui aurait sans doute été un peu lourd étant donné que c’est un troisième reboot), un humour distillé tout au long du film, et un casting au top. Malgré les affiches dégueulasses (j’en ai déjà parlé) et les bandes annonces pas convaincantes, le film a été pour moi la bonne surprise du mois.

 

3ème place : Buena Vista Social Club : Adios, de Lucy Walker.

04 buenavistasocialclubadios

J’en parlerai plus longuement dans le prochain numéro de Ciné-Fil, mais ce documentaire, le deuxième sur le collectif, vingt ans après le premier, est tout simplement passionnant. On en sort avec de la musique plein la tête, et c’est aussi très émouvant.

 

2ème place : Song To Song, de Terrence Malick.

03 songtosong

Je sais que le film a été très négativement critiqué de part et d’autre, mais bizarrement, les raisons qui font que la majorité des gens ont détesté, font que j’ai aimé. J’ai trouvé ce film très beau, très poétique, le casting est formidable, la musique est superbe, et même s’il semble un peu long, ce n’est pas au sens ennuyeux du terme. J’ai adoré.

 

1ère place : Baby Driver, d’Edgar Wright.

02 babydriver

Vous l’avez bien compris dans mon article précédent (ICI), j’ai eu un énorme coup de cœur pour ce film, qui est exceptionnel à tous les niveaux. C’est donc sans surprise qu’il prend la tête du classement du mois de Juillet, avec les honneurs du jury (c’est-à-dire moi toute seule).

 

 

MEILLEUR ACTEUR :

 

4ème place : Kevin Spacey, pour Baby Driver.

09 kevinspacey

Le grand Kevin Spacey tient ici le rôle d’un patron du crime qui fait chanter Baby pour que celui-ci l’aide dans un nouveau braquage à haut risque. Et comme toujours, il est génial. L’un des excellents choix de casting de la dernière pépite d’Edgar Wright.

 

3ème place : Ryan Gosling, pour Song To Song.

08 ryangosling

Il faut croire que Ryan Gosling a fait des films musicaux son fonds de commerce cette année ! Heureusement pour nous, ça lui va bien. De manière générale, l’acteur semble aussi à l’aise dans des rôles d’action (Drive ou le très attendu Blade Runner 2049) ou des rôles plus détendus (et musicaux !), comme dans l’excellent La La Land ou dans cette jolie fable de Terrence Malick. S’il était l’acteur n°1 de mon classement du mois de Janvier, il rafle ici la troisième marche du podium, ce qui est tout de même très honorable !

 

2ème place : Tom Holland, pour Spider-Man : Homecoming.

07 tomholland

Tom Holland est la vraie valeur ajoutée du casting de ce nouveau Spider-Man ! L’acteur est particulièrement convaincant dans le rôle de Peter Parker, et on le sent investi. Impression confirmée lorsque j’ai vu des vidéos de ses entraînements, qui impressionnent pas mal. Je lui décerne avec  plaisir la médaille d’argent du mois.

 

1ère place : Ansel Elgort, pour Baby Driver.

06 anselelgort

Première place donnée sans aucune hésitation à Ansel Elgort, héros de l’excellentissime Baby Driver. Je ne connaissais que très peu cet acteur avant le film, mais son charisme et son incomparable talent dans le rôle de Baby m’ont bluffée. Le rôle lui va comme un gant, et on en redemande !

 

 

MEILLEURE ACTRICE :

 

4ème place : Karen Gillan, pour The Circle.

13 karengillan

Je suis une très grande fan de Karen Gillan. Je la trouve incroyablement juste dans chaque rôle qu’elle interprète. Que ce soit comme accro aux réseaux sociaux dans la série Selfie (une excellente série pourtant annulée après une seule saison), comme Nebula, la redoutable sœur de Gamora dans Les Gardiens de la Galaxie (évidemment méconnaissable en costume), ou ici en working girl et amie d’Emma Watson dans The Circle, elle est toujours extra. Et c’est un plaisir de la retrouver dans de plus en plus de rôles !

 

3ème place : Cara Delevingne, pour Valérian et la Cité des Mille Planètes.

12 caradelevingne

Là encore, ma critique complète du dernier film de Luc Besson sera dans le prochain Ciné-Fil, d’ici quelques jours. Mais je peux déjà vous dire que j’ai été agréablement surprise par la performance de Cara Delevingne dans le rôle de Laureline. Je n’avais qu’un bref aperçu de sa carrière d’actrice jusqu’ici, puisque je n’avais vu que ses rôles dans La Face Cachée de Margo et dans Suicide Squad (si, on va dire que ça compte, hein), mais ce film m’a vraiment convaincue sur ses qualités d’interprète. Une médaille de bronze pour elle, donc !

 

2ème place : Rooney Mara, pour Song To Song.

11 rooneymara

J’adore Rooney Mara depuis que je l’ai vue dans Lion (un de mes films préférés de l’année), et c’est avec grand plaisir que je la retrouve ici, dans Song To Song, où elle est une nouvelle fois belle et touchante. Ce rôle d’artiste qui se cherche lui va bien, et Terrence Malick l’a sublimée.

 

1ère place : Lily James, pour Baby Driver.

10 lilyjames

Quand je vous disais qu’un film en particulier avait raflé toutes les catégories ! A l’image de son compagnon dans le film, la belle Lily James remporte elle aussi sans aucune hésitation la première place de sa catégorie pour son rôle de Debora dans Baby Driver. A tel point que je ne sais toujours pas si je suis plus amoureuse d’elle ou d’Ansel Elgort dans ce film. Allez, on va dire les deux. Soyons poly amoureux.

 

 

PRIX D’HONNEUR :

 

Bill Paxton, pour The Circle.

14 billpaxton

Ce mois-ci, le prix d’honneur sera un hommage à un acteur formidable qui nous a quittés en février dernier. Acteur fétiche de James Cameron, il a joué dans pas moins de cinq de ses films (dont Terminator, Aliens : Le Retour et Titanic), mais aussi dans une myriade d’autres longs-métrages, tels que Apollo 13, Twister ou encore Vertical Limit. Il a également été acteur de séries télévisées, et réalisateur au cinéma. Dans The Circle, il joue le père malade et très touchant d’Emma Watson. C’est son dernier rôle au cinéma. Hommage à ce grand monsieur.

 

Rendez-vous dans quelques jours pour un nouveau numéro de Ciné-Fil, et fin août pour de nouveaux prix du mois !

Marine Melody.

Ciné-Fil #15 by Marine Melody

Cher lecteur, cette semaine, je t’embarque dans un voyage à quatre escales : dans un premier temps, nous irons faire un tour endiablé dans la voiture d’Ansel Elgort, puis nous irons voir Dunkerque en temps de guerre. Nous resterons en France le temps d’une heure de retenue un peu particulière, avant de terminer notre escapade en Inde à la fin des années 1940. Tu ne serais même pas fatigué par le voyage, puisque tout se fera depuis un simple siège de cinéma. Installe-toi confortablement, et laisse faire le guide !

 

Le (très gros) coup de cœur de la semaine : Baby Driver

380304 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Film d’Edgar Wright, avec Ansel Elgort, Kevin Spacey, Lily James… Sortie le 19 juillet.

Le pitch (Source : Allociné) : « Chauffeur pour des braqueurs de banque, Baby a un truc pour être le meilleur dans sa partie : il roule au rythme de sa propre playlist. Lorsqu’il rencontre la fille de ses rêves, Baby cherche à mettre fin à ses activités criminelles pour revenir dans le droit chemin. Mais il est forcé de travailler pour un grand patron du crime et le braquage tourne mal… Désormais, sa liberté, son avenir avec la fille qu’il aime et sa vie sont en jeu. »

Wow. Quelle claque ! Ce fut ma première réaction en sortant de la séance de Baby Driver, la nouvelle bombe d’Edgar Wright. TOUT dans ce film est excellentissime. Le scénario, d’abord, avec une histoire qui embarque et tient en haleine jusqu’au bout, du suspense, beaucoup d’action, de l’humour, et des personnages forts. Pour interpréter lesdits personnages forts, Edgar Wright nous offre un casting brillant et sans faute : Ansel Elgort est Baby, un héros très particulier, que l’on adopte dès les premières minutes du film. Cette personnalité mi-chou à la crème, mi-bad boy dérapant au volant à la vitesse de l’éclair est parfaitement rendue à l’écran par le charisme et le talent de l’acteur. La jolie Lily James joue sa dulcinée Debora, et on ne peut s’empêcher de tomber en amour face au couple formé par les deux tourtereaux. La volcanique Eiza Gonzalez, formant un couple redoutable avec Jon Hamm, et le rappeur Jamie Foxx sont les braqueurs, chaperonnés par le toujours génial Kevin Spacey en patron du crime. Si Baby ne se sent complet qu’avec sa musique, il en va de même pour le film, avec une bande originale hallucinante, tant en quantité (pas moins d’une trentaine de morceaux) qu’en qualité (je vous laisse admirer ici la liste des titres et artistes pour illustrer mes propos). Les morceaux rythment chaque scène à la perfection, et on en redemande !

Ma note : 10/10. Très gros coup de cœur, à voir absolument. D’ailleurs, tu arrêtes tout de suite ce que tu es en train de faire, et tu fonces au cinéma. De rien.

 

Les autres films

108361

Dunkerque, 1940. 400 000 soldats français et britanniques sont encerclés et tentent d’évacuer coûte que coûte. Visuellement, le film de Christopher Nolan est très beau. J’ai été prise par l’histoire également, même si le montage de scène en scène est assez particulier. Bon, j’ai lu ici et là que la vérité historique n’avait pas forcément été respectée (j’avoue qu’il y a un point qui m’a personnellement fait tilt : la plage de Dunkerque est étonnamment plutôt propre et vide pour une plage censée être en temps de guerre et attaquée de toutes parts), mais c’est un film, et non un documentaire, donc disons qu’on peut pardonner les choix artistiques. Du moins, c’est comme ça que je le vois. Très sincèrement, je dois reconnaître que j’ai été un tout petit peu déçue. Après tous les avis dithyrambiques sur le sujet, je m’attendais vraiment à un film exceptionnel. Je n’ai pas trouvé que c’était un film absolument dingue, mais ça reste un bon film, à voir. Ma note : 8/10.

362549 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Benjamin se retrouve en retenue à son lycée un samedi matin. A cause d’un vœu qu’il a fait sur un site internet, dès qu’il s’éloigne plus de trois minutes de Leila, la fille dont il est amoureux, son heure de colle reprend perpétuellement au début. Agréable surprise que cette comédie française un peu barrée, avec un bon pitch et un bon scénario. Quelques clichés (au niveau des personnages secondaires notamment), mais on passe un agréable moment. Ma note : 7/10.

Le dernier vice roi des indes 163564 1 jpg

Inde, 1947. Louis Mountbatten est nommé vice-roi des Indes, titre qu’il sera le dernier à porter, puisqu’il devra préparer le pays à l’indépendance, après 300 ans de domination anglaise. Les négociations donneront lieu à une partition de l’Inde et à la création d’un nouvel état, le Pakistan. Les habitants du pays devront choisir à quel état va leur allégeance. Film historique excellent retraçant un pan de l’Histoire dont personnellement, j’ignorais les détails, il a été réalisé par la descendante d’une femme ayant vécu les évènements. Un peu lent par moments, il est en revanche beau et émouvant. Ma note : 7/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Baby Driver pour Meilleur Film, Ansel Elgort (Baby Driver), Kevin Spacey (Baby Driver) et Manish Dayal (Le Dernier Vice-Roi Des Indes) pour Meilleur Acteur, et Lily James (Baby Driver) pour Meilleure Actrice.

 

Sachez pour la petite anecdote terriblement pas intéressante que l'ordinateur sur lequel j'ai rédigé cet article a planté deux fois en cours de route, sans rien enregistrer (R.I.P. mes nerfs). C'est donc là la troisième version de cette critique que vous avez pu lire. Voilà, c'est tout. Bonne journée, et à la semaine prochaine !

Marine Melody.

Ciné-Fil #14 by Marine Melody

Bienvenue dans cette nouvelle fournée cinématographique hebdomadaire ! Au menu cette semaine : de la musique, un homme araignée, Emma Watson, et une femme fantastique. Vaste programme, s'il en est. Ne perdons pas une minute de plus, et entrons dans le vif du sujet.

 

Le coup de coeur de la semaine : Song To Song

Song to song

Film de Terrence Malick, avec Ryan Gosling, Michael Fassbender, Rooney Mara, Natalie Portman, Cate Blanchett... Sortie le 12 juillet.

Le pitch (source : Allociné) : "Une histoire d'amour moderne, sur la scène musicale d'Austin au Texas, deux couples - d'un côté Faye et le chanteur BV, et de l'autre un magnat de l'industrie musicale et une serveuse - voient leurs destins et leurs amours se mêler, alors que chacun cherche le succès dans cet univers rock'n'roll fait de séduction et de trahison."

J'ai lu énormément d'avis négatifs concernant ce film, et bizarrement, je peux les comprendre. Mais, comme pour tout, c'est très subjectif. En ce qui me concerne, je me suis laissée emporter par cette fable de Terrence Malick. Un style très particulier, qui peut ne pas plaire à tout le monde, mais qui, moi, m'a enchantée. Premièrement, le casting : réunir Ryan Gosling, Natalie Portman et Rooney Mara (je suis moins fan de Michael Fassbender) dans le même film, avec une affiche aussi jolie (le visuel est vraiment superbe), ça ne pouvait que m'attirer. Rooney Mara (que j'avais déjà énormément apprécié dans le sublime Lion) montre tout son talent dans le rôle de Faye, une artiste wannabe qui vourdrait percer sans pour autant dénaturer son travail, et le couple qu'elle forme avec Ryan Gosling dans le film est d'une alchimie remarquable. Michael Fassbender est convaincant dans ce rôle de riche producteur musical, et j'ai été époustouflée (une fois de plus) par la performance de Natalie Portman. Déjà, physiquement, cette femme ne vieillira jamais. Elle campe ici une jeune serveuse blonde (une couleur qui lui va très bien d'ailleurs), et on lui donnerait maximum vingt-et-un ans. Elle fait presque dix ans de moins que dans Star Wars Episode III : La Revanche Des Sith, sorti... en 2005, il y a douze ans. Natalie Portman, la Benjamin Button d'Hollywood. Et, comme toujours, le rôle lui va comme un gant, je regrette simplement qu'on ne la voit pas plus à l'écran. L'histoire ensuite : des romances dans le monde pas toujours rose de l'industrie musicale, il ne m'en faut pas plus pour être prise par le scénario. Quant à la réalisation, elle est aussi belle que poétique, avec des plans très travaillés, et un côté presque documentaire, voix-offs à l'appui, qui donne au film un côté authentique et différent qui marque. Enfin, la musique, évidemment : une bande originale parfaite, qui sied parfaitement à l'atmosphère du film, avec des extraits d'interprétations live d'artistes comme Iggy Pop ou Patti Smyth, qui prennent ici part au film dans leurs propres rôles. On peut regretter que le film soit un peu long, mais très franchement, c'est pour moi un point très négligeable, tant il est beau. J'en fais une critique élogieuse, parce que j'ai beaucoup aimé, mais comme je vous ai dit, j'ai lu des critiques très négatives également. Alors si le film vous intéresse simplement au vu du pitch ou de la bande-annonce, je vous conseillerais de ne pas faire attention aux critiques (toujours subjectives, bien sûr), d'aller le voir, et de vous faire votre propre avis. Les critiques sont de toute façon des indications, mais, même écrites par des professionnels du métier (pas moi, donc), dépendront toujours du ressenti de l'auteur. Par ailleurs, je vous conseille cet article de l'excellent site Rock N Fool, qui fait une critique du film à la fois positive et négative en citant leurs bons points et leurs mauvais points : CLIQUE ICI.

Ma note : 10/10. Mention coup de coeur. J'ai vraiment beaucoup aimé.

 

Les autres films

Xfyd8ujhoysan8tecldakngdcvr 1

Peter Parker est un jeune lycéen mordu par une araignée radioactive et se retrouve avec des pouvoirs, il devient Spider-Man, blablabla, je pense qu'il est inutile que je vous rappelle le pitch, après une multitude de comics, et trois adaptions cinématographiques différentes, on finit par connaître la rengaine. Au vu des affiches officielles dégueulasses (désolée, mais la plupart ressemble à des collages de maternelle refaits sous Paint) des bandes-annonces pas terribles non plus, et du fait que c'est quand même la troisième fois qu'on nous ressert un nouveau Spider-Man, je vous avoue que je m'attendais vraiment à un four. Et franchement, j'ai trouvé ce film plutôt très bon, au final. Je n'ai pas vu la deuxième série de films (avec Andrew Garfield), donc je ne peux pas comparer, mais par rapport à la toute première trilogie (avec Tobey Maguire), on est sur un film très différent, un peu plus cartoonesque et sur le ton de l'humour, mais sans en oublier l'action, évidemment. J'ai apprécié le fait que ça ne soit pas un énième film traitant des origines de Spider-Man, puisqu'il se place ici quelques mois après la participation du héros à la bataille de Captain America : Civil War, même si on assiste tout de même aux prémices de son super-héroïsme, puisqu'il apprivoise encore ses pouvoirs ici, épaulé de loin par Iron Man. Tom Holland est très convaincant en Peter Parker, c'est un rôle qui lui va bien, on voit qu'il se sent à l'aise dans son interprétation. Autre révélation du casting : Zendaya (que je connaissais personnellement juste pour avoir joué dans une série Disney Channel pas ouf), qui, même dans un rôle plutôt secondaire, est excellente. En espérant plus de développement de son personnage par la suite ! Michael Keaton est génial en antagoniste, et le reste du casting est plutôt bien choisi. N'étant pas familière des comics, je ne sais pas si cette adaptation est plus fidèle ou non que les précédentes (si c'est votre cas, n'hésitez pas à commenter), mais elle m'a en tout cas convaincue. Ma note : 10/10. J'ai été très convaincue. Well done Tom Holland. (PS : je sais que dans un Marvel, c'est inutile de le préciser, mais restez jusqu'à la toute fin, la scène post-crédit vaut vraiment le détour.)

026136 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx 1

Mae, une jeune fille brillante, se retrouve embauchée chez The Circle, une immense entreprise, leader des nouvelles technologies et des réseaux sociaux. Se révélant être une recrue prometteuse, le patron, Eamon Bailey, lui propose de participer à une expérience novatrice, qui bouscule les limites de la vie privée et de l'éthique. Là, pour le coup, en voyant la bande-annonce et le casting (Emma Watson, Karen Gillan et John Boyega surtout), j'étais très emballée par ce film. Et j'ai été un peu déçue. Ce n'est pas un mauvais film du tout, mais j'ai trouvé que ce n'était pas assez poussé dans le genre. Le pitch de départ ressemble beaucoup à un épisode de Black Mirror (excellente série sur un futur proche où les technologies prennent le pas sur l'humain, qu'il faut voir, et qui donne à réfléchir), et c'est une série qui pousse beaucoup plus le concept. Or là, ce n'est pas assez le cas. Le concept, comme le casting, est sous-exploité. Ca aurait pu être un excellent film si le scénario avait été plus poussé. Evidemment, Emma Watson crève l'écran (comme toujours, me direz-vous), et Karen Gillan (que j'aime beaucoup) est formidable, mais les rôles de Tom Hanks et surtout John Boyega auraient pu être beaucoup plus développés. John Boyega a clairement le rôle le plus intéressant du film (je ne dis rien pour ne pas spoiler), mais au final, il ne sert pas à grand chose, c'est tellement dommage. On note aussi au casting la présence du regretté Bill Paxton, décédé il y a quelques mois, et dont c'est l'un des derniers rôles. Il tient le rôle très émouvant du père de l'héroïne, atteint de la sclérose en plaques. Bon, il y a quand même une scène du film qui sort vraiment du lot et laisse sur les fesses. Mais là encore, c'est tellement dommage que le film n'aille pas plus loin dans ce sens. En résumé, c'est presque un très bon film. Ma note : 7/10.

Une femme fantastique 1

Marina et Orlando, qui a vingt ans de plus qu'elle, s'aiment loin des regards. Mais ce dernier meurt subitement. La famille d'Orlando rejette Marina et tout ce qu'elle représente. Elle va devoir se battre contre les préjugés, avec la même énergie dont elle fait preuve tout au long de sa vie. Un film à l'histoire touchante, mais par moments un peu lent. Le thème est évidemment très fort, et il est porté ici par une actrice remarquable, dont la performance brille durant tout le film. Je n'ai pas été plus transportée que ça, mais c'est un bon film. Ma note : 5/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Song To Song et Spider-Man : Homecoming pour Meilleur Film, Ryan Gosling (Song To Song) et Tom Holland (Spider-Man Homecoming) pour Meilleur Acteur, Natalie Portman (Song To Song), Rooney Mara (Song To Song), Zendaya (Spider-Man Homecoming), Emma Watson (The Circle), Karen Gillan (The Circle) et Daniela Vega (Une Femme Fantastique) pour Meilleure Actrice, et Bill Paxton (The Circle) pour Prix d'Honneur.

 

A la semaine prochaine, où je peux déjà vous teaser que je vous parlerai de Baby Driver, que j'ai vu lors d'une avant-première, et qui vaut le détour... Je n'en dis pas plus ! See you soon !

Ciné-Fil #13 by Marine Melody

Bienvenue à toi, jeune lecteur passionné ou non de cinéma ! (On se tutoie, hein ?) Comme tu vas le voir, la sélection des films de cette semaine fait la part belle au cinéma français, puisque trois films sur quatre sont des productions de notre beau pays aux sept-cent vingt variétés de fromages (sauf le gouda)*. C'est parti pour ce nouveau tour d'horizon des sorties de la semaine passée !

*Information non contractuelle.

 

Le coup de coeur de la semaine : Les Hommes Du Feu

310176

Film de Pierre Jolivet, avec Roschdy Zem, Emilie Dequenne, Michaël Abiteboul, Guillaume Labbé... Sortie le 5 juillet.

Le pitch (Source : Allociné) : "Philippe, 45 ans, dirige une caserne dans le Sud de la France. L’été est chaud. Les feux partent de partout, criminels ou pas. Arrive Bénédicte, adjudant-chef, même grade que Xavier, un quadra aguerri : tension sur le terrain, tensions aussi au sein de la brigade... Plongée dans la vie de ces grands héros : courageux face au feu, mais aussi en 1ère ligne de notre quotidien. "

Remarquable ! Une immersion bouleversante dans la vie d'une caserne de pompiers dans l'Aude. La fiction semble proche de la réalité (je dis semble parce que je n'ai jamais été dans une véritable caserne, mais si des pompiers me lisent et ont vu le film, n'hésitez pas à commenter), et donne au film un côté incroyablement réaliste. Les scènes, et les drames, s'enchaînent, et montrent un quotidien fait de tensions, mais surtout de courage, pour ces héros de la vie de tous les jours. L'équipe d'acteurs, Roschdy Zem et Emilie Dequenne en tête, est excellente, et chacun d'entre eux est exceptionellement juste dans son rôle. On pourrait presque croire à un documentaire, tant c'est bien fait. Un film fort en émotions, à voir absolument.

Ma note : 9/10.

 

Les autres films :

430105

Léa et Bertille, deux copines vivant à Paris, ont monté ensemble la société Book A Partner, par laquelle elle "loue" leurs services. Besoin d'une fausse fille ? D'une fausse copine ? Ou d'une ramasseuse de balles ? Elles sont là pour ça ! Mais au travers de ses différentes fausses identités et des mensonges allant avec, Léa pourrait bien finir par se perdre. Surtout lorsque son ancien amour de jeunesse refait surface et se retrouve mêlé à l'un de ses mensonges... Le tandem Deborah François/Alison Wheeler fonctionne à merveille dans cette agréable comédie  ponctuée de quiproquos qui donnent du piment à cette histoire rocambolesque. Alison Wheeler prouve une fois de plus qu'elle est une excellente actrice (elle était notamment en mars à l'affiche de Going To Brazil, comédie déjantée et girly), elle m'a fait mourir de rire dans ce film (la réplique "C'est ce bâtard d'Herman" ne quitte plus ma tête depuis le visionnage et j'en ris encore en repensant à la scène), et Deborah François confirme son talent. J'ai beaucoup aimé ! Ma note : 9/10.

199779 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Océanerosemarie a (encore) rompu avec une petite amie, qui s'ajoute à la nombreuse liste de ses ex. Peu de temps après, elle fait la rencontre de Cécile, qu'elle voit déjà comme la femme de sa vie. Pour la conquérir, Océanerosemarie va devoir mûrir ! Une jolie comédie romantique avec des personnages attachants et hauts en couleurs ! On est transportés par l'histoire naissante d'Océanerosemarie et Cécile, et amusée par les nombreux personnages secondaires, notamment la mère de l'héroïne, incarnée par Michèle Laroque, et surtout l'ex complètement dingue, Fantine (incarnée par la formidable Laure Calamy, dont je suis de plus en plus fan), qu'on adore détester, tant elle s'imisce partout ! La bande originale est une valeur ajoutée, avec de très bons choix musicaux. Ma note : 8/10.

Moi moi mechant 3 affiche 283x400

Dans ce troisième volet de la saga Moi, Moche et Méchant, Gru fera équipe avec Lucy pour arrêter le diabolique (et ringard) Balthazar Bratt, et rencontrera son frère jumeau Dru. Ma critique sera faite en tant que totale novice, puisque je n'ai pas vu les deux premiers films (qui m'ont été rapidement résumés par l'amie que j'ai accompagné à la séance). J'ai passé un agréable moment, c'est un bon dessin-animé. La voix de Steve Carrell colle parfaitement au personnage de Gru (et de Dru, du coup, puisqu'il double les deux), et j'ai adoré l'antagoniste du film, Balthazar Bratt, qui est juste génial dans le genre. Agréablement surprise aussi d'entendre la voix de Julie Andrews (coeur d'amour) pour le doublage d'un personnage secondaire ! Par contre, et là, je ne vais sans doute pas me faire que des amis, j'ai vraiment un problème avec les Minions. Je ne les trouve ni mignons, ni sympathiques, ils sont juste très énervants et totalement inutiles à l'histoire. Mais ce n'est bien sûr que mon avis (pas taper). Ma note : 6/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du mois : Loue-Moi et Les Hommes du Feu pour Meilleur Film, Roschdy Zem (Les Hommes du Feu) pour Meilleur Acteur, Alison Wheeler (Loue-Moi), Deborah François (Loue-Moi), Laure Calamy (Embrasse-Moi) et Emilie Dequenne (Les Hommes du Feu) pour Meilleure Actrice, et Julie Andrews (Moi, Moche et Méchant 3) pour Prix d'Honneur.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle sélection ciné !

Marine Melody.

Ciné-Fil #12 by Marine Melody

Après le petit hors-série récapitulatif du mois de juin, nous reprenons donc le fil ciné avec quatre nouveaux films. Je vais revenir plus en détail sur deux films dont j'ai déjà parlé  dans le hors-série (puisqu'ils ont été visionnés en juin), ainsi que deux autres films, qui eux feront partie de la sélection de juillet. Wow, je me suis fatiguée toute seule avec ma phrase super longue, donc sans plus attendre, entrons dans le vif du sujet !

 

Le coup de coeur de la semaine : Okja

Screenshot 2017 07 02 19 47 45 1

Film de Bong Joon-Ho, avec Ahn Seo-Hyeon, Jake Gyllenhaal, Tilda Swinton, Paul Dano, Lily Collins... Sortie le 28 juin 2017 sur Netflix.

Le pitch (source : Wikipedia) : "Lucy Mirando qui est à la tête de la société Mirando Corporation annonce la création de cochons géants. Vingt-six seront élevés de par le monde selon les spécificités locales et au bout de dix ans, un des cochons sera couronné le plus beau cochon. Mija vit avec son grand-père dans les montagnes sud-coréenne en compagnie d'un de ces cochons qu'elle appelle Okja. Alors qu'Okja est l'objet de lutte entre la société Mirando Corporation et les membres du Front de Libération Animale, Mija fait tout son possible pour retrouver sa meilleure amie."

Ce film est un cas particulier, puisqu'il n'est pas réellement sorti au cinéma mais sur Netflix. Il a fait cependant beaucoup parlé de lui, et pour cause : ce film est un vrai petit chef d'oeuvre. Un scénario original qui donne à réfléchir, une réalisation fluide, et surtout un casting absolument sans faute, avec un Jake Gyllenhaal complètement barré, un Paul Dano fidèle à son talent, une Tilda Swinton au sommet, et une révélation en la personne de Ahn Seo-Hyeon, qui campe la jeune héroïne Mija. Le film est à la fois drôle et émouvant, et offre une vraie réflexion. Il démontre en outre qu'il faut compter sur Netflix comme un producteur de cinéma de qualité ! A voir absolument.

Ma note : 10/10. Je n'ai aucun point négatif à pointer du doigt, c'est une pépite.

 

Les autres films

Screenshot 2017 07 02 19 46 47 1

Vincent se fait larguer par sa copine Elina. Premier amour, premier chagrin pour le jeune homme. Ses parents décident de s'en mêler et de lui faire suivre un programme de leur invention pour l'aider à passer à autre chose... Je vous avoue que j'ai beaucoup hésité entre ce film et Okja pour le coup de coeur de la semaine parce que, dans des styles évidemment très différents, j'ai sincèrement adoré les deux. Mon Poussin est une excellente comédie française, fraîche et drôle. Pierre-François Martin-Laval et Isabelle Nanty sont à la fois hilarants et attachants dans ces rôles de parents poules déterminés à aider leur fils à se remettre de sa rupture. Thomas Solivérès, qui incarne Vincent, montre une fois de plus son talent, et le rôle lui va comme un gant. Ce qui est assez traître, d'ailleurs, c'est que l'on en vient à rire de son chagrin, tant les scènes en question sont en réalité drôles et poussées dans le côté pathétique. C'est contradictoire, le spectateur est à la fois compatissant avec le jeune homme maiiis en même temps, la manière dont le chagrin est présenté prête à rire, et c'est tant mieux ! Vraiment une superbe comédie, devant laquelle on passe un excellent moment. Ma note : 10/10. Un régal !

Ob 903b33 capture

Leila et Armand sont en couple. Lorsque Mahmoud, le frère de Leila, revient d'un voyage au Yemen qui l'a radicalement transformé, il s'oppose à leur relation et garde Leila dans leur appartement pour l'éloigner de lui. Seule solution pour Armand : mettre un voile intégral et se faire passer pour Shéhérazade, une femme voilée. Problème : Shéhérazade ne va pas laisser Mahmoud indifférent... Un film agréable, qui flirte un peu avec les clichés, mais reste très sympathique. La performance de Félix Moati est remarquable, et j'aime beaucoup Camélia Jordana en tant qu'actrice (jusqu'ici, je la connaissais surtout en tant que chanteuse). Ma note : 7/10.

520830 jpg r 1280 720 f jpg q x xxyxx

Georges et Eddy sont deux croque-morts travaillant dans l'entreprise de pompes funèbres d'Edmond Zweck, qui bat un peu de l'aile. Les affaires reprennent lorsqu'un défunt leur est confié, mais le voyage jusqu'à sa dernière demeure ne va pas s'avérer de tout repos... Faire rire avec un sujet pareil, c'est gonflé ! Et pourtant, le pari est réussi. Le résultat donne un film étonnant, une comédie morbide originale et bien jouée, emmenée par le duo Arthur Dupont / Jean-Pierre Bacri, excellents. On passe un agréable moment avec ces employés de pompes funèbres. Ma note : 6/10.

 

Sont sélectionnés pour les choix du moins de juin (article complet ici) : Okja et Mon Poussin pour Meilleur Film, Pierre-François Martin-Laval (Mon Poussin), Thomas Solivérès (Mon Poussin), Jake Gyllenhaal (Okja) et Paul Dano (Okja) pour Meilleur Acteur, Isabelle Nanty (Mon Poussin), Tilda Swinton (Okja) et Lily Collins (Okja) pour Meilleure Actrice, et Ahn Seo-Hyun (Okja) pour Prix d'Honneur.

Sont sélectionnés pour les choix du mois de juillet : Felix Moati (Cherchez La Femme) et Arthur Dupont (Grand Froid) pour Meilleur Acteur, Camelia Jordana (Cherchez La Femme) pour Meilleure Actrice.

 

A la semaine prochaine !

Marine Melody.

×